<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

01/01/2014

La CFDT Auchan vous souhaite une excellente année 2014

Toute l'équipe CFDT Auchan des services Centraux vous souhaite une très belle année 2014.

CFDT-Auchan_2014.jpg




11:39 Publié dans Infos dans la branche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, vidéos |  Facebook | | | |

06/07/2012

Cadres en forfait jours dans la grande distribution et salaire minimum annuel garanti

La CFDT a interpelé la commission d’interprétation au niveau FCD (syndicat patronal de la grande distribution) pour savoir quels sont précisément les éléments de rémunération pouvant être inclus dans le salaire minimum annuel garanti des cadres en forfait jours.

La Convention Collective Nationale
(CCN) ne précise rien à ce sujet. Les entreprises estiment qu’elles peuvent donc tout inclure (primes variables, majoration de salaires diverses tels l’ancienneté, le travail de nuit, etc.). En conséquence la responsabilité et les compétences d’un cadre en forfait jours ne seraient pas reconnues en termes de salaires et se retrouverait parfois avec une rémunération inférieure à un cadre forfaitisé à 35h.

Le syndicat patronal FCD est en désaccord avec la position de la CFDT.

Les négociateurs CFDT, ainsi que les autres organisations syndicales, ont fait valoir leur opposition et ont demandé qu’un procès verbal de désaccord soit établi sur ce point.
Un courrier a été envoyé pour demander l’ouverture de négociations afin de préciser à travers un accord de branche, le contenu des minima annuels des cadres en forfait jours.

Pour la CFDT, nous argumentons sur plusieurs points :
Les cadres en forfait jours doivent avoir une rémunération incluant les heures supplémentaires, le travail de nuit. Nous indiquons que la garantie annuelle minimum, si elle inclut toutes les primes, revient à constater que les cadres en forfait jours ont une rémunération inférieure à un cadre à 35h.
Nous indiquons que les primes ayant un caractère variable ne peuvent être prises en compte dans la base de calcul. Si on incorpore la rémunération variable des cadres dans la rémunération annuelle, certains cadres peuvent ne pas atteindre leurs objectifs mais percevoir malgré tout un complément de rémunération pour atteindre le minimum garanti. Cela reviendrait à constater que les cadres ayant une rémunération annuelle supérieure au minimum garanti n’auraient pas une égalité de traitement de leur rémunération. Le principe d’égalité de traitement serait bafoué.

De plus, la CCN indique qu’un cadre entré en cours d’année ne peut percevoir une rémunération inférieure au cadre à 35h.

C’est pourquoi nous considérons qu’un cadre en forfait jours doit avoir au minimum le salaire mensuel d’un cadre à 35h augmenté d’une contrepartie pour les heures supplémentaires.

Pour avoir plus d’infos, pour soutenir les actions, pour être entenduJe_me_syndique_CFDT.jpg

cfdt.auchan.cadres@free.fr

06.22.14.02.01  -  06.25.06.11.55

27/10/2011

30% des chefs de rayon Auchan payés en dessous du minimum conventionnel ?!

echelle des salaires

Selon le magasine Rayon Boissons, 30% des chefs de rayon Auchan et 67% dans notre branche supermarché Simply Market, seraient payés en dessous du salaire minimum mensuel garanti par la convention collective (fixé à 2291,61 € pour un débutant) !

Ils seraient 53% chez Cora ; 60% chez GéantCasino ; et même 75% chez Système U !
Leclerc et Intermarché n’étant pas adhérant de la FCD (syndicat patronal de la grande distribution) nous n’en parlerons pas ici.

Le moins mauvais serait Carrefour avec « seulement » 18%.

Nous avons depuis de nombreuses années dénoncé cette situation (voir un de nos articles en 2009).

D’après les données en notre possession et notre étude, nous avions estimé à 10% le nombre de cadres concernés tous métiers confondus de niveau 7 et de niveau 8.

A Auchan, la direction avait fini par annoncer vouloir corriger la situation pour 2011.

Nous avons du encore intervenir en juin sur une grille non-conforme qui devait être la dernièr à Auchan.

Le 6 octobre dernier, lors du bilan salaires encadrement 2011, nous avons redemandé s’il y avait encore des grilles de salaire démarrant en dessous du SMMG, et s’il y avait encore des salariés payés en dessous du SMMG correspondant à leur niveau.
La direction nous avait garanti qu’il n’y en avait plus.

Cet article et ce sondage réalisé fin juin auprès de 653 managers de la grande distribution, nous incite à interpeler de nouveau la direction pour avoir des explications.

Je me syndique CFDT

cfdt.auchan.cadres@free.fr

06.22.14.02.01  -  06.25.06.11.55

21/02/2011

NON-RESPECT DU SMIC : LA GRANDE DISTRIBUTION CONDAMNÉE PAR LA PLUS HAUTE INSTANCE !

Avocats-SMIC.jpg

La Cour de cassation confirme la position de la CFDT dans trois arrêts du 15 février 2011 (dont deux sur Carrefour) concernant l’illégalité d’intégrer le paiement de la pause pour atteindre le SMIC.

C’est une victoire et non des moindres qui vient d’être obtenue devant la plus haute juridiction Française. Car la décision fera jurisprudence, s’imposant dès lors à tous les tribunaux.

En incluant le « forfait pause » dans le calcul du salaire de base des salariés, la grande distribution et en premier lieu Auchan et Carrefour, avait trouvé la combine pour ignorer la loi sur le salaire minimum et grignoter du salaire aux employés au plus bas de la grille.

 

La décision de la Cour de cassation ouvre la voie à réparation pour les salariés d’Auchan qui ont saisi la justice et doivent passer prochainement devant la Cour d’appel de Douai.

 

Nous avons toujours refusé de signer les grilles de salaires Auchan qui démarraient sous le SMIC à cause de ce système. La direction devra bien reconnaitre que nous avions raison depuis le début.

 

Signataires de cette mécanique illégale (avec la CGC) nos collègues de la CFTC, en désaccord avec nous, avaient voulu le faire savoir il y a quelques semaines dans un tract très éclairant dans lequel ils qualifiaient notre action de « sectarisme » et de « ridicule » :

http://ns26104.ovh.net/cms/fileadmin/fichiers/Temps%20de%...

 

A lire :

L’article d'un inspecteur du travail retraçant l'historique de la bataille du SMIC dans la grande distribution.
Très bien documenté.

03/02/2011

La CFDT signataire de la nouvelle grille de salaire Grande Distribution

Suite de notre article Négociation salaire à la branche : peut-être un déblocage


Après quelques péripéties (Chantage sur les salaires dans la grande distribution) la négociation a finalement aboutie. La CFDT est signataire de la nouvelle grille de salaire à la branche, qui sera applicable au 1er mars 2011.

 

L’augmentation va de 3,20% à 2,50% soit une moyenne de 2,9%. Voir la nouvelle grille.

 

Bien que cette situation ne soit pas complètement satisfaisante, parce que l’application de taux différents selon les niveaux contribue au tassement de l’éventail hiérarchique (dont le réexamen doit se faire dans le prolongement de la réforme des classifications, actuellement en cours de négociation dans la branche), la CFDT a considéré que les propositions patronales n’étaient pas négligeables (la CFDT revendiquait + 5% sur la grille de 2009 avec date d’effet au 01/01/2011), avec + 3.20% sur le niveau 1 A, permettant de sortir 5 minima de dessous du SMIC (situation consécutive à l’absence d’accord en 2010) et de donner un signe positif pour les négociations d’entreprise.

 

Concernant les négociations à Auchan, il n’est pas exclu que la direction réédite les mêmes arguments que la chambre patronale, et prennent prétexte de la modification du calcul des charges patronales, décidé par le gouvernement au 01/01/2011, pour limiter sa proposition d’augmentation.

 

Cette décision gouvernementale (qui consiste à calculer les exonérations de charges sur le salaire annualisé, intégrant donc le 13ème mois) échappe totalement à la responsabilité des organisations syndicales. Et évidemment si les directions l’utilisent pour minorer leurs propositions salariales en 2011, cela pénaliserait les salariés qui sont déjà « sanctionnés », depuis des années, par le mécanisme de calcul de l’exonération des charges patronales. En effet, celui-ci pousse les employeurs à freiner l’évolution des rémunérations, car plus la rémunération est proche du SMIC plus l’exonération est importante (le taux d’exonération décroit dans la limite de 1,6 fois le SMIC). Pour la CFDT, cette modification n’est donc pas un argument recevable.

A suivre avec les négociations à Auchan qui ont lieu actuellement.

05/12/2010

Négociation salaire à la branche : peut-être un déblocage

Negociation

Pour rappel, l’organisation patronale FCD (MEDEF), dont Auchan fait partie, avait bloqué les négociations salaires dans la grande distribution, qui servent de tremplin obligatoire à nos négociations d’entreprise (lire notre article : Chantage sur les salaires dans la grande distribution).

 

Face à cette attitude, l’intersyndicale CFDT, CGT, FO a initié des actions et lancé une pétition nationale relayée dans plusieurs magasins.

 

Suite à ces actions combinées, la FCD accepte de revenir à la table des négociations reprogrammées ce 9 décembre.

 

Nous vous tiendrons informés du résultat de ces négociations.

02/11/2010

Chantage sur les salaires dans la grande distribution

Le 20 octobre dernier devait se dérouler la négociation salariale dans la grande distribution.

 

L’organisation patronale FCD (MEDEF), dont Auchan fait partie, a annulé cette négociation qui sert de tremplin obligatoire à nos négociations d’entreprise, au prétexte d’un projet gouvernemental de modifier une niche fiscale dont ces employeurs bénéficient. Niche fiscale dont ils ont largement profité, et qui au passage a plutôt incité à pratiquer une politique de bas salaires !

 

Cette position est inadmissible et méprisante vis-à-vis des salariés de cette branche.

 

Alors même qu’il n’y a pas eu d’accord en 2010, les employeurs de la grande distribution pensent sans doute que le niveau des rémunérations de la branche avec 5 minima de la grille inférieurs au SMIC, les exonèrent de tout effort salarial !

 

Notre combat pour un  financement équitable des retraites nous amène à penser qu’effectivement ces recettes fiscales doivent être réorientées vers d’autres « cieux » (comptes sociaux, caisses de retraites…)

 

L’employeur Auchan membre de la FCD porte une responsabilité dans cette politique de la chaise vide qui impactera forcement nos négociations d’entreprise.

 

Nous interprétons ce blocage comme un chantage révoltant qui va pénaliser tous les salariés des enseignes de la branche. Faire diversion en renvoyant à la seule négociation d’entreprise n’est pas crédible au regard des enjeux et du contexte actuel.  

 

Nous réclamons sans délai l’ouverture des négociations.

21/06/2009

Martin Hirsch demande un moratoire sur les caisses automatiques

Martin Hirsh, Haut Commissaire aux solidarités actives, a déclaré : « Nous discutons avec la grande distribution pour qu’elle confirme un engagement : ne pas prétexter du RSA pour accroître le temps partiel. Et la solution du problème n’est certainement pas de remplacer les caissières par des automates ! C’est soi-disant une demande des clients qui, toujours plus pressés, ne veulent pas attendre. Je ne suis pas d’accord. Fondamentalement, je trouve que ce ne serait pas bien de faire des gains de productivité sur le dos des caissières pendant la crise. En cette période, je suis favorable à un moratoire sur l’installation de nouvelles caisses automatiques. »

Après les mouvements spectaculaires des salariés de la Grande Distribution (opération SBAM CFDT) en 2008, des avancées ont été obtenues en matière de temps partiel et de pouvoir d’achat. Un accord GPEC est également intervenu.
Pour autant le dossier des caisses automatiques n’a pas été refermé. La CFDT soutient cette proposition de moratoire.

Avec la crise, le nombre de demandeurs d’emploi explose. Il y a lieu pour la CFDT d’en appeler à la responsabilité sociale des entreprises du commerce.

La CFDT est prête à négocier un moratoire sur l’installation des caisses automatiques.

La CFDT a adressé un courrier au gouvernement et saisi l’ensemble des organisations syndicales afin d’adopter une démarche commune.

Voir notre article précédent sur ce sujet

26/05/2009

Le chômage explose et la grande distribution fait campagne pour les caisses automatiques

Fausse modernité et services clients illusoires. La grande distribution fait de la pub pour ces engins alors que le chômage a augmenté de 13% en 1 an !

Ces déploiements auront des conséquences sur l’emploi, c’est évident.
Les dépenses actuelles pour ces systèmes (de 150 000 € à plus de 300 000 € par site) donneront lieu à une recherche rapide d’amortissement. En ce moment plus que jamais, ce sont les frais de personnel principalement dans la mire.

La signature de la CFDT sur l’accord GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) n’est pas un blanc-seing aux déploiements des automates de caisses.
Nous ne cautionnerons aucun projet visant à diminuer les effectifs.

Pour la CFDT ce sont les Hommes et les Femmes qui comptent, avant le profit des plus riches. En cette période c’est l’emploi qui doit faire l’objet de toutes les attentions.

La CFDT appelle tous les citoyens à privilégier les caisses traditionnelles et à réclamer un service et un accueil de qualité en sécurisant les emplois.

A lire :
http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/2973...

http://alternatives-economiques.fr/blogs/parienty/2009/05...

Une petite note d’humour, quand même…


12/11/2008

Grande distribution : Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC)

Lors de la réunion du 3 octobre sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) la délégation CFDT a signalé que plusieurs points essentiels manquaient dans le texte patronal et qu'il importait de tenir compte, dans le rythme des négociations de la branche, des négociations interprofessionnelles en cours sur le même thème.
 
La CFDT a souhaité que toute confusion soit écartée entre GPEC et PSE (plan social) comme c'est souvent le cas actuellement.
Prévoir les nouveaux emplois et former les salariés, c’est autre chose que de mettre en œuvre un plan social !
Elle a fait valoir que le projet patronal ne mentionnait pas l'implication de l'entreprise dans la mise oeuvre de la GPEC, laquelle doit passer par la négociation.
 
La CFDT a également revendiqué que le dialogue social porte sur la stratégie de l'entreprise. Concernant la structuration de l'accord, elle a indiqué que le projet patronal donnait à la formation professionnelle trop d'importance par rapport à l'organisation du travail, à la mobilité professionnelle, aux conditions de travail, éléments qu'il faut intégrer.
 
Pour la CFDT, le texte doit traiter de l'emploi (le recrutement, l'action sur le turn-over, les problèmes de démographie...) et des compétences, et ne pas se limiter à l'action sur les compétences. En raison du nécessaire travail d'analyses, de réflexions, d'informations auprès des salariés, les moyens du dialogue social devaient évoluer (formation des partenaires sociaux, création de commission de suivi, crédits horaires supplémentaires, mobilisation d'experts...)
 
Malgré toute cette argumentation, la partie patronale n'a pas manifesté une grande volonté de poursuivre les négociations, et avait annoncé d'emblé que la prochaine réunion du 13 novembre serait la dernière.

Portant la GPEC est particulièrement sensible dans cette branche avec l’arrivée des nouvelles technologies : puce RFID, caisses automatiques, logiciel de gestion automatisé, qui touchent à la fois les magasins et la logistique. Des changements dans le commerce que la CFDT a étudié avec un cabinet d’expertise.

21:17 Publié dans Infos dans la branche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gpec |  Facebook | | | |