<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="http://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

30/11/2012

Auchan doit renoncer à supprimer des postes en échange du crédit d'impôt




AFP. La CFDT a demandé mercredi qu'Auchan renonce à son plan de transformation de l'entreprise (PTE), qui vise selon elle à supprimer plus de 1.700 emplois, en échange du crédit d'impôt dont bénéficiera le groupe de distribution dans le cadre du pacte de compétitivité gouvernemental.

"Des entreprises vont recevoir un chèque fiscal, qui devrait atteindre 80 millions d'euros pour Auchan et 125 millions d'euros pour les 3 principales enseignes du groupe Mulliez", a annoncé Guy Laplatine, délégué syndical central CFDT, au cours d'une conférence de presse organisée à la veille d'un comité central d'entreprise à Marcq-en-Baroeul (Nord).

"A partir du moment où des cadeaux fiscaux sont faits pour favoriser l'emploi, cela doit se traduire au moins par l'arrêt des plans sociaux et une diminution de la précarité", a-t-il poursuivi.

"On s'adresse à l'employeur et au gouvernement. Il faut préserver l'emploi avant tout", a ajouté le syndicaliste.

Aucune mesure de ce type ne figure parmi les contreparties à l'utilisation du crédit d'impôt qui seront définies dans une loi que Matignon a promise pour début 2013.

Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) sera de 4% de la masse salariale brute dès l'exercice 2013 avant de passer en vitesse de croisière à 6% en 2014, selon l'amendement au projet de budget rectificatif adressé mercredi aux parlementaires.

Auchan avait annoncé fin mars la création de 1.600 postes nets d'ici à 2014 à travers un plan qui prévoit la création de 3.200 postes environ via l'ouverture de 56 magasins, mais aussi la suppression de 1.600 postes.

La CFDT a mis en doute mercredi le chiffre de 3.200 emplois créés, évoquant pour sa part quelque 1.700 suppressions de postes, dont 600 sont particulièrement menacés, selon elle. Ces derniers ont fait l'objet d'un accord de méthode avec la direction d'Auchan, qui empêche tout départ contraint jusqu'à la fin décembre 2013, selon le syndicat.

"Le PTE est en cours, bien avancé et se poursuit", a commenté un porte-parole d'Auchan, interrogé par l'AFP, précisant qu'il était prématuré d'évaluer le montant du crédit d'impôt dont bénéficiera l'enseigne.

Auchan emploie 50.000 personnes en France. Mi-mars, le groupe a annoncé un bénéfice net en hausse de 14,9% à 810 millions d'euros au titre de 2011.

Auchan et les temps de pause : la CFDT veut une prime de compensation

affaire-des-temps-de-pause-a-auchan.jpgLors du comité central d'entreprise (CCE) de ce jeudi 29 novembre, la CFDT a présenté une pétition avec 5000 signatures de salariés pour demander le versement d'une prime de compensation pour l'ensemble des personnes concernées par l'affaire des temps de pause. Explication dans La Voix du Nord :

Retour en arrière. Des salariés d'Auchan réclament depuis des années le respect du SMIC. Ils reprochent à l'enseigne d'avoir intégré, entre 2000 et fin 2007, le temps de pause dans leur rémunération (5 % du temps de travail, soit trois minutes par heure travaillée), contrairement à ce que prévoient les conventions collectives.

« Action collective »

En octobre, la cour de cassation a donné gain de cause aux salariés. On attend désormais le passage devant les prud'hommes de Lille, dont la date n'a pas encore été fixée. « À raison de 4 000 euros par employé de niveau 1 sur sept ans et de 5 000 euros pour un employé de niveau 4, on parle d'une somme totale de plusieurs millions d'euros », précise Guy Laplatine, délégué central CFDT.

Cependant, sur 40 000 personnes concernées, seuls les 1 600 salariés qui ont déjà engagé une procédure pourraient profiter d'une décision favorable.

Pour les autres, les faits sont prescrits. « Nous avons donc décidé de mener une action collective et syndicale. La CGT nous soutient.

Cette action commence par une pétition qui a pour l'instant recueilli 5 000 signatures. Et nous imaginons, pourquoi pas, des mouvements en fin d'année.

Nous irons jusqu'au bout. Les salariés spoliés sont en droit de réclamer leur dû. »

la Cfdavec vous et pour vous 

26/03/2012

Le règlement intérieur d’Auchan invalidé par l’inspection du travail

reglement-interieur.jpg

La DRH a annoncé au CE que le règlement intérieur de l’entreprise avait été invalidé par l’inspecteur du travail.

C’est plus de trente irrégularités qui ont été pointées dans ce règlement !


Celui-ci comportait entre autre des sanctions pécuniaires illégales, des restrictions aux libertés individuelles, des limites abusives à l’exercice du droit de retrait, des abus d’autorité, etc…etc…

La direction a joué l’étonnement, et les responsables de la CFTC et du SEGA ont préféraient ironiser sur le temps mis par l’inspecteur du travail « qui n’avait qu’à faire son boulot plus tôt » (en oubliant que les inspecteurs du travail sont submergé de dossiers, et qu’ils doivent gérer les priorités face à des situations aussi graves qu’il peut y en avoir avec la crise actuelle, et avec les moyens qui leur ont été retiré ces dernières années).
Un comble de la part de ceux qui ont validé ce règlement truffé de dispositions défavorables aux salariés !
Il faut rappeler que ce n’est pas la première foi que l’inspecteur est la cible des petites phrases de la CFTC et du SEGA…
Pour mémoire, celui-ci avait dressé des PV à l’encontre d’Auchan pour non-respect des dispositions sur le SMIC alors que la CFTC et le SEGA avaient signé et permis la mise en ouvre de ce système aboutissant à payer des salariés en dessous du SMIC pendant 7 ans !
Ces deux syndicats avaient d’ailleurs continué à signer des grilles inférieures au SMIC même après le dépôt des PV !

Pour la mise en œuvre de ce règlement intérieur, les élus du CE avaient été consultés pour rendre leur avis préalablement, comme la loi le prévoit.
Les élus CFTC et SEGA avaient tous donné un avis favorable !

Le rôle des élus du CE est de permettre la prise en compte permanente des intérêts des salariés dans les décisions de l’employeur.

Quand un règlement intérieur, à ce point critiquable, a été approuvé par des élus, peut-on dire qu’ils ont bien fait leur travail d’élu défendant les intérêts des salariés ?!


C’est toujours plus facile de rendre des avis favorables. Mais s’opposer à bon escient demande d’avoir des arguments étayés, donc d’avoir pris le temps d’analyser le contenu. Cela nécessite d’avoir des connaissances pour détecter les problèmes, donc d’être formé.

Quand on voit le faible taux de formation des élus du CE, quand on voit qu’il n’est jamais fait appel à des experts comme devraient normalement le faire un CE, pas étonnant de voir autant d’infraction de la part de l’employeur Auchan.

Dans ces conditions le CE ne joue pas son rôle de contre-pouvoir...

En tout cas, à la CFDT, nous sommes reconnaissants à l’inspection du travail pour son analyse aussi précise et rigoureuse que complète, qui va permettre d’avoir maintenant à Auchan un règlement intérieur prenant en compte de manière beaucoup plus équilibrée, les droits et les devoirs de chacun.

22/07/2011

Suite à l'action salaire lors du CCE Auchan : un vrai 1er résultat

Anniv50.JPG

Télécharger l'affiche

Action intersyndicale CFDT-CGT-FO lors du CCE du 29 juin avec remise des 8000 premières pétitions "salaires"...

Un vrai premier résultat : l'annonce du paiement triple de la journée anniversaire, non prévu à l'origine.
Le prochain CCE est convoqué le 30 août pour valider cette prime.

Cependant le problème concernant les salaires de base reste entier... (lire l'article)

Pratiquer une politique du tout variable qui verrait les salaires réduits à leur part la plus congrue, n’est pas acceptable.

Continuons d’exiger de réelles négociations sur les salaires de bases !

à suivre...


 

29/06/2011

Action CFDT-FO-CGT à Auchan pour une hausse des salaires de base

DSC_0064.JPGTélécharger le communiqué de presse

ACTION CCE AUCHAN 29/06 LILLE  

8000 pétitions déjà !

 LES SALARIES AUCHAN  AVEC LES ORGANISATIONS SYNDICALES CFDT FO CGT

 S’INSURGENT CONTRE LA POLITIQUE DE BAS SALAIRES PRATIQUEE A AUCHAN 


Sans renier l’intérêt d’une distribution de la valeur ajouté, fruit du travail des salariés à travers des variables telles que la participation,  les salariés avec les O.S CFDT,  FO et CGT  dénoncent le renforcement de  la  stratégie  déplorable de modération salariale  que pratique l’entreprise.

Il est clair que ne pas augmenter les salaires au même rythme que le cout de la vie cette année encore, revient à digérer, la plus value de la prime individuelle GDI qui a été réintégrée en partie (30%) dans le taux horaire en 2007.

Cette politique du moins disant salariale induit tôt ou tard  un rattrapage  des grilles Auchan, par le Smic et  par la grille de branche  qui est la référence minimale de salaire dans nos métiers.

C’est sur la base du salaire que les variables sont calculées, c’est la grille salariale et sa hiérarchie qui garantit le plus équitablement  une réelle reconnaissance de la qualification de chacun quelque soit son site et le contexte commerciale et concurrentiel de celui-ci, enfin c’est  le salaire qui garantit pour tous la solidarité en matière de chômage de maladie et de retraite.

Pratiqué une politique du tout variable qui verrait les salaires réduits à leur part la plus congrue  n’est pas acceptable.

De plus cette année, 4 jours fériés tombent sur des dimanches, ils sont donc perdus par les salariés. Les gains de productivité dégagés par l’entreprise soit 0,3%  de la masse salariale par jour férié, absorbent à eux seuls l’enveloppe de l’augmentation salaire  2011 ;  la perte de ces jours surtout le  1er   est  très mal vécu  par les salariés qui demandent le rattrapage. 

Ce n’est pas aux salariés de payer la note de la crise et de la course aux mégas investissements à l’étranger.

Les salariés  sont choqués par  le décalage entre le tableau  économique alarmiste qui leur est dépeint les appelant  insidieusement à la raison et les mégas augmentation des dix  meilleurs salaires (+15%  sur 2 ans)  sans compter les bonus divers de  plusieurs dizaines de millions d’€ octroyés, sur la base d’excellents résultats du groupe à une élite dirigeante.

Les O.S CFDT, CGT et FO revendiquent une réouverture rapide des négociations.

Le 29/06  lors du comité centrale d’entreprise les élus de ces O.S liront une déclaration communes, et remettrons les 8000 pétitions.

Des actions diverses  seront déclenchées sur les sites.

22/04/2008

Les résultats d'Auchan sont-ils vraiment pénalisés par la France et les frais de personnel ?!

La direction du groupe attribue l'érosion du cash flow à une conjonction de facteurs au niveau France dont la hausse des frais de personnel.

En répétant régulièrement que les deux tiers des coûts de fonctionnement sont constitués par les frais de Personnel, on voit très bien où la direction cherche à en venir, et le but à atteindre.

A contrario, l'expert comptable du CCE (depuis 1993) fait dans son dernier rapport : « une analyse beaucoup plus nuancée que le simple constat éculé et réducteur des poids des frais de Personnel dans le compte de résultat d'Auchan France. D'autant que ce poids des 2/3 des coûts de fonctionnement vient alimenter la notion de services mis en avant par Auchan. »

Et de continuer :
« Il est très exagéré de mettre en avant les frais de Personnel au travers des salariés d'Auchan France qui ont été les banquiers du développement à l'international et dans un même temps de se féliciter des résultats à l'étranger sachant qu'Auchan France représente toujours un poids important dans la contribution des résultats du Groupe (plus de 50%). »

Le personnel coûte : Certes, mais n'est-il pas la véritable ressource de notre enseigne ?

Nous savons pertinemment que tous les leviers sont dans les mains de l'Actionnaire principal à travers sa Société elle-même Holding de la société mère d'Auchan France : la SAS Auchan Hyper, et la société de tête ouverte : SA Groupe Auchan.

A partir de là, tous les résultats ont été impactés par des considérations de rentabilité financière de notre Actionnaire principal et de son désir de développement et de ses règles d'endettement.

Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas réagir à une baisse du résultat d'Auchan France, mais il est plus que maladroit d'en imputer la responsabilité à la charge salariale.

Auchan France fait toujours des résultats positifs. Et ce sont ces résultats qui ont financé et financent toujours le développement du Groupe, et cela sans en percevoir les produits financiers.
Idem pour les divers frais et charges supportés par Auchan France, et non refacturés.

Les comptes d’exploitation et de finance de notre société en sont impactés et influencés négativement.

En positif, il ne faudrait pas oublier l’ensemble des services et travaux de hautes qualités fournis par Auchan France, donc par ses salariés, au Groupe et à l’international.

A ce constat, il nous est répondu que le développement à l'international est indispensable, et qu'Auchan France serait en plus grande difficulté si celui-ci n'avait pas été effectué.
Nous sommes en partie d’accord.
Mais pour finir de citer l’expert :
« Il semble qu'un équilibre financier plus grand entre la France et l'international pourrait être respecté, en renvoyant par exemple dans notre résultat financier les retombées financières positives du développement à l'international que nous avons financé. »

L’Actionnaire principal a eu une augmentation de 70% de sa fortune professionnelle en 2 ans.
C’est très bien.
Mais nous aussi, défendons notre travail et notre pouvoir d’achat !

11/03/2008

Plan social Vendeurs pro : Déclaration CFDT au CCE extraordinaire du 06/03/08

Les sections CFDT s’insurgent contre les méthodes révoltantes de court-circuitage social à Auchan.

Les déclarations médiatiques sur le « temps complet choisi » montrent bien le peu de considération que la nouvelle DG Auchan accorde aux partenaires sociaux.

Quelle contradiction !
Comment peut-on solliciter les organisations syndicales pour qu’elles jouent le rôle de pompiers social devant une démarche unilatérale comme la mutation du secteur EM avec les conséquences que nous connaissons (Plan social), et en même temps court-circuiter ses mêmes partenaires sur un volet aussi sensible que le temps choisi qui avait vu un chantier engagé entre 2003 et 2005.

Sur le dossier des vendeurs, la DRH avait annoncé à plusieurs reprises que cette mutation aurait lieu de toute façon, accord ou pas.

La CFDT s’est engagée non pas pour satisfaire la DG et ses aspirations mercantiles, mais bien pour essayer de sauvegarder un maximum d’emplois par le biais du pragmatisme de la négociation.

Notre engagement visait, autant que faire se peut, à négocier un nouveau statut Vendeur, le plus attractif possible, et ceci afin d’éviter des départs massifs qui aurait eu lieu en cas d’échec.
Les propositions de départs étaient semblables à une vraie peau de chagrin, et nous savons tous que les leviers économiques des précédentes rémunérations sont aux mains exclusives de l’entreprise.

Entre les dénonciations de certains cadres qui se sont dédouanés en chargeant les syndicats, et le presque mépris de la DG qui priorise l’affichage et la com au paritarisme, il est clair qu’à l’avenir nous intégrerons ces « mésexpériences » avant de nous engager sur ce type de dossier.

Les élus CFDT du CCE Auchan

01/11/2007

Déclaration CFDT au CCE du 16/10/07

Les sections CFDT Auchan s’inquiètent des conséquences relatives à la libéralisation de la grande distribution.

La 1ère expérience en 2004 de la baisse des marges arrières sans bouclier social (voir article de Marianne : "Quand Auchan cible l'ex-ministre Sarkozy"), à vu fleurir 2 plans sociaux.

Nous avions alertés à l’époque.

Nous ne nous opposons pas à la suppression des marges arrière et à ses répercussions en matière de gain de pouvoir d’achat, cependant cela ne doit pas se traduire par une pression supplémentaire sur les salariés et l’emploi. 
 
A l’heure où le Développement Durable est devenu un incontournable, nous exigeons des garanties indiquant que les pratiques du moins disant social et environnementales ne serviront pas à réguler ces pertes de profit.  
Ce n’est pas aux salariés de payer la note de la remise à niveau des abus pratiqués par le passé par les firmes de la grande distribution en pervertissant la loi Galland qui visait à garantir les emplois. 
Attention à la vision du tout gratuit et à la guerre des prix, qui a par le passé généré des pertes massives d’emplois (17000 en Hollande), des salariés de plus en plus pauvres, achetant des produits pour rien, cela finit surtout par générer du chômage.

Pour la CFDT "le premier élément du pouvoir d'achat, c'est d'avoir un emploi et un salaire conséquent".

24/08/2006

Plan social Auchan : l’entreprise doit provisionner plus de moyens

La CFDT ne conteste pas la nécessité de moderniser l'entreprise mais cela doit être équitable. Il ne faut pas d'un coté un actionnaire très bénéficiaire avec à terme des centaines des M d’€ de gagnés, et de l'autre l'employé qui a participé à l’essor de l’entreprise se retrouvant en survie social.
Cela n'est pas équilibré.

Les hypers France ont « fait » le groupe en participant massivement aux investissements. Maintenant que nous sommes en perte de vitesse, la direction générale réduit les effectifs sur les magasins sans mettre les moyens suffisants pour préserver réellement le maximum d’emplois.

Les mesures d’accompagnement sont bien trop insuffisantes au regard des gains du PSE qui représentent des dizaines de millions d’€ par an, ce qui laissent des moyens pour prendre des mesures plus équitable en faveur des salariés touchés.

L'actionnaire se doit d'accepter de donner des moyens pour garantir le maximum d'emplois.

Les propositions CFDT:
Pour éviter les licenciements économiques, donner une réelle envie, un choix gagnant pour le salarié, pas un choix par défaut.

Mobilité interne:

  • Une réelle cellule de reclassement paritaire.
  • Un réel volontariat et pas de refus possible par la task force (que se passe-t-il s’il y a refus ?... le salarié est "débarqué" en décembre ?... pas de garantie ?).
  • Une liste d'emplois affichée déclinée sur le groupe Mulliez avec de réelles obligations d'embauche prioritaire par les autres enseignes Mulliez.
  • Des entretiens (comme accord précédent) :
    Ø   avec possibilité d'accompagnement par des élus
    Ø   cosigné comme précédemment avec un délai de 8 j.
  • Des promotions salariales (donner le salaire du niveau supérieur) pour les mutations internes et externes (pas seulement un maintient du salaire).
  • Une prime de mutation équivalente a la prime de départ. 
  • Une garantie de 5 ans sur les GDI.
  • Une convention tripartite paritaire sur la formation.
  • VAE et bilan de compétence : prise en charge intégralement par Auchan.
  • VAE et de compétence en externe avec choix exclusif du salarié.
  • CIF idem précèdent accord.
  • Proposer pour remplacer les retraites maisons qui ont disparues, des emplois a 1/2 temps pour les + de 55 ans, payés à l'équivalent 80% de l'ancien salaire (par des hausses de taux horaire ou primes).

En externe

  • Remettre les préretraites maisons à 57 ans comme précédemment, ce n'est pas à la collectivité de supporter cette charge induite.
  • Augmenter sensiblement les aides aux projets externes.
  • Faire des prêts à 0% pour les créateurs d'entreprises.

Suivi

  • Commissions de suivi locales avec du temps imparti.
  • Des commissions de suivi nationales mensuelles avec du temps et des moyens (déplacements sur les sites).
  • Définir paritairement les outils et les méthodes.

17/08/2006

CCE du 22 juin Plan Social à Auchan (PSE)

Une  mascarade de dialogue social


Le 22 juin a eu lieu le deuxième CCE relatif au plan social Auchan impactant théoriquement 800 postes (équivalent 35H) mais réellement bien plus de personnes car de nombreux salariés sont à temps partiel.

Lamentable :

Dès le début de la réunion les élus de 3 organisations sur 5 : CFDT, FO, CGT refusant l’autoritarisme de l’entreprise, interpellaient les DRH pour stopper la procédure en cour et réclamaient la mise en place d’un accord de méthode visant à :
· Définir paritairement (par accord) la méthode de consultation
· Définir paritairement l‘expertise des dossiers à effectuer
· Définir paritairement les contenus du plan d’accompagnement
 

Fort du soutient de la CFTC qui a repoussé la démarche intersyndicale qui visait une réelle négociation paritaire, la DRH a rejeté notre motion et a pu imposer sa loi.

Vote de l’expert, la vérité :   une mascarade

La semaine précédente nous ne nous opposions pas au mandatement de l’expert du CCE, mais pour analyser exclusivement les comptes de l’entreprise pas pour un PSE.

L’expertise dans un PSE sert à définir précisément les conditions du plan social et permet aux syndicats de faire des propositions alternatives et de négocier des contreparties.

Nous regrettons la défection d’un partenaire de l’intersyndicale qui a enrayé à la dernière minute la dynamique collective préparée de longue date. Cette démarche visait à mandater le 22/06 un expert spécialiste sur ce PSE ainsi que de définir sa mission.

L’expert du CCE suggéré par la DRH et supporté par la CFTC n’est pas spécialiste des plans sociaux.
La dernière expertise Auchan sur un PSE ne faisait pas apparaître les gains de l’entreprise … Incroyable mais vrai !


Un bidouillage social :   La DRH a tous les leviers

Soutenue par la CFTC, la DRH a décrété un simulacre d’alternégociation « d‘échanges » dans le cadre d’une commission CCE.

Cela aboutira de toute façon à des mesures unilatérales de la direction, sans accord avec les syndicats donc sans  engagements paritaires.

Pourquoi exiger un accord paritaire :

Un accord impose une réelle négociation et augmente sensiblement les chances d’obtenir des avancées (sinon pas de signature). 

Un accord paritaire engage les DRH avec les organisations syndicales (vous), en cas de non-respect nous disposons de plus de moyen de riposte.

Pour des raisons purement commerciales (mercantiles)

L’entreprise a manifestement choisi de passer en force durant la coupe du monde et les vacances d’été, pour passer inaperçu dans les medias pas fier d’avoir à expliquer la mise sur la touche de centaines de salariés qui ont participé à sa réussite.

Le paternalisme autoritaire et l’obsession du control intégral :

Pour l’entreprise même la communication syndicale doit être contrôlée sous couvert de confidentialité…
De qui se moque-t-on ?

Contrairement à certains qui doivent y trouver leurs comptes nous refusons d’être de simples pions soumis, spectateurs et accompagnateurs.

La CFDT ne baissera pas les bras et continuera d’occuper tous les espaces syndicaux afin de défendre au mieux vos intérêts.

La CFDT avec vous et pour vous (plus que jamais).