<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

11/08/2021

Compte rendu CFDT du CSE Auchan ARS/ARA du 23 juin 2021

CFDT_CSE.jpg

Formation 

CFDT : Nous notons une baisse importante du nombre de stagiaires et d’heures de formation (normal avec la crise covid), en revanche, l’indicateur 512 relatif au montant global consacré à la formation a doublé, passant de 2 M€ en 2019 à 4 M€ en 2020. Comment expliquez-vous cela ? 

DRH : Nous pennons note de votre question, et reviendrons vers vous avec les éléments. 

CFDT : Concernant la DSI, il nous a été signalé en 2020 que les formations étaient gelées. Nous notons également que le panel de formation e-learning est pauvre, par exemple concernant l’efficacité professionnelle. Ainsi, au regard de cette mise en avant importante de la formation formulée, nous étions surpris que ne soient pas inscrits des contenus relativement standards. Avons-nous eu les bonnes informations, ou est-il nécessaire de communiquer de nouveau à ce sujet ? 

DRH : Les chiffres présentés ce jour reflètent la réalité de ce qui a été effectué, et il est à signaler que nous avons intégré une nouvelle responsable formation. Il nous faut changer notre mode opératoire. En effet, nous avons une offre pléthorique, mais cette dernière n’est pas claire et pas nécessairement adaptée aux besoins de l’entreprise. Il est donc nécessaire de repartir du besoin du collaborateur afin de proposer une offre adaptée, car j’ai constaté que nous n’étions pas partis du besoin au sein des services d’appui. Ainsi, cette année et suite aux people reviews, chaque RRH sera en charge de consolider les besoins et les priorités identifiés au sein de chaque direction et de chaque métier afin de pouvoir établir, par la suite, une consolidation globale. Il nous faudra ensuite traiter les priorités qui auront été identifiées, puis nous battre afin d’obtenir du budget, car nous n’avions plus de budget. En toute transparence, nous sommes relativement contenus en termes de budget et nous ne pourrons donc pas traiter tous les besoins identifiés d’un seul coup, mais il nous faut avancer au fur et à mesure afin de repartir sur des formations priorisées et correspondant bien aux besoins des collaborateurs, des métiers et des directions. 

CFDT : Nous pouvons donc espérer une amélioration concrète dès que possible. 

DRH : Nous mettrons tout en œuvre pour que cela avance de la sorte. En tout état de cause, le plan de développement des compétences de 2021 partira bien des besoins identifiés et priorisés au sein des directions lors des people reviews. Lors de ma prise de fonction, j’ai pris soin de signaler que le contenu de ces formations doit être étudié par le métier lui-même. En effet, si l’Académie de la formation est en charge de la forme, le fond et le contenu doivent provenir du métier, et il sera nécessaire que les RRH s’investissent et fassent preuve de disponibilité afin d’identifier les contenus relatifs aux besoins et aux métiers. 

Egalité professionnelle femmes/hommes 

CFDT : Concernant l’allongement du congé paternité, il serait intéressant d’avoir également une visibilité sur la prise du congé paternité, comme le pourcentage de salariés concernés ayant pris ce congé et le nombre de jours pris par exemple afin de vérifier si cette disposition est, ou non, utilisée. 

DRH : Nous prenons note de ce point. 

CFDT : Nous avons repris le rapport de situation femmes/hommes de 2010, et l’avons comparé avec celui de 2020 pour voir l’évolution sur une décennie. In fine, nous ne notons pas vraiment beaucoup d’évolutions, et notamment concernant la répartition des femmes selon les catégories professionnelles. Ainsi, les femmes étaient à 32 % employées en 2010, et il en est de même en 2020. Le léger changement observé concerne le fait qu’elles étaient 44 % cadres en 2010, et qu’elles sont désormais à 48 % cadres en 2020 (et donc les femmes agents de maitrise sont passées de 24% en 2010 à 20% en 2020), mais nous notons néanmoins qu’à l’échelle d’une décennie ces phénomènes évoluent très peu et que le mécanisme “plafond de verre” se poursuit, car plus nous montons au sein des catégories professionnelles, moins nous avons de femmes, et cet état de fait reste toujours évident. 

DRH : Il s’agit d’une interprétation légèrement rapide, car le bilan social de 2010 concernait les services d’appuis Auchan Hyper. Nous avons donc désormais une société complètement et radicalement différente, soit une société de services d’appui uniquement, où nous avons intégré depuis une retailisation via une “fusion” Hyper, Super, staffs territoires et autres. Ainsi, même si les proportions ont peu évolué, nous n’avons pas néanmoins des éléments strictement comparables, loin de là. 

Commentaires CFDT : Pour nous expliquer pourquoi il y a si peu de différence entre les rapports de situation comparé de 2010 et celui de 2020, la DRH nous dit que le périmètre est complétement et radicalement différent. C’est vraiment pas de chance avec une telle différence de se retrouver avec quasiment la même photo qu’il y a 10 ans…

Rémunérations 

CFDT : L’indicateur 241 sur les avantages sociaux est incomplet, il manque les préavis et l’indemnité de licenciement, les préavis de démission et les primes de départ en retraite qui doivent normalement faire partie de cet indicateur. 

DRH : Nous relaierons votre remarque et allons voir pour l'année prochaine.  

CFDT : Concernant la rémunération et l’indicateur 213 relatif aux grilles de rémunération, nous notons que certains cadres et agents de maîtrise sont en dessous des minimas de la convention collective. Comment l'expliquez-vous ? Par exemple, nous notons un cadre rémunéré entre 17.000 et 20.000 € alors qu’un cadre est rémunéré à minima 32.000 € par an. 

DRH : Il s’agit de temps partiel. 

CFDT : Non, cela ne peut pas être du temps partiel, car l’indicateur précise qu’il s’agit de répartition de l’effectif présent tout au long de l’année, soit l’effectif permanent, en six tranches de rémunération annuelle calculée en équivalent temps plein. 

DRH : Normalement, cela est impossible, mais les chiffres étant ainsi, il convient d’étudier ce point, car nous effectuons une repasse tous les ans afin de recaler les salariés inférieurs aux minimas. 

CFDT : Ce tableau n’est donc pas correct ? 

DRH : Il doit effectivement y avoir une anomalie, mais je n’en connais pas la raison, et il faudrait se renseigner auprès de la business report. Concernant les grilles, nous avons dégagé un budget cette année, car certains salariés étaient positionnés en dessous du minima du pied de grille. Ainsi, au regard du budget dégagé, cela ne doit plus arriver. De plus, je n’accepte plus qu’une embauche soit réalisée en dessous des grilles. En effet, j’ai découvert à mon arrivée certaines pratiques consistant par exemple à ne pas recruter un CDD à la grille, ce qui est selon moi hallucinant. Il en est de même concernant les embauches de salariés en provenance de l’externe, il nous faut donc recruter au bon niveau de la grille, et au minimum acceptable. Cette situation est donc en train d’évoluer, car j’ai posé des règles strictes auxquelles je ne dérogerai pas. 

CFDT : Nous nous en réjouissions, car cela fait longtemps que nous dénonçons ce genre de pratique, et notamment la mécanique consistant à opérer en plusieurs étapes pour aligner les salariés promus sur le mini de leur grille. Si un salarié tient bien son niveau de tenue de fonction, il doit bénéficier de la rémunération minimum associée. 

DRH : Le principe de procéder par étape concernant la promotion interne est révolu. Ainsi, si un salarié exerce correctement son métier, il doit bénéficier du minimum de la grille. De plus, je me refuse à embaucher à l’externe en dessous de la grille. N’étant pas omniprésente, si vous constatez ce genre de pratique, je vous demande de me remonter le problème, car cette règle est, selon moi, extrêmement claire et non négociable. 

CFDT : Nous sommes heureux de vous l’entendre dire, et nous pouvons peut-être également être transparents concernant les grilles de salaire ? 

DRH : Les RRH n’avaient pas toutes les grilles, mais ils les ont désormais, et j’ai demandé à ce que ces dernières soient communiquées. Il est à noter qu’un collaborateur doit avoir connaissance de sa grille, mais il n’a pas à avoir connaissance de la grille des autres salariés. Si un collaborateur n’a pas accès à sa grille, il doit la demander à son manager, voire à son RRH. 

Commentaire CFDT : Il est malheureusement évident que la majorité des agents de maitrise et des cadres n’ont pas connaissance de leur fourchette de salaire alors que c’est prévu dans l’accord. Nous avons lancé un sondage à ce sujet : https://tinyurl.com/3cwuh3bm

Par ailleurs, pour la CFDT, il faut aller plus loin en étant parfaitement transparent sur les différentes grilles métier. Pourquoi faire des cachoteries à ce sujet ? 

CFDT : L’indicateur 222 relatif aux dix plus hautes rémunérations au sein d’ARS-ARA a augmenté de 31 %, et cela interpelle beaucoup. 

DRH : Il s’agit d’une erreur qui m’a été signalée en Comité ARF. Il s’avère que la business report a commis une erreur concernant le périmètre de cet indicateur en prenant en compte des rémunérations variables qui n’ont jamais été incluses au sein de cet indicateur relatif uniquement aux salaires. Ainsi, cet indicateur évolue de 7,8 %, et cela est uniquement lié au fait que la composition des dix plus hautes rémunérations a varié. En effet, nos directeurs de territoire ne sont plus inclus au sein du Comité de Direction, mais ils sont désormais inclus au sein des effectifs ARS-ARA. Le bilan social a donc été corrigé, et il a dû vous être envoyé. 

CFDT : Les indicateurs 221 et 222 sur la hiérarchies des rémunérations, doivent prendre en compte toute la rémunération (bonus, stock option, actions gratuites, etc.) pas seulement le salaire. 

DRH : Les indicateurs 221 et 222 en 2019 ne tenaient compte que du salaire. Pour être comparables en 2020, et que ces indicateurs aient du sens, nous avons repris la même définition de la rémunération.

Commentaire CFDT : La DRH pourrait faire la correction sur les années précédentes afin de permettre le comparatif, car là, de fait, les infos sont incomplètes ! 

CFDT : L'indicateur 251 Ratio frais de perso sur revenu HT est vide. Toutes les entreprises ont normalement un compte de résultat donc on devrait pouvoir également indiquer un revenu et faire le ratio. 

DRH : Sur ARS/ARA, en tant que structure d'appuis, nous n'avons pas de revenu au sens revenus d'exploitation. Cet indicateur ne nous concerne donc pas. De la même façon, il n'existe pas dans le Bilan d'ARL. 

CFDT : A date, les retours aux salariés concernant les augmentations de salaire ne sont toujours pas faits. Quand cela est-il prévu ? 

DRH : La campagne de revalorisation a été clôturée le 15 juin, et le feu vert concernant les retours a été donné le jeudi 17 juin. Ainsi, avant le 17 juin, aucun retour n’a été effectué. En effet, le 15 juin, j’ai effectué les contrôles de cohérence sur la campagne salaires et vérifié que les budgets de rattrapage dégagés sur les problématiques de pieds de grille et d’égalité homme-femme avaient été utilisés, et à bon escient. Depuis le 17 juin, les retours se font progressivement, et ce, jusqu’au 27 juin, car il s’agit d’un acte managérial et un moment important où le manager doit consacrer du temps à son collaborateur. 

Conditions de travail 

CFDT : Il manque l'indicateur 353 en matière de sécurité : Taux de réalisation du programme présenté l'année précédente. Et l’indicateur 452 : Taux de réalisation du programme d’amélioration des conditions de travail présenté l'année précédente. 

DRH : Ces taux ne sont pas suivi au national donc ils ne rentrent pas dans le bilan social. En revanche, toutes les informations liées au programme de sécurité ont été présentées en CSSCT puis en CSE. 

Commentaire CFDT : C'est dommage de ne pas avoir ces taux qui seraient plus facilement lisibles et comparables d’une année sur l’autre. 

CFDT : Il manque l’indicateur 441 : Expériences de transformation de l'organisation du travail améliorant son contenu. Explicitation de ces expériences d'amélioration du contenu du travail, donner le nombre de salariés concernés. 

DRH : Nous ne menons pas d' "expériences" sur la transformation de l'organisation du travail. En revanche, toutes les décisions de l'entreprise ayant un impact sur les conditions de travail sont passées en CSSCT et en CSE.  

Commentaire CFDT : Il y a pourtant déjà eu des expérimentations menées par le passé et qui n’apparaissaient pas dans cet indicateur.
A surveiller, notamment avec les tentatives de faire du flex-desk sauvage (même avant la crise covid). 

CFDT : Y a-t-il un projet de flex-desk ? 

DRH : Le flex-desk n’est pas d’actualité et il est urgent de ne pas se presser concernant ce sujet. Ainsi, nous allons dans un premier temps constater comment se déroule ce retour à la “normale”, ce que donnera ce nouvel accord télétravail et comment ce dernier fonctionnera. Seulement ensuite, nous pourrons peut-être éventuellement nous interroger, mais je rappelle clairement que le flex-desk n’est pas d’actualité. 

CFDT : Le sujet était pourtant déjà évoqué comme mode de fonctionnement avant la crise sanitaire, en DSI notamment. 

DRH : En tout état de cause, aujourd’hui, ce n’est pas un sujet et nous avons suffisamment de place pour tous les collaborateurs au sein de la Centrale. Même si certains souhaitent réorganiser les locaux, j’affirme de nouveau que le flex-desk n’est ni un sujet ni un projet à ce jour. Je m’interdis d’aborder ce sujet tant que nous n’aurons pas de visibilité concernant le nouvel accord télétravail et sa mise en place. 

CFDT : Concernant les sanitaires, des travaux sont nécessaires, car bon nombre d’entre eux sont condamnés, notamment à Colibri et DSI. De plus, le nombre de toilettes n’est pas conforme au nombre de salariés accueillis au sein de la Centrale. Il serait donc opportun de régler ce problème. 

Direction des Services Généraux : Concernant Colibri, nous avons découvert que des pans de mur de carrelage s’effondrent, et ayant passé la décennale, nous n’avons donc pas de recours possible. Un investissement a d’ailleurs été inscrit afin de refaire des pans de mur de carrelage prêts à tomber, et c’est la raison pour laquelle certains sanitaires sont en effet condamnés. Nous essayons de ne pas condamner l’ensemble des sanitaires, et nous demandons aux sociétés de traiter deux niveaux par deux niveaux, et de les remettre en fonction au fur et à mesure. De plus, lors de chaque remodeling de sanitaire, nous augmentons le nombre de sanitaires et d’urinoirs, et nous en profitons également pour ajouter des toilettes PMR, notamment à l’accueil. 

Avis CFDT concernant le bilan CSSCT de l’année 2020 :

Nous constatons que des actions ont été réalisées, mais il nous est relativement difficile d’en avoir une bonne évaluation dans la mesure où nous avons été beaucoup en télétravail en 2020 et que la situation actuelle fait que les conditions de travail ne sont pas nécessairement optimums. Nous notons qu’il reste du travail, et que des actions ont été prévues afin d’améliorer les conditions de travail. Néanmoins, en l’état actuel, nous constatons plutôt une dégradation des conditions de travail qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement liées aux chantiers en cours. Ainsi, il est relativement difficile d’apprécier ces différents points à ce jour. 

Astreinte 

CFDT : Les salariés en astreinte sont-ils intégrés dans la surveillance médicale renforcée ? 

Médecin du travail : Non, car concernant le travail de nuit, nous n’avons les informations que de manière rétrospective puisqu’il s’agit d’un nombre d’heures annuel au sein de la tranche 22h-5h. Ainsi, les astreintes ne sont pas incluses. 

CFDT : Depuis quand les heures d’intervention sous astreinte des salariés en forfait jour ne sont-elles plus payées, mais considérées comme faisant partie du forfait jour ?  

DRH : Il s’agit d’une règle qui existe depuis l’accord astreinte d’août 2019.
Dans le cadre des échanges paritaires lors de la négociation, puis en Commission de suivi, il a bien été précisé au sein de cet accord que le temps de travail effectué en intervention au cours d’une astreinte est payé comme du temps de travail effectif, et concernant les cadres au forfait jour, le temps de travail effectif est payé par déduction de jours ou demi-journées du forfait jour du salarié. Par exemple, lorsqu’un collaborateur intervient trois heures un samedi dans le cadre d’une intervention, une demi-journée est décomptée de son forfait jour. 

CFDT : Ca n’est pas vraiment précisé dans l’accord. 

DRH : Il est vrai que nous n’avions pas précisé ce point. En effet, partant du principe qu’il est inscrit que cela est payé comme du temps de travail effectif, il n’y a tout simplement pas de règles dérogatoires aux règles de l’accord temps de travail. 

CFDT : En DSI, il y a une antériorité. Les heures d’intervention étaient rémunérées en sus du forfait jour, et comme le message passé avec l’accord d’astreinte concernait une revalorisation des astreintes, cela devient légèrement contradictoire, car ne plus rémunérer les heures n’apparaît pas véritablement comme une revalorisation. Au-delà de ça, il est à noter que le mécanisme d’astreinte est un système qui fonctionne de manière très précise, très “rigide”, mesuré en heures et en minutes, et il n’est pas totalement compatible avec le système de forfait jour qui réclame de l’auto-organisation dans le temps de travail. Ainsi, la situation devient légèrement complexe lorsqu’un système qui repose essentiellement sur un système horaire est mélangé avec un système en jours, et donc de la perte d’un certain niveau de rémunération pour les salariés qui effectuaient de l’astreinte auparavant et qui en effectuent maintenant avec cet accord. 

DRH : L’accord astreinte étant à durée déterminée, soit jusqu’en novembre 2022 de mémoire, ce sujet sera probablement de nouveau évoqué. Il est à noter que la prorogation de l’accord est disponible au sein du portail Birdy. 

Commentaire CFDT : Les organisations syndicales signataires de cet accord n’ont pas été très regardantes… 

Restauration 

CFDT : Sur l'indicateur 711 « répartition des dépenses de l'entreprise », il manque la restauration.

DRH : L'indicateur 711 concerne les œuvres sociales "directement supportées" par l'entreprise. La restauration d'entreprise est prise en charge par le CSE et non par l'entreprise. 

CFDT : Concernant la problématique de fonctionnement du restaurant d’entreprise avec la baisse de fréquentation : beaucoup d’externes n’y vont pas car API n’accepte pas les tickets restaurant, ils vont donc déjeuner ailleurs. Le fait d’accepter les tickets restaurant pourrait constituer une possibilité d’augmenter le nombre de convives. 

Direction des Services Généraux : Je vais me renseigner concernant ce point, et vous tiendrai informés.
Nous avons aujourd’hui un site que nous entretenons et qui ne peut servir que pour de la restauration. Nous sommes donc également acteurs afin d’inciter les salariés à aller déjeuner à la Rotonde. Si nous n’y parvenons pas, le restaurant d’entreprise fermera. Ces mêmes difficultés sont également vécues au sein du Corporate qui fonctionne avec un partenaire leader du marché. 

CFDT : Avant dans arriver là, serait-il envisageable d’ouvrir la Rotonde à des entreprises extérieures aux alentours ? 

Direction des Services Généraux : Il s’agirait alors d’un RIE, avec les complexités ad hoc. L’aspect sécurité devrait alors être repensé. Un RIE est intéressant lorsqu’il est situé au sein d’un bâtiment regroupant plusieurs sociétés. Nous concernant, la difficulté reposerait également sur les places de stationnement. Ainsi, selon moi et d’un point de sécuritaire, il serait maladroit de l’exclure, mais il s’agirait de la dernière alternative à mettre en place. En effet, nous hébergeons déjà Orange, et la gestion et le stationnement sont déjà complexes. 

RTT 

CFDT : Concernant le nombre de jours de RTT, un rappel pourrait-il être fait et publié, peut-être dans HR4You ? 

DRH : Juridiquement, ce ne sont pas des jours de RTT, mais des jours de repos versus le nombre de jours à prester pour un collaborateur au forfait jour. Les cadres au forfait jour ont un nombre de jours à prester, et le nombre de jours de repos va dépendre du nombre de jours fériés ouvrés de l’année. Si le collaborateur travaille, ou non, un samedi cela va également modifier la façon dont nous allons calculer le nombre de jours à retirer, soit le nombre de jours de repos à enlever de son forfait jour. Ainsi, il est impossible de généraliser un document qui serait valable pour l’ensemble des situations des collaborateurs et pour toutes les années. Il est à noter qu’il est possible de connaître le nombre de jours de repos au sein de l’outil en planifiant les cinq semaines de congé entre le 1 er juin et le 31 mai, et en se positionnant au 31 mai de l’année suivante afin de voir la différence entre le nombre de jours à prester et le nombre de jours prestés, soit le nombre de jours de repos à poser sur l’année. Ainsi, l’outil permet de trouver cette information qui est individuelle, car chaque situation est particulière. 

Avis CFDT sur le projet de déménagement de la plateforme Fruits et légumes de Samazan vers Beychac

CFDT : Comment pourrons-nous suivre, au sein de ce CSE, le bon déroulement des formations et des accompagnements ? 

Direction : Nous pouvons vous proposer de procéder à un point d’étape dans six mois.
Nous sommes au sein d’une projection à un an, et les formations auront lieu juste avant la bascule. Ainsi, elles devraient débuter à compter d’avril 2022. Cependant, nous pouvons effectivement communiquer les dates de formation et le programme de formation par exemple. 

CFDT : Oui, et nous pourrions également savoir si cela se passe bien. 

Direction : Nous pourrons vous faire un retour. Il nous faut dans un premier temps savoir qui sera mobile, puis nous pourrons vous communiquer ces informations. Suite aux différentes bascules déjà opérées, nous sommes relativement bien organisés et les formations se sont améliorées, même vis-à-vis des magasins, car nous avons également mis en place des formations au sein des Supers. Ainsi, nous avons désormais une certaine visibilité concernant ces sujets. 

La CFDT rend un avis favorable, mais avec une réserve.
Nous espérons bien évidemment que ce déplacement géographique ne soit pas un bouleversement insurmontable pour ces familles. Potentiellement, le télétravail peut également s’envisager, comme cela a déjà été partiellement mis en place lors de cette crise sanitaire. Il conviendra également de s’appuyer sur la GPEC si cela s’avère nécessaire concernant les salariés qui ne seraient pas mobiles. 

DRH : Nous avons bien pris note d’inscrire ce point à l’ordre du jour du CSE de décembre afin de présenter les retours des collaborateurs.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués CFDT au CSE :
Hugues   Anne-Sophie  Thierry  Fabien
  Hugues     Anne-Sophie   Thierry      Fabien

18/11/2015

Avis CFDT aux CE Auchan Centrale d’octobre 2015

795001983.jpg

Rapport de situation comparée Femme/Homme 2014
On note un très gros déséquilibre sur les temps partiels et les CDD, ainsi que sur les écarts de salaires à partir du niveau 7. Les femmes restent sur des emplois plus précaires et des rémunérations moindres. On souligne les efforts faits, on encourage la Direction dans ce sens et on se félicite des actions menées notamment en DSI avec « l’informatique au féminin ». Cependant l’écart est toujours insatisfaisant, on aimerait une vraie accélération sur la rémunération à partir du niveau 7 et une évolution sur le partage des congés parentaux entre les hommes et les femmes. Il y a un effort à faire sur les salaires des femmes.
Pour la CFDT, c’est donc un avis défavorable sur l’état des lieux présentés, et un encouragement sur le travail de la commission et les actions menées par la Direction.


Projet de transfert des équipes Puériculture et Vêtements dessous Enfants vers la DOAPI
Pour la CFDT c’est un avis favorable. Les enjeux sont clairement identifiés et importants pour ce projet. Il faut bien être au clair avec les personnes concernées sur les changements.


Projet d’évolution de la DSI Auchan
Pour la CFDT, c’est un avis favorable. On tient à ce que l’on ait une vraie transparence sur les informations données aux collaborateurs concernés pour leur permettre de se positionner clairement. Concernant la conduite du changement, le sens et bien porté et appréhendé par l’ensemble des équipes de la DSI. Le risque est d’entendre le message suivant « on fait comme avant » et donc de voir le sens du projet être un peu détourné de son objectif.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués au CE :  

Francis   Christophe  Fabien
Francis    Christophe   Fabien 

15:22 Publié dans Comité d'Etablissement (CE) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : égalité, femmes, hommes, transfert, réorganisation, dsi, doapi | |  Facebook | | | |

19/03/2014

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 19/12/13

795001983.jpg

CFDT : Concernant l'incident informatique du 27/11, pouvez-vous nous préciser l'impact et le cout ?

 

DRH : L'incident TWS dont vous parler a été provoque par une erreur d'un collaborateur. Les équipes concernées sont restées tard le soir pour résoudre l'incident, et y sont finalement parvenu. Il est difficile de chiffrer cette engagement, ce sont des cadres en forfait jour. Au final, il n'y a pas eu d'impact métier.

 

Commentaire CFDT : En réalité l’erreur ne vient pas d’un collaborateur, et il y a eu des impacts métier…

 

CFDT : Au-delà des chiffres du rapport de situation comparée Femmes/Hommes, quelles sont les objectifs et le plan d'actions spécifiques pour les services centraux, et le bilan des actions menées ?

 

DRH : Voir la présentation du dossier.

 

Commentaire CFDT : Le dossier est vide sur ces points !

 

CFDT : Le temps de formation des effectifs féminins annexe1 est de 5 heures inférieur à celui des hommes. Quelle en est l’explication ?

 

DRH : Pour l'année 2012, sur le périmètre Services Centraux, les effectifs formés « féminins employés » sont 765 participantes pour 4713h soit 6h10 par participantes. Pour les effectifs formés « masculins employés » nous avons 100 participants pour 753h soit 7h30 par participants.

 

CFDT : Les jeunes de moins de 25 ans représentent 1% de l'effectif global des CDI. Comment va être mené dans les services centraux l’objectif de recrutement de jeunes en CDI à hauteur de 65% des embauches annuelles prévu dans l’accord relatif au contrat de génération ?

 

DRH : Le taux de 65% est un objectif Société. A noter que sur les services centraux ont a actuellement un taux moyen :

100 embauches en CDI en 2010 avec 23 salariés de moins de 25 ans (23%)

160 embauches en CDI en 2011 avec 33 salariés de moins de 25 ans (21%)

87 embauches en CDI en 2012 avec 20 salariés de moins de 25 ans (23%)

Bien évidemment, les Services Centraux participeront à cet objectif national commun.

 

CFDT : La garde des enfants est une demande récurrente, serait-il possible de trouver une solution de garde à proximité de la Centrale d'Achats (partenariat avec la Municipalité, ou d'autres enseignes -exemple: société Happychic, groupe Mulliez, qui possède sa propre crèche) ?

Gain escompté: moins de temps partiel, moins d'absentéisme.

 

DRH : A ce jour, l’entreprise ne souhaite pas partir dans cette direction. A noter, suite au forum social, la possibilité d’une aide par la mairie de Villeneuve d’Ascq pour les enfants (crèches …) et les inscriptions à l’école.

 

CFDT : Dans les métiers de l'Offre, de l'Achat, de l'Appro, quelles sont les passerelles Employés vers Agent de Maîtrise et Agent de Maîtrise vers Encadrement ?

 

DRH : Pour les passerelles pour employés vers agent de maîtrise: métier de gestionnaire d'approvisionnement ou gestionnaire import, métier de manager du pole référencement multi canal. Je pense qu'il faut avoir une vision société pour évoluer et non restreinte à 3 services. Cela diminue les possibilités.  Métier agent de maîtrise vers cadre: un passage magasin est souvent envisagé car les métiers de l'offre et de l'achat nécessite de connaitre le client.

 

CFDT : Quelles sont les organismes principaux qui nous accompagnent dans la mise en œuvre de la politique de formation Auchan ?

 

DRH : Le parc des prestataires de formation est composé à la fois de fournisseurs de produits, de services ou des spécialistes du marché de formation pour professionnaliser nos métiers de distribution tout en étant très vigilant pour éviter toute position dominante au sein de l'activité du prestataire.

 

CFDT : Quelle place a l'IFE dans la politique de formation Auchan ?

 

DRH : L'IFE est un institut, donc un centre de formation national qui produit et organise des sessions de formation sur un site, comme les CSP formation des régions.

 

CFDT : Quelles sont les notes de satisfaction de l'IFE et des autres organismes ?

 

DRH : l'IFE n'anime que quelques formations via Côme, Henri et Nicole et les évaluations de satisfaction sont équivalentes aux organismes de formation externes. Les animateurs internes qui opèrent sur tous les sites sont évalués manuellement.

 

CFDT : Concernant la nouvelle organisation des visites médicales, le CHSCT n’a pas été consulté (ni informé). Cette instance a-t-elle encore été oubliée ?

 

DRH : La consultation du CE n’était pas nécessaire sur la mise en place des entretiens infirmiers. En effet, le CE est consulté sur la nomination du Médecin du travail, le choix du service de santé au travail par exemple. La présentation de ce jour touche à l’organisation. Ce sera donc une information du CE qui sera également faite au prochain CHSCT avec un 1er bilan à 3 mois.

 

Commentaire : Ils mettent à l’ordre du jour du CE une consultation qui « n’était pas nécessaire » mais avaient oublié une foi de plus le CHSCT…

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués au CE :

 Marcelino   Grégory  Fabien
Marcelino
    Grégory   Fabien  

08/03/2013

Mixité et égalité professionnelle, les bonnes intentions ne suffisent pas !

égalité,femmes,accordsA la veille de la journée internationale des femmes, la CFDT a organisé une journée de débats intitulée "la mixité, on a tous à y gagner" à laquelle a participé Fabien, délégué CFDT Auchan Centrale. Les participants ont échangé sur la nécessité de lutter contre les stéréotypes de genre et la manière de rendre effectives les mesures qui permettent aux femmes d'être reconnues, au même titre que les hommes, dans toutes les sphères de la société.

« Les femmes auraient une tendance naturelle à la bienveillance et au sacrifice. Ca n’aide pas beaucoup pour faire une carrière professionnelle ! » Ce n’est pas sans humour que la psychanalyste Sophie Cadalen s’est prêtée à l’exercice de déconstruction des stéréotypes de genre lors du rassemblement organisé par la CFDT le 7 mars 2013. La veille de la journée internationale des femmes, la Confédération a convié 200 militant(e)s à participer à des débats portant sur la place des femmes, non seulement au travail, mais aussi au sein de la CFDT en tant que responsables syndicales. Sophie Cadalen, ainsi que la chercheuse en sciences politiques Réjane Sénac et le DRH de Bayer HealthCare, Luc Derache, ont ouvert les discussions sur la persistance des stéréotypes. Des archétypes que nous véhiculons tous bon gré mal gré et qui contribuent à ce que les femmes ne soient pas reconnues au même titre que les hommes dans de nombreuses sphères de la société. Ancrées dès le plus jeune âge, ces représentations peuvent évoluer grâce à l’éducation. C’est ce que le gouvernement entend expérimenter avec le programme « ABCD de l’égalité » qui sera lancé à la rentrée 2013 dans dix académies auprès d’élèves en dernière section de maternelle jusqu’à la fin du primaire, avant d’être généralisé à la rentrée 2014.

De bonnes intentions pavées de différenciation

Quoi qu’en dise le fameux best-seller, les hommes ne viennent pas de Mars, pas plus que les femmes ne viennent de Vénus ! Prenant le contre-pied du livre de John Gray, Sophie Cadalen s’est appuyée sur un exemple : « tous les hommes ne souhaitent pas être conformes à « l’obligation » d’être ambitieux. Nous sommes tous des exceptions à ces stéréotypes ». La politiste Réjane Sénac a souligné combien ces mythes avaient abouti à l’édification d’une République non mixte. Et aujourd’hui, « on a tendance à justifier la présence des femmes dans les sphères du pouvoir pour les mêmes raisons qu’on les en a exclues, a mis en garde la chercheuse. On met en avant comme facteur de performance leur genre, leur différence, au lieu de prendre pour base le principe d’égalité. »

L’argument de la performance est pourtant revendiqué par le DRH de Bayer HealthCare, Luc Derache. « Il est au cœur de nos accords spécifiques sur l’égalité hommes/femmes ou sur la diversité », a-t-il expliqué, donnant l’exemple dans son entreprise de « jeunes salariées d’origine maghrébine qui s’investissent davantage dans leur travail et qui ont beaucoup plus le souci de réussir que d’autres qui sortent des grandes écoles. C’est un stéréotype, mais cette réalité permet de changer la structure de l’entreprise et d’en augmenter la performance. » L’accord signé en 2009 par les partenaires sociaux au sein de Bayer HealthCare contient en grande partie des mesures pour faciliter la conciliation entre vie professionnelle et vie privée : pas de réunion après 17 heures, prise en charge des frais de garde d’enfants lors de déplacements professionnels, rémunération à 100% du congé paternité au-delà du plafond de la Sécurité sociale, etc.

Mais beaucoup d’accords sur l’égalité professionnelle entre femmes et hommes sont en deçà de la loi.


Fini les paroles, place aux actes !

« Le cadre juridique est relativement complet. Une dizaine de lois ont été votées en l’espace de quarante ans. Elles sont de plus en plus précises, mais pour autant les outils ne sont pas mis en place, a fait remarquer la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. A peine 50 % des entreprises ont réalisé le rapport de situation comparée, par exemple. Nous avons établi un décret en décembre 2012 pour que les contrôles soient plus systématiques. Désormais les entreprises d’au moins 50 salariés doivent envoyer aux Direccte leurs accords et plans d’action relatifs à l’égalité professionnelle. Un bilan sera réalisé au second semestre 2013 et les sanctions seront mises en œuvre à partir de la fin de l’année. »

Laurent Berger a cependant déploré que ce pouvoir de sanction soit insuffisant, faute de moyens dévolus à l’Inspection du Travail. Mais le secrétaire général a aussi souligné que le dialogue social apportait des résultats, présentant la négociation sur la sécurisation de l’emploi et celle qui vient de débuter sur la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle, comme étant « les deux faces d’une même pièce de monnaie. » Ainsi, grâce à l’accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l’emploi, les temps partiels subis, qui touchent à 80 % des femmes, ne pourront plus être inférieurs à 24 heures hebdomadaires. Cet accord met en place une base de données socio-économiques sur les entreprises accessibles à toutes les instances représentatives du personnel. « Cette base favorisera l’approche intégrée des sujets de négociation et évitera ainsi que l’égalité professionnelle ne soit traitée de manière annexe. Elle favorisera par exemple la prise en compte de l’égalité salariale dans la négociation annuelle obligatoire », a précisé Laurent Berger. Une des grandes avancées que pourra apporter la négociation en cours sur la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle sera d’inscrire l’organisation du travail comme sujet de négociation. Mais il faudra pour cela que le patronat accepte de s’engager sur ce sujet déterminant pour la place des femmes au travail.

A Auchan, l'équipe CFDT avait été particulièrement moteur depuis plusieurs années pour réclamer un accord et le négocier. Malheureusement cet accord de 2010 était accès sur de bonnes intentions et des déclarations de principes, mais ne comportait pas grand-chose sur le « comment faire ».
Beaucoup de points mentionnés dans cet accord de 2010 n’étaient en fait que de simples reprises de la loi, de l'accord national interprofessionnel, de la convention collective de branche, ou déjà présents dans d’autres accords Auchan…

Il vient d'expirer et un nouvel accord est en cours de négociation.
Nous espérons que ce deuxième accord contiendra plus d’engagements. Nous avons adressé il y a quelques mois de nombreuses propositions à la DRH Auchan France.
 

3329076062.JPG

19:38 Publié dans Actions syndicales, Egalité - Diversité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : égalité, femmes, accords | |  Facebook | | | |

17/12/2012

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 22/11/12

CFDT : Il existe dans certains services une fonction de « coordinateur » tenue par des salariés au statut Employé. Ceux-ci reçoivent des employés en entretient individuel, les réprimandent éventuellement  sur la qualité de leur travail, leurs charges, leurs conversations ou leur temps de travail…
Cela relève-t-il bien de la fonction ? Si oui, ne devraient-ils pas passer agent de maitrise ?

DRH : Nous avons bien noté la question. Cependant pour la traiter il nous est nécessaire d’avoir plus d’information, quel service est concerné ? Si effectivement de telles pratiques se mettent en place, nous ferons un rappel aux managers concernés, une fois identifiés, qu’il est de leur responsabilité de manager, d’accompagner, de sanctionner, de faire les remarques nécessaires éventuelles. Cette responsabilité ne peut se déléguer.

Commentaire CFDT : La DRH sait très bien que cela se fait notamment au CSP Compta fournisseurs puisque nous le lui avons signalé en octobre…

Egalité professionnelle

CFDT : Les entretiens de recrutement sont-ils mené autant par des hommes que par des femmes ?
Quelle est la répartition précise ?

DRH : A Auchan, tout responsable peut-être amené à recruter, et ce en plus des équipes ressources humaines et recrutement dont c’est une partie de la mission. Aucune étude, ni statistique n’est menée en terme de nombre d’entretiens, et du sexe des responsables ayant participé au circuit de recrutement.

Commentaire CFDT : Auchan écrit dans l’accord égalité professionnelle que les entretiens seront menés autant par des hommes que par des femmes « dans la mesure du possible » (ce qui n’est déjà pas un très fort engagement) mais de plus n’a aucun moyen de suivre cela ! Un bel exemple de poudre aux yeux qui confirme ce que l’on disait de cet accord. Celui-ci venant à expiration, la renégociation est ouverte. Espérons que le prochain contiendra de vrais engagements.

CFDT : Quelle est la moyenne en temps de promotions des hommes et des femmes dans chaque catégorie de l’entreprise (sur 5, 10, 15 ans et plus) ?

DRH : En reprenant les éléments présentés lors des précédentes commissions en termes de promotions internes, on note :

·  Passage Employés à Agent de maîtrise en 2006 : 81.6% de femmes / en 2010 : 68.8% de femmes  / en 2011 : 87.5% de femmes

·  Passage employés et agents de maîtrise à Cadres en 2006 : 44.3% de femmes / en 2010 : 73.33% de femmes / en 2011 : 52.63% de femmes

·  Au global sur l’ensemble des promotions on a en 2006 : 63.2% de femmes / en 2010 : 71.0% de femmes /  en 2011 : 72.1% de femmes

En parallèle, le taux d’embauche en CDI des femmes sur les 3 années représente :
Pour les employés en 2006 : 83.3% /  en 2010 : 90.5% / en 2011 : 93.1%
Pour les agents de maîtrise en 2006 : 20% / en 2010 : 66.7% / en 2011 : 63.6%
Pour les cadres en 2006 : 40.8% / en 2010 : 47.8% / en 2011 : 53.1%

Commentaire CFDT : Cela ne répond pas à la question. Nous n’avons pas demandé le taux de promotion par sexe mais combien de temps en moyenne passe-t-on d’une catégorie à une autre selon le sexe.

CFDT : Existe-t-il une marge de négociation pour les salaires lors d’un recrutement ?

DRH : Oui, pour les postes d’encadrement il existe une petite marge de négociation en fonction de l’expérience professionnelle du candidat. Pour les postes d’employés, il y a application de la grille définie au national.

CFDT : Existe-t-il dans l’entreprise des plans de carrière visant à résorber les inégalités structurelles dans l’emploi et les carrières hommes/femmes ?

DRH : Il n’existe pas de plan de carrière à proprement parlé mais des démarches comme par exemple « Mixité » mise en place à Auchan qui vise 3 objectifs :

  • Permettre aux femmes de se développer et de définir leur projet professionnel au regard de leur projet de vie,
  • Faire réfléchir les femmes sur ce que l’entreprise doit mettre en œuvre pour développer le nombre de femmes à des postes de direction,
  • Rencontrer des personnalités en interne et en externe pour échanger avec elles sur leur regard concernant l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

CFDT : Le nombre de femmes recrutées est-il au moins proportionnel avec celui des diplômées et qualifiées dans la filière ?

DRH : On a bien noté la question, cependant nous n’avons aucun élément nous permettant d’apporter un quelconque éclairage la dessus.

CFDT : Pourquoi ne pas mettre en place une politique de rémunération claire et lisible donnant l'accès aux grilles de salaires (employé, agent de maitrise, cadre) à tous ?

DRH : Ce n’est pas une question du ressort du CE des services centraux. C’est une question à poser au national.

Commentaire CFDT : Rien n’empêche de répondre au CE des services centraux.

CFDT : Appliquez-vous le rattrapage du salaire suite à un congé maternité (neutralisation) ? (Augmentations générales et individuelles perçues par les salariées de la même catégorie professionnelle)

DRH : Pour les employés, les augmentations collectives ou de grilles s’appliquent également aux salariées en congés maternité, et pour les membres de l’encadrement l’augmentation de salaires est au minima celle prévue pour l’année considérée. De plus, nous rappelons que l’absence maternité n’entraîne plus de minoration de la RVI (4 mois).

Commentaire CFDT : La loi de 2006 
neutralise l’impact du congé maternité sur la rémunération. Ce congé est considéré comme du temps de travail effectif à ce niveau. Il ne doit avoir aucun effet négatif sur la rémunération. Nous avons soumis à la DRH des cas dont le congé maternité avait impacté la rémunération, nous attendons de voir comment cela sera traité.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués au CE:

  Marcelino    Grégory  Fabien

Marcelino   Grégory   Fabien     

28/08/2012

A priori : Les femmes sont plus diplomates que les hommes

"A priori" est une websérie par Théâtre à la Carte, pour prendre du recul avec humour sur les a priori qui peuvent exister entre les femmes et les hommes.

Pour suivre la série, rendez-vous sur le blog du Théâtre à la Carte : http://leblog.theatrealacarte.fr/

16:03 Publié dans Egalité - Diversité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femmes, hommes, égalité, discriminations, vidéos | |  Facebook | | | |

08/03/2012

Auchan invite son personnel féminin à s'occuper du repas

La direction générale Auchan organise une « rencontre exceptionnelle »  pour les femmes de l’entreprise.

Ca se passera au lendemain de la journée de la femme.

What-elles.jpg

 

Côté direction il n'y aura que des hommes.
Côté invité il n'y aura que des femmes.
Ca se passera sur le temps du midi pendant la pause méridienne.
Chacune devra ramener un plat...

Décidément, l'égalité Femme/Homme ça n'est vraiment pas leur truc à Auchan !

A lire :

Journée de la femme : l'occasion de faire le point à Auchan


Pourquoi la CFDT n'a pas signé l'accord égalité professionnelle à Auchan


Enquête CFDT sur l'égalité professionnelle en Centrale Auchan

19:01 Publié dans Egalité - Diversité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femmes, égalité | |  Facebook | | | |

29/07/2011

Questions CFDT en réunion DP Auchan Réaumur

CFDT : Questions concernant les travaux :

-          Radiateurs : Quand seront-ils enlevés ?

-          Moquette : Est-ce qu’elle sera changée dans tous les bureaux du site ?Si oui, quelle en est l’échéance ?

-          Fenêtres : Un changement éventuel est-il prévu ? Si oui, en double vitrage ? Pourrons-nous les ouvrir ?

-          Climatisations : Grosses inquiétudes par rapport au fait que la climatisation soit coupée cet été en pleine chaleur et ne re-fonctionne pas avant cet hiver en plein froid. Que pouvez-vous dire pour rassurer les collaborateurs inquiets ?

-          Remarque : Attention au placement des climatisations qui se trouvent souvent « sur » 1 personne et pas sur les autres, d’où des différences notables de température d’un bureau à un autre dans une même pièce.

 

DIRECTION : Les travaux sur le site ont commencé. Nous n’avons pas encore de rétroplanning précis sur les différentes interventions. L’objectif est que tous les travaux de chauffage et de clim se fassent cet été.

Les clims dans les bureaux vont être adaptées et transformées en Clim réversibles. Ces travaux auront lieu en août/septembre et dureront environ 15 jours. Les autres clims dans les salles seront coupées dés la semaine 25 et ce pour tout l’été.

Certaines clims seront déplacées dans certains bureaux pour une meilleure répartition de la chaleur (déplacement défini par le prestataire). Les clims ne seront pas déplacées pour des critères personnels.


Commentaire CFDT : le déplacement d’une clim coûte 1300 €.

L’info devrait être envoyée pour prévenir tout le monde de la date d’enlèvement des clim actuelles.

 

DIRECTION : Les moquettes claires uniquement seront changées dés que les radiateurs seront enlevés et les travaux de clim terminés.

 

Les nouvelles moquettes seront foncées, à priori, bleues.

 

DIRECTION : Pas de changement de fenêtres prévu pour le moment, mais possibilité de faire réparer les vasistas pour ceux qui le souhaitent.

 

CFDT :

-          Inquiétudes nettes concernant les émanations de poussière dues aux travaux. Ne sont-elles pas dangereuses ?

-          Problème avec ascenseurs côté rue St Denis : est-il possible de demander à la propriétaire (ou à l’entreprise des travaux) de laisser 1 ascenseur libre et propre …

-          Les bâches glissantes sur les escaliers sont extrêmement dangereuses. Les collaborateurs empruntant l’entrée côté rue St Denis risquent à tout moment de glisser et chuter.

-          Des fissures sont apparues sur les murs dans le bureau de Patricia, et sa porte (donnant sur la petite salle de réunion) ne ferme plus : ne faut-il pas prévenir et faire venir l’architecte à ce sujet ?

 

DIRECTION : Selon la propriétaire qui a fait réaliser des analyses, les émanations de poussière dues aux travaux ne sont pas dangereuses.

 

Pas d’amiante dans l’immeuble.

 

DIRECTION : Les bâches ont été enlevées côté rue St Denis. Il y a bien un ascenseur (celui de gauche) réservé pour le personnel de l’immeuble.


Malheureusement l’ascenseur n’est pas disponible en permanence : ce midi par exemple, l’ascenseur de droite est bloqué au 1er et celui de gauche est utilisé pour descendre les gravats du 2ème étage !

 

DIRECTION : Le responsable des travaux est passé mardi 14 juin pour constater les dégâts et va faire le nécessaire pour réparer les 2 portes.

 

CFDT :

-          Néons qui tombent du plafond  

-          Jets de vapeurs qui jaillissent des radiateurs 

-          Fils électriques en pagaille au sol… 

N’y a-t-il aucune réglementation concernant tous ces points ?

Qui est responsable de la surveillance de la sécurité du site ?

 

DIRECTION : Un contrôle a lieu annuellement de toutes les installations électriques par la société Véritas. Des contrôles annuels sont également effectués sur les extincteurs, les issues de secours et les alarmes. Tous ces contrôles sont consignés dans le registre de sécurité disponible à l’accueil.

A la suite des différents rapports, des travaux sont effectués sur le site pour le remettre aux normes.

Des gaines sont mises à la disposition des collaborateurs pour pouvoir passer les câbles de leur bureau (pour éviter les fils électriques en pagaille sur le sol)

Pour les néons, le problème a été résolu il y a plusieurs mois.

Pour la vapeur, la chaudière a été supprimée, le problème ne se reproduira plus.

La responsable de la sécurité du site est Marianne.

 

Commentaire CFDT : La maintenance du site est complexe… Nous devons faire au mieux chacun de notre côté. Ne pas hésiter à remonter les doléances à Marianne pour les problèmes sérieux, ainsi qu'à nous.

 

CFDT : Les salariés du site demandent à l’unanimité l’aménagement d’une VRAIE salle de détente comme dans tous les magasins et comme en Centrale :

Avec LUMIERE DU JOUR, fauteuils, tables plus nombreuses, voire TV, stepper, vélo d’appartement…

Et aménagement en parallèle d’une ou deux kitchenettes avec four, four micro-onde, point d’eau, frigo et distributeurs de boissons (une dans l’actuelle kitchenette + 1 côté Communication Institutionnelle, éventuellement à l’emplacement de l’actuelle salle de pause).

A qui s’adresser pour un tel projet et quels budgets - de quels services - pourraient être débloqués ?

 

DIRECTION : La salle 1 sera transformée en salle de déjeuner (devis à faire) réservée aux collaborateurs permanents sur le site. Cette salle pourra servir aux autres heures en salle de réunion d'appoint. Les travaux seront réalisés une fois l’issue de secours réalisée et après déplacement du système de visio dans une salle adaptée.

Maintien de la salle de pause actuelle pour tous les visiteurs du site.

 

L’aménagement de la salle 1 en salle de déjeuner peut faire l’objet de concertation auprès de tous les salariés permanents du site : si vous avez des idées, suggestions, astuces, meubles, etc .. vous êtes invités à participer à l’aménagement, lequel se fera cependant de façon simple et fonctionnelle (pas de TV, pas de stepper, pas de vélo), au mieux nous espérons pouvoir récupérer des fauteuils…

Attention : cette salle ne sera disponible qu’aux heures de déjeuner (12h - 14h).

La salle de pause, quant à elle, ne changeant pas, là aussi, vos idées sont les bienvenues pour l’aménager - dans la mesure du possible - en salle « accueillante » (ou ce qui s’en rapproche le plus !!).

 

CFDT : Demande de tickets restaurant :

Là encore, les salariés du site ont l’impression d’être « laissés pour compte » : En Centrale et en magasin, les collaborateurs ont des restaurants d’entreprise.

A nous ne s’offrent que les possibilités suivantes :

- Sodexo et Flunch Rambuteau : trop loin (30 minutes aller-retour sur 1 heure de pause déjeuner) et cantines « industrielles » (on est loin du Bio !)

- Restaurants du quartier : trop chers ! Compter minimum 15 euros pour un repas.

- Amener son propre déjeuner sur place : Les collaborateurs mangent dans leurs bureaux d’où problèmes d’odeurs. Cf. salle de pause réclamée ci-dessus.

 

DIRECTION : Problème réglé par la salle de déjeuner

 

Encore une fois, un refus de la solution des tickets restaurant, alors que cela aurait tout de même bien arrangé la plupart d’entre nous. Cette demande fait parti des revendications de la CFDT au niveau national dans les négociations annuelles obligatoires, et nous avons bon espoir de la faire aboutir d’ici quelques temps.


CFDT : De nombreuses doléances sont faites au sujet du ménage… D’autant qu’avec les travaux et l’impossibilité d’aérer les bureaux, la poussière s’accumule !

-          L’aspirateur ne serait pas passé dans les bureaux ou alors très rarement

-          Les bureaux (meubles) ne sont pas nettoyés

-          Les toilettes : les rouleaux d’essuie-mains ne sont pas changés tous les jours. Certaines fois, ce sont les vieux rouleaux qui sont remis en place !

Ces rouleaux de tissu sont-ils hygiéniques ? Ne faudrait-il pas les remplacer par des séchoirs automatiques ?

-          Les odeurs sont très désagréables en particulier, dans les toilettes hommes, à côté du local photocopie et du côté de la Communication Institutionnelle

 

DIRECTION : Devis en cours pour désodorisants.

L’aspirateur et le nettoyage des bureaux ne sont réalisés qu’1 fois par semaine. Si le bureau est encombré le jour de ménage, celui-ci ne peut pas être fait. La date de passage sera rappelée à tous pour que les bureaux soient bien dégagés

Concernant la propreté des sanitaires, le problème a été de nombreuses fois remonté. La mission de la dame de ménage actuelle terminera à la fin du mois. Une nouvelle personne plus rigoureuse interviendra sur notre site.


En attendant le planning de ménage (qui a déjà été envoyé il y a qqs mois de cela à l’ensemble du site), attention à dégager au mieux vos bureaux, pour que la dame de ménage puisse passer le chiffon.

Pour les poubelles : si vous souhaitez qu’elles soient vidées en dehors de « votre » jour de ménage : les sortir dans le couloir.

Problème des rouleaux de tissu essuie-mains : Nous espérons que les rouleaux seront changés tous les jours.

Question hygiène : les rouleaux sont nettoyés à plus de 100°C, donc pas de risque de contamination.

Pour les poubelles « hygiéniques » chez les femmes : elles ne sont vidées que tous les 40 jours. Là encore, si cela pose un problème d’odeur, remonter l’info.

 

CFDT :

1/ A l’entrée de l’immeuble, les collaborateurs fument, en obstruant l’entrée de l’immeuble et sans fermer les portes de l’immeuble : les odeurs de fumée remontent par les escaliers. Peut-on demander à Euripar des portes avec rappel qui se fermeraient automatiquement ?

Et éventuellement, faire un communiqué pour sensibiliser les fumeurs afin qu’ils ne gênent pas le passage ?…

2/ Cela fait longtemps qu’il n’y a plus d’exercices d’évacuation de l’immeuble. A quoi cela est-il dû ?

 

DIRECTION : Nous allons resensibiliser le gardien mais il est difficile de faire respecter des consignes par plus de 10 000 personnes qui fréquentent le site Auchan ponctuellement chaque année !


La propriétaire refuse de coller des notes sur les portes d’entrée de l’immeuble.

 

DIRECTION : Les exercices d’évacuation de l’immeuble relèvent du propriétaire. En revanche, un exercice incendie sur le site sera planifié au 2nd semestre.

 

CFDT : Les formations « Prime de progrès & compte d’exploitation » et « Handicap et idées reçues » sont-elles prévues sur le site en rattrapage ? Si oui, quand ?

 

DIRECTION : « Compte d’Exploitation et Prime de Progrès » : Un futur formateur sera opérationnel fin juin qui animera la formation lors de déplacements sur Réaumur. Le déploiement d’« Handicap et idées reçues » est terminé, donc plus de session de formation en région parisienne.

 

CFDT : Pour les collaborateurs qui vivent en banlieue, à 1h30 de la gare du Nord et qui doivent se rendre en Formation à Lille, peut-on demander à ce que ces sessions débutent à 9h30 ?

 

DIRECTION : Changer l’horaire de début nécessiterait de reporter l’heure de fin, ce qui gênerait encore plus de personnes, et le nombre de formation par personne par an ne nécessite pas ce type de changement. Dans la mesure du possible il est préférable de suivre ces formations en région parisienne.

 

Cette demande doit être effectuée par les gens concernés, directement à leur direction.

 

CFDT : Serait-il possible d’envisager, sur le site, un labo de langue (anglais par exemple) avec professeur, comme en Centrale ? (et non pas en e-learning)

 

DIRECTION : Nous n’avons pas de labo de langue en centrale, les cours de langue sont une réponse à un besoin en anglais identifié et donc la réponse apportée sera faite en fonction de ce besoin.

 

Et nous ne sommes malheureusement pas assez nombreux sur le site pour pouvoir monter un « labo de langue ».

 

CFDT :

-          Pour les heures de DIF : comment avons-nous connaissance de notre « compteur » ?

-          Pour une personne qui quitte la société, qu’advient-il des heures de DIF non utilisées ?

-          Et pour une personne qui part en retraite ?

 

DIRECTION : Sur la fiche de paie de juin, le compteur DIF est mis à jour annuellement. Les heures DIF non utilisées font l’objet d’un transfert vers l’entreprise recruteuse, via un document rédigé par le service de formation Auchan. La « portabilité » des heures se fait entre 2 entreprises, mais il n’y a pas de dispositif particulier pour les départs en retraite.

 

Tous les futurs retraités ont donc intérêt à profiter de leurs heures avant leur départ !

 

CFDT : La formation « Secouriste » n’ayant jamais été validée par une mise à jour annuelle, nous n’avons à ce jour aucune personne compétente en la matière. N’est-ce pas un problème ? Pourrait-on avoir une nouvelle formation sur le site « Utilisation et usage des extincteurs » ?

 

DIRECTION : La formation secouriste est sur la base de volontariat, elle peut être organisée en collaboration avec la région Ile de France ou un magasin parisien. Il serait intéressant d’avoir au moins une personne secouriste, mais pas d’obligation. Qui souhaite le faire ? Attention obligation de renouvellement annuel. Ces heures de formation sont déduites du DIF.

Concernant la formation EPI, celle-ci aura lieu en magasin (La défense ou Bagnolet) en septembre/octobre. 4 sessions seront prévues pour que toutes les personnes du site soient formées.

 

CFDT : Les collaborateurs d’Auchan sont-ils concernés par la « prime Sarkozy » ?

 

DIRECTION : La loi n’est pas encore votée, il est donc trop tôt pour apprécier ses conséquences.

 

CFDT : Pourrait-on avoir un rappel des modalités de l’obtention de la prime de départ en retraite : Après 25 ans d’ancienneté ? Après 30 ans ? Après 35 ans ?

 

DIRECTION : La prime de départ en retraite est calculée selon un barème qui varie en fonction du statut du salarié et de son ancienneté dans l’entreprise.

Pour les employés et Agents de Maîtrise:

o        Le salarié, qui prend sa retraite et qui a au moins 10 ans d’ancienneté dans l’entreprise, recevra une allocation de départ en retraite calculée comme suit, en salaire « plein tarif » (pour un temps plein)

§         2/20ème de mois par année de présence pour la tranche jusqu’à 10 ans

§         3/20ème de mois par année de présence pour la tranche après 10 ans

o        Le montant de l’indemnité ne peut dépasser un maximum de 4 mois de salaire

Pour les cadres :

o        Le salarié, qui prend sa retraite et qui a au moins 5 ans d’ancienneté dans l’entreprise, recevra une allocation de départ en retraite calculée comme suit, en salaire « plein tarif » (pour un temps plein)

- 2/20ème de mois par année de présence pour la tranche jusqu’à 10 ans ;

- 3/20ème de mois par année de présence pour la tranche de plus de 10 ans à 20 ans ;

- 5/20ème de mois par année de présence pour la tranche au-delà de 20 ans.

o        Le montant de l’indemnité ne peut dépasser un maximum de 6 mois de salaire

 

CFDT : Les grilles de salaire sont toujours aussi difficiles à obtenir. Si cela est dû au fait que les fonctions des collaborateurs du site de Réaumur n’existent pas forcément ailleurs, sur quelles bases les salaires sont-ils décidés ?

 

DIRECTION : Les rémunérations sont établies sur la base de grilles repères, de la compétence et du potentiel de chacun, de sa valeur ajoutée, de l’effort effectué l’année précédente et du marché.

 

Chacun peut demander le mini « débute » et le mini « domine » de sa grille à son manager, qui est censé la lui communiquer (accord d’entreprise).

 

CFDT : Comment expliquer que des collaborateurs qui remplissent leur mission correctement chaque année, qui atteignent les objectifs fixés, n’aient pas eu l’augmentation minimale cette année ? (1,20 % pour les agents de maîtrise et cadres dont une partie de la RVI a été intégrée au salaire ; 1,50 % pour les autres cadres).

 

DIRECTION : L'augmentation minimale de salaire de 2011 a été de 1,20% pour tous les collaborateurs (employés, agents de maitrise et cadres). De nombreux cas peuvent justifier des non augmentations : collaborateurs en longue maladie, nouvellement embauchés, récemment promus…

 

CFDT : Suite à l’article paru dans le Figaro le 7/06 concernant le forfait « JOUR » pour les cadres : Peut-on considérer que les heures effectuées par les cadres, au-delà de 48h par semaine, passent en heures supplémentaires ?

 

DIRECTION : Non, les cadres sont rémunérés sur une base forfaitaire de 214 jours par an. Il doit s’écouler au moins 12 H entre l’arrêt et la reprise de leur travail et 35 H de repos hebdomadaire.

 

Pour info, voir un article WK-RH du 29/06 à ce sujet.

CFDT : Est-il normal que dans le cas d’une mutation, aucun avenant au contrat de travail n’ait été signé avant le déménagement du collaborateur ?

 

DIRECTION : Le  jour de l’arrivée du salarié sur son nouveau lieu de travail, un avis de mutation sera signé par le collaborateur et la DRH.

 

CFDT : Congé maternité et congé paternité : Auchan verse-t-il un complément au salaire de la Sécurité sociale ? Si oui, à combien s’élève cette participation ?

 

DIRECTION : Dans le cadre d’un congé maternité,  la rémunération du salarié est maintenue, sous déduction des indemnités versées par la sécurité sociale, si le salarié à au moins un an d’ancienneté :

o        12 semaines, de 1 à 3 ans

o        Pendant la totalité du congé si ancienneté supérieure à 3 ans

 Pour le congé paternité, même principe à condition d’avoir au minimum un an d’ancienneté.

 

CFDT : Absences enfant malade : Pour la maman : apparemment, il suffit d’un certificat médical attestant de la nécessaire présence de la maman. Mais pour le papa, il en va autrement puisque celui-ci doit non seulement présenter ce même certificat médical mais devrait en plus justifier du fait que la maman ne peut pas être auprès de l’enfant : quid de l’égalité homme-femme ? Quelle est la politique d’Auchan en la matière ?

 

DIRECTION : L’accord sur l’égalité professionnelle signé le 12 mai 2010 apporte la réponse suivante : « Il y a égalité de droits pour le père et la mère, sans cumul, en cas de soin pour enfants malades ou hospitalisés ».

 

Ce sont d'anciennes pratiques illégales qu’Auchan avait instaurée, mais à laquelle la CFDT a mis fin. Il faut veiller à ce que ces anciennes méthodes ne réapparaissent pas.

CFDT : Les 50 ans d’Auchan : y a-t-il une (ou des) animation(s) prévue(s) sur le site de Réaumur ?

 

DIRECTION : Un déjeuner sera prévu sur le site.

 

CFDT : En écho à cette demande, un constat : les personnes du site ne se connaissent pas malgré le fait que nous soyons peu nombreux.

Pourrait-on envisager la création d’un Comité d’Animation du Site ? Quel budget pourrait-on utiliser ?

 

DIRECTION : Cette question ne relève pas des DP. La création d’un Comité d’Animation n’est pas envisagée.

Pour toute questions ou remarques, contactez vos déléguées du personnel sur Réaumur :
Gaëlle  Sabine

 Gaëlle     Sabine

08/03/2011

Journée de la femme : l'occasion de faire le point à Auchan

Par-delà son aspect international, le 8 mars est aussi pour la CFDT l’opportunité de revenir sur notre combat syndical quotidien pour une meilleure prise en compte de l’égalité dans l'entreprise.

La CFDT revendique la prise en compte du genre (femme/homme) dans toutes les négociations, qu’elles concernent les salaires, le temps de travail, l’encadrement du temps partiel, la formation…

La négociation annuelle obligatoire sur les salaires doit amener du concret sur la réduction des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes et plus globalement sur l’égalité professionnelle. Cela n'a pas vraiment été le cas à Auchan : voir notre article

Plutôt que des actions soient décidées par les seuls employeurs, la CFDT souhaite que la négociation prime partout où c’est possible pour obtenir :
 

  • Des évolutions de carrières comparables ;
  • Des dispositifs et des temps de travail
  • qui permettent de concilier vie professionnelle et personnelle…
Instaurer un congé paternité de deux mois

Il est aujourd’hui nécessaire de trouver de nouvelles voies pour améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et favoriser ainsi l’égalité professionnelle, source de richesse pour tous. C’est maintenant l’affaire des hommes et d’abord celle des pères. Les jeunes générations expriment le souhait d’un meilleur équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle. Ils souhaitent conjointement prendre en charge la vie familiale. Accompagnons ces nouvelles demandes sociales : c’est le sens de cette proposition de congé paternité que la CFDT Cadres portera dans toutes les instances susceptibles de le mettre en oeuvre. Une épreuve de vérité en quelque sorte pour une égalité effective entre les femmes et les hommes.

La paternité pour relancer l’égalité

La CFDT Cadres revendique l’allongement du congé paternité de 11 jours à 2 mois, avec  une prise en charge (minimum) de 80% de salaire pour changer les représentations dans les entreprises. Si demain la parentalité est mieux partagée, ce sont aussi les relations et les représentations dans le travail qui seront modifiées. Relancer l’égalité professionnelle, c’est s’appuyer sur les aspirations des jeunes générations à l’heure où la durée du travail s’accroît.


La CFDT a toujours fait de l’égalité femmes/hommes une de ses priorités.

A LIRE :

Comparatif égalité professionnelle 2005/2009 dans les Services Centraux Auchan

11:15 Publié dans Actions syndicales, Egalité - Diversité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : égalité, femmes, hommes | |  Facebook | | | |

29/12/2010

Questions CFDT au CE du 26/11/10

CFDT : (Questions posées depuis le mois d’août) Les personnels d'Auchan.fr qui sont rattachés encore actuellement à Auchan France et qui dépendent de notre établissement, vont être rattachés à la nouvelle entité qui vient d'être créée (e-commerce) avec Grosbill et Auchandirect.

Cela signifie qu'il pourrait y avoir changement de convention collective pour ces salariés.

Que les accords Auchan pourraient ne plus s'appliquer pour eux.

Que certaines dispositions unilatérales de l'employeur seront peut-être remises en cause (exemple : ristourne 10%, RVI,...).

-Qu'en est-il précisément ?

 

DRH : Les collaborateurs relèveront d’un nouveau statut. La Prime de Progrès sera compensée conformément aux règles de mobilité (prime de compensation de la Prime de Progrès calculée pour une année).


- A quelle date ce changement sera-t-il effectif ?

Le transfert sera effectif au 1er janvier.

 

- Qu’est-il prévu concernant le lieu de travail ?

 

Les salariés seront installés dans de nouveaux bureaux à Heron Parc près de V2.


- La GPEC a-t-elle fonctionnée et comment ?

 

Pas de réponse

 

- Y a-t-il des compensations salariales prévues suite à la suppression de la remise "personnel" de 10 % ?

 

Pas de réponse

 

- Pourquoi Grosbill n'est-il pas rattaché à Auchan E-Commerce France ?

 

Pas de réponse

 

Commentaire CFDT : Ce transfert d’activité vers une autre branche s’accompagne pour ces salariés d’un transfert vers un statut social moins intéressant, même si des mesures d’amortissements sont prévues pendant 15 mois.

Nous avons interpelé la direction depuis plusieurs mois pour obtenir des avancées :

Réunion CE du 27/08/10

Réunion DP du 15/10/10

Courrier à la DRH Groupe 19/10/10

Courrier de protestation à la DRH France 29/11/10

Quelques avancées ont été obtenues, mais cela reste insuffisant au regard de ce que perdront ces salariés.
Tout salarié d'Auchan pourrait se retrouver un jour ou l'autre dans la même situation.

 

CFDT : Pourquoi le "recensement des mesures prises au cours de l'année écoulée en vue d'assurer l'égalité professionnelle, les objectifs prévus pour l'année à venir et la définition qualitative et quantitative des actions à mener à ce titre ainsi que l'évaluation de leur coût"  (C. trav. art L. 2323-57), n’est-il jamais fait ?


DRH : Les réalisations 2010 et objectifs 2011 :

-          Recrutement Externe :
Formation de la Responsable Recrutement des Services Centraux « Recruter différemment »

-          Recrutement Interne :
Pour les collaboratrices qui intègrent les Services Centraux, accompagnement des conjoints à la recherche d’un emploi chaque fois que possible.

-          Promotions :
- Démarche volontariste de l’entreprise pour accompagner les femmes cadres à des postes de Direction

1ère Promotion (en 2009) :           9 cadres Services Centraux
2ème promotion (en 2010) :           8 cadres Services Centraux
– Proposer chaque fois que possible une femme parmi les candidats potentiels à une évolution

 

Commentaire CFDT : Nous sommes bien loin de ce que demande le législateur ! Les objectifs sont particulièrement pauvres alors que les déséquilibres sont flagrants et persistants depuis de très nombreuses années. Où est la « définition qualitative et quantitative des actions à mener à ce titre ainsi que l'évaluation de leur coût » ?!?

Voir notre article à ce sujet

Nous avons demandé que la part variable de la rémunération soit également présentée dans les comparatifs de rémunération.

Pour toutes questions ou remarques, contacter Fabien
Fabien

15:19 Publié dans Comité d'Etablissement (CE) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auchan.fr, e-commerce, égalité | |  Facebook | | | |