<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="http://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

« Rapport égalité Homme/Femme dans les Services Centraux : Déclaration de la CFDT au CE | Page d'accueil | Une réponse de la FCD qui ne trompera pas grand monde ! »

06/02/2008

Pour la première fois dans la grande distribution, plusieurs syndicats font front commun.

Jamais, jusqu’à ce 1er février, les syndicats du commerce n’étaient parvenus à s’entendre pour construire main dans la main une action commune dans le secteur.
C’est désormais chose faite.

Après trois ans de travail de rapprochement, les trois syndicats de la grande distribution – CFDT, CGT et FO - ont appelé les 635 000 salariés à une journée nationale de grève contre la précarité dans toutes les enseignes.

"80 % des hypermarchés ont été touchés dans toute la France, entre 65 % et 70 % des supermarchés et 50 % dans la logistique", a déclaré Aline Levron, secrétaire nationale du pôle commerce à la CFDT Services.
Le mouvement s'est souvent décliné en débrayages de plusieurs heures, ponctués de distributions de tracts, de rassemblements et de manifestations.

Chez Auchan, nous avons eu des débrayages ponctuels, affirme Jean-André Laffitte, directeur des ressources humaines, le mouvement a touché 1 800 personnes sur 50 000 salariés et 60 sites (logistique et hypermarchés confondus) sur 150."

Le patronat de la branche, la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) a fait état d'un taux de grévistes de 4,5%, mais avec 40% des 1.400 hypermarchés touchés, et 8,5% de l'ensemble des 11.000 magasins. Le fonctionnement d'une vingtaine a été bloqué.
"C'est la première fois qu'il y a une manifestation de cette ampleur", a quand même fini par reconnaitre le président de la FCD, Jérôme Bédier.

Même s’il s’est agi de débrayages d’une à deux heures, cette grève est doublement historique. Car comme l’a noté le secrétaire général de la CFDT François Chérèque, "Il est difficile de s'arrêter de travailler quand on a la pression du chef (…) et perdre de l'argent pose de graves problèmes lorsqu'on est imposé en dessous du SMIC".

La pression patronale est forte dans ce secteur où les syndicats ont été souvent pourchassés et ne sont implantés qu’avec peine.

La grande distribution "cumule tous les problèmes" que l'on peut rencontrer lorsqu'on est salarié, a estimé François Chérèque, venu apporter son soutien aux salariés d'un magasin parisien. Dans la grande distribution, "en premier lieu, on a un problème de pouvoir d'achat, il s'agit de très bas salaires alors que la moitié des salariés sont à temps partiel", a expliqué à l'AFP François Chérèque devant l’enseigne de distribution. "Ensuite, il faut noter que les conditions de travail sont très difficiles, avec des pressions très fortes de la part des employeurs", a-t-il ajouté soulignant "que l'on commençait à avoir des problèmes d'emploi dans ce secteur avec la mécanisation des caisses".

La grande distribution n'est pas vraiment une habituée des mouvements sociaux. Guy Laplatine, délégué syndical central CFDT chez Auchan, le reconnaît : «  On ne fait pas ça brutalement. On n'est pas des grands grévistes. À Boulogne, nous avons utilisé le temps de pause, pendant une demi-heure, pour nous réunir au même moment. C'est surtout le moyen de nous exprimer. »

Mais le premier motif de grogne, ce sont les salaires. Des magasins ont d'ailleurs été verbalisés "pour infraction à la réglementation relative au smic". Plusieurs procédures devant les prud'hommes ont même été engagées, notamment à l'encontre d'Auchan. D'autres enseignes seraient visées, précise Jean-Louis Bienvenu, secrétaire fédéral à la CFDT Services.

Au menu des revendications, forcément, la liste se fait longue. Un écrasement des salaires au niveau SMIC, près de 40 % de temps partiel imposé, un temps de travail annualisé, qui réduit la possibilité de réaliser des heures supplémentaires majorées, des horaires éclatés jusqu’à tard le soir et le week-end, des postes parmi les plus exposés aux troubles musculo-squelettiques, un sous-effectif chronique, des exigences de rentabilité qui, liées à la faible présence syndicale, poussent les directions à utiliser des moyens de pression plus ou moins légaux…


Il fallait beaucoup de courage pour quitter sa caisse et aller tracter à l’entrée du magasin «La direction a essayé de nous intimider, ils vont noter les noms…» a souligné une salariée.

"C'est la troisième année consécutive sans augmentation de salaire sur la branche", se désole Aline Levron, secrétaire national en charge du commerce à la CFDT.

Le rapport de branche de 2006 révèle que 37% des employés sont à temps partiel, ce taux montant à 70% dans le hard discount. Ces salariés précaires sont des femmes majoritairement. "Quand vous faites 22 heures à temps partiel, vous vous situez au niveau du seuil de pauvreté. Dans cette situation, difficile de boucler les fins de mois, d'autant plus quand vous êtes une familles monoparentale...", explique Aline Levron.

Les syndicats réclament aussi l'ouverture de négociation pour anticiper les suppressions d'emplois liés au développement des nouvelles technologies. "Toute la chaîne va être touchée, explique la syndicaliste de la CFDT. Demain, par exemple, les caisses seront automatiques. Le client passera son caddie sous un tunnel, les produits équipés de puce et le ticket de caisse sortira tout seul... Que vont devenir les caissières ?" Elles sont 200.000, soit 50% des postes de la grande distribution." Et d'expliquer que la question de la reconversion doit se poser maintenant.

Commentaires

bonjour
cela fait plusieurs fois que je visite votre site et je voulais vous demander pourquoi un coup vous parlez de la centrale auchan, un coup d'une action générale pour laquelle on n'a justement rien vu, surtout à la centrale (on a surtout FO...)
les salariés de la centrale sont ils vraiment sensibilisés à tout cela, salaires en dessous du SMIC (il doit pas y en avoir beaucoup ici), temps partiel subi (c'est vrai, le nombre d'assistante qui subissent le mercredi chômé pour s'occuper de leurs enfants au centre hippique ou au sport), les nouvelles technologies qui vont les aider à faire leurs courses (quoi de plus agréable que de ressortir ses courses du caddy pour les remettre dans un caddy...), la possibilité de faire des heures supp que vous encouragez puisque l'annualisation çà ne va pas (avant, on modulait un peu comme on voulait puisqu'il n'y avait de paiement), bref, je tique un peu sur votre menu de revendications.
au fait, est ce qu'il ne doit pas y avoir un accord aux propositions faites par la FCD ? la CFDT va t-elle signer ces propositions insuffisantes ?
cordialement

Écrit par : christophe | 06/02/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Christophe

Beaucoup de choses dans ton message. Je vais essayer d’être le plus clair et concis possible.

Nous sommes la section CFDT de la Centrale Auchan et nous parlons régulièrement de la Centrale. Nous sommes dans la société Auchan, dès lors il nous arrive de parler de ce qui se passe dans l’entreprise et donc dans les magasins ou autres sites, même si les salariés de la Centrale ne sont pas directement concernés (quoique…). Idem au niveau de la branche car Auchan fait partie d’un secteur d’activité, et ce qui se passe dans ce secteur a des répercutions dans l’entreprise et donc aussi en Centrale.

En Centrale il y a 4 syndicats représentés : CFTC, CFE-CGC, FO et nous (CFDT).

Je peux difficilement évaluer si les 2000 salariés de la Centrale sont sensibilisés à tout cela. En tout cas nous nous efforçons d’y contribuer. Car même si il n’y a pas de salaire en dessous du SMIC en Centrale, nous trouvons gênant que notre grande entreprise fixe des grilles de salaires qui démarrent en dessous du SMIC, et que de ce fait des salariés en magasin qui contribuent au CA, aux bénéfices, à nos primes et à notre participation, soient payés en dessous du SMIC.

Pour info, en Centrale des salariés sont payés en dessous du minimum garanti par l’accord de branche au niveau correspondant, ce qui est illégal. Certains peuvent être aussi payés jusqu’à 300 euros en dessous du minimum « débute » de leur fonction alors qu’ils sont au niveau « occupe »…
Nous sommes intervenu plusieurs fois en DP, en CE, par courrier à la direction des affaires sociales, en réunion paritaire, nous en avons parlé à Jean André Laffitte…
Bref c’est très difficile de les faires bouger sauf à faire des recours en justice ou des mouvements sociaux.

Les revendications mises en avant lors de cette action du 1er févier sont des revendications de branche. Regarder cela uniquement sous le prisme des situations salariales de la Centrale Auchan est très réducteur. Il faut tenir compte : de ce qui ce passe dans les autres enseignes, des différentes catégories (annexes 1,2 et 3), des contrats en forfaits heures ou jours, des contrats à temps plein ou à temps partiel, choisis ou subis…

Ce n’est pas les heures supp qu’encourage la CFDT, mais le paiement de celles-ci quand il y a des besoins, en veillant à ce qu’il y ait un plafond pour éviter les abus.
Dans la modulation, ce qui est gênant c’est les excès de « flexibilisation » qui posent de gros problèmes à des salariés, notamment aux temps partiels, qui du coup ne peuvent plus bénéficier des dispositions concernant les heures complémentaires et les heures supplémentaires.

Concernant les nouvelles technologies, ce n’est pas le progrès technique ou les services que cela apportent que nous contestons. Nous soutenons simplement l'idée que cela constitue un risque pour l'emploi, qu’il faut anticiper.

Quant à la signature fédérale de la CFDT, les négociations avec la FCD sont toujours en cours et rien n’est encore décidé. Nous vous tiendrons informé notamment sur ce blog.
Il y a aussi des négociations au niveau Auchan, là aussi nous vous tiendrons informés si la CFDT Auchan est signataire ou pas.

Écrit par : CFDT Auchan Centrale | 07/02/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour
un accord de branche sur les minimas garantissant le SMIC vient d'être signé par FO, CFTC et CGC. Et vous ? vous réclamiez ce principe du SMIC + 5%, c'est plus suffisant ? pour un syndicat dit réformateur et négociateur, çà choque un peu.

Écrit par : LOUISA | 13/02/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Louisa ou Laurent ou Christophe - c’est amusant, vous avez la même adresse IP ;-)

Tu as raison, la CFDT est un syndicat réformateur qui privilégie la négociation. Cela signifie que le résultat de la réforme et de la négociation doit amener un progrès social, et que si la négociation est feinte, il ne reste plus que l’action.
C’est pour cela qu’il aurait été encore plus choquant que la Fédération des Services CFDT signe la proposition FCD du 31 janvier. Car il n’y a rien eu de nouveau suite à l’action intersyndicale du 1er Février.

C’est un accord en trompe l’œil qui n’est que la mise aux normes minimum des salaires. Ce n’est donc pas une avancée réelle.
De plus il n’y a aucune clause de sauvegarde, ce qui fait que dans quelques mois, lors de la prochaine revalorisation du SMIC, nous aurons à nouveau des niveaux sous le SMIC.

La CFDT réclamait une grille de salaire garantie pérenne au dessus du SMIC prenant en compte la qualification et l’expérience.
Le SMIC + 5% de pause n’était que le minimum en dessous duquel il ne nous était pas possible de négocier et de signer quoique ce soit, car contraire au droit du travail.
Les autres revendications (travail du dimanche, ouverture de négociation pour anticiper les suppressions d'emplois liés au développement des nouvelles technologies, etc…) n’ont pas non plus été entendues par la FCD.
Les salariés les plus précaires de la branche attendent plus que cet accord qui n’est qu’un retour légal et conventionnel antérieur à 2005.

Voir le communiqué de presse de la Fédération des Services CFDT : http://cfdt-centrale-auchan.hautetfort.com/archive/2008/02/14/grande-distribution-une-reponse-de-la-fcd-qui-ne-trompera-pa.html

Écrit par : CFDT Auchan Centrale | 14/02/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjout militant cfdt à la poste j'aimerai connaitre la position cfdt auchan sur las caisses auto à auchan, simply market et leroy merlin.Pour ma part je boycott ces caisses pour preserver l'emploi.A BIENTOT SYNDICALEMENT VOTRE ;didier

Écrit par : thierry | 25/09/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Thierry

Voir ici : http://www.cfdt-services.fr/actualites/fede_en_action.html

Et là : http://cfdt-centrale-auchan.hautetfort.com/tag/caisses%20automatiques

La CFDT Auchan va poursuivre ses actions.

Écrit par : CFDT Auchan Centrale | 25/09/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.