<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

21/06/2009

Martin Hirsch demande un moratoire sur les caisses automatiques

Martin Hirsh, Haut Commissaire aux solidarités actives, a déclaré : « Nous discutons avec la grande distribution pour qu’elle confirme un engagement : ne pas prétexter du RSA pour accroître le temps partiel. Et la solution du problème n’est certainement pas de remplacer les caissières par des automates ! C’est soi-disant une demande des clients qui, toujours plus pressés, ne veulent pas attendre. Je ne suis pas d’accord. Fondamentalement, je trouve que ce ne serait pas bien de faire des gains de productivité sur le dos des caissières pendant la crise. En cette période, je suis favorable à un moratoire sur l’installation de nouvelles caisses automatiques. »

Après les mouvements spectaculaires des salariés de la Grande Distribution (opération SBAM CFDT) en 2008, des avancées ont été obtenues en matière de temps partiel et de pouvoir d’achat. Un accord GPEC est également intervenu.
Pour autant le dossier des caisses automatiques n’a pas été refermé. La CFDT soutient cette proposition de moratoire.

Avec la crise, le nombre de demandeurs d’emploi explose. Il y a lieu pour la CFDT d’en appeler à la responsabilité sociale des entreprises du commerce.

La CFDT est prête à négocier un moratoire sur l’installation des caisses automatiques.

La CFDT a adressé un courrier au gouvernement et saisi l’ensemble des organisations syndicales afin d’adopter une démarche commune.

Voir notre article précédent sur ce sujet

26/05/2009

Le chômage explose et la grande distribution fait campagne pour les caisses automatiques

Fausse modernité et services clients illusoires. La grande distribution fait de la pub pour ces engins alors que le chômage a augmenté de 13% en 1 an !

Ces déploiements auront des conséquences sur l’emploi, c’est évident.
Les dépenses actuelles pour ces systèmes (de 150 000 € à plus de 300 000 € par site) donneront lieu à une recherche rapide d’amortissement. En ce moment plus que jamais, ce sont les frais de personnel principalement dans la mire.

La signature de la CFDT sur l’accord GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) n’est pas un blanc-seing aux déploiements des automates de caisses.
Nous ne cautionnerons aucun projet visant à diminuer les effectifs.

Pour la CFDT ce sont les Hommes et les Femmes qui comptent, avant le profit des plus riches. En cette période c’est l’emploi qui doit faire l’objet de toutes les attentions.

La CFDT appelle tous les citoyens à privilégier les caisses traditionnelles et à réclamer un service et un accueil de qualité en sécurisant les emplois.

A lire :
http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/2973...

http://alternatives-economiques.fr/blogs/parienty/2009/05...

Une petite note d’humour, quand même…


17/04/2009

GPEC Auchan

Un accord sur la gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences a été signé à Auchan par CFDT, CFTC, CGC et FO.

Cette négociation s'est déroulée avec en toile de fond de nouveaux déploiements d'automates de caisses (Rapid'Auchan pistolet scanner couplé au système Spidde pour l'encaissement, avec en cible 20 à 30 magasins installés par an dès 2009).

La recherche de réduction des frais de personnel à tout prix faisant craindre des baisses d'emploi, la CFDT a été particulièrement active sur ce sujet en menant les opérations SBAM sur l'emploi en caisses (80 000 signatures de soutient).

Nous avons obtenu une clause de sécurisation primordiale : Article 3 : ...Une veille particulière sera exercée à propos des nouvelles technologies,..... Un bilan précis des perspectives sociales sera présenté au préalable à tout déploiement généralisé de nouvelles technologies pouvant impacter l'emploi.


Nous souhaitions que toute confusion soit écartée entre GPEC et plan social (PSE).
En effet, trop souvent les employeurs ont mélangés GPEC et plan social lors de licenciement collectif (PSE). Il était impératif de dissocier les deux. La GPEC n'a rien à voir avec la gestion des licenciements. C'est au contraire un outil d'anticipation pour éviter d'en arriver à un PSE.

Il s'agit principalement d'anticiper les évolutions métiers - l'ensemble des métiers (employés et encadrement) - au plan quantitatif et qualitatif.

Une commission GPEC est mise en place et tiendra lieu d'observatoire des métiers. Une veille particulière doit être exercée sur les métiers sensibles et les nouvelles technologies.
Une liste d'indicateurs a été définie.

Quelques exemples de mesures sur les métiers sensibles :

Des primes de mobilité sur un site différent sont prévues, variant selon les charges de famille de 3 250 à 7 050 euros.

Le salarié volontaire pour bénéficier d'un temps partiel sur un métier sensible percevra durant un an une indemnité compensant la moitié de sa perte de rémunération.

L'accord contient des mesures en faveur des séniors
Le dispositif sur le temps partiel est amélioré pour les seniors. Une indemnité complémentaire compense la seconde moitié de la perte de rémunération due au passage à temps partiel :
- pendant 18 mois s'il a de 45 à 55 ans
- pendant 24 mois s'il a de 55 à 57 ans
Si le senior a au moins 57 ans à son entrée dans ce dispositif elle est versée sans limitation de durée, jusqu'à la retraite. De plus, les salariés de 57 ans optant pour le temps partiel et souhaitant cotiser, pour la retraite, sur la base d'un salaire reconstitué à temps plein, bénéficient du maintien par l'entreprise de sa part de cotisation.

Formation
Les CIF sont favorisés. L'entreprise prendra en charge en complément du FONGECIF :
- jusqu'à 100% des frais de formation (inscription et frais pédagogiques)
- jusqu'à 80% des salaires perçus habituellement pendant toute la durée de la formation suivie.

Nous notons la distinction entre « adaptation au poste de travail », « évolution dans l'emploi » et « développement des compétences ». Mais si le bilan et le plan de formation présenté dans les CE n'est pas adapté pour suivre distinctement ces 3 domaines, on ne verra rien de la politique réelle, comme nous l'avons mainte foi signalé !

La CFDT est satisfaite des avancées obtenues, mais restera vigilante sur le respect et l'application de l'accord.

Il nous faudra utiliser tous les leviers du paritarisme d'entreprise existant :
- Pour les volets formation et âge/travail
il faudra insister aussi sur les suivis de commission accord paritaires, CCE et CE
- La commission Grand projet qui se réunit tous les trimestres devient plus que jamais primordiale, et servira à déclencher les mesures
si nécessaires
-
La commission classification elle aussi doit être reliée à cet accord  

Cet accord d'entreprise n'est pas parfait, notamment sur les volets formations et sur l'aspect âge et travail. Cependant il constitue en 1er lieu un support d'analyse partagée de l'évolution des métiers.
Son intérêt réside aussi dans la formation et dans les contres partis proposées aux salariés en cas de changement de poste.

Voir l’accord GPEC Auchan

24/11/2008

Aux magasins AUCHAN, nouvelle opération SBAM (SBAM2)


Sur plusieurs magasins Auchan, le 21 novembre, la CFDT a alerté les clients sur une nouvelle vague d'implantation de Caisses Automatiques et sur le travail du dimanche


A AUCHAN, en pleine négociation sur la gestion prévisionnelle de l’emploi, les implantations d’automates -sans garantie sociale- reprennent  partout en France …en attendant l’arrivée de « R.A » : Rapid’Auchan : le pistolet qui tue l’emploi ! Couplé avec le système SPIDDE pour l'encaissement... 

Un déploiement de 20 à 30 magasins tous les ans dès 2009

Demain, avec ce pistolet, le client comptabilisera lui-même ses achats et règlera à la borne à l’aide d’une carte de « fidélité » : Plus besoin d’hôtesses à part quelques contrôles aléatoires ! Qui est assez naïf pour croire qu’Auchan va garder toutes ses hôtesses avec des 100K€ minimum à amortir par site ?
Pour la CFDT, c'est la disparition annoncée - sans garantie- de milliers d’emplois. Le contexte de fortes tensions économiques, l’annonce de la baisse de la taxe professionnelle relative aux investissements et
la LME ne doivent pas servir de prétexte à des régulations sociales par le bas. Pour la CFDT  les emplois doivent être sécurisés et  le travail du dimanche ne doivent pas justifier et servir de prétexte à un déploiement de ces automates "tueurs d'emplois".

La Direction Générale d’Auchan fait mine d’ignorer la 1ère expression des « consommacteurs » qui a vu 80 000 pétitions signées en 2007 lors de la première opération SBAM (Sans Borne Automatique Merci) contre l’implantation des caisses automatiques. Le déploiement des nouvelles technologies, ne  doit pas se traduire par l’enrichissement des employeurs au détriment des emplois. La RSE responsabilité sociale de l’entreprise doit être de mise !  Dans ces périodes de négociations sur l’emploi (GPEC) la section CFDT Auchan exige des garanties réelles. Puisque la direction Auchan proclame qu’il n’y aura pas de suppression d’emplois relatives aux nouvelles technologies,  alors ... chiche ! Qu’elle  s’y engage réellement dans l’accord de la GPEC !

La CFDT n'est pas contre les évolutions technologiques, mais demande une anticipation sur les conséquences pour l'emploi.

La CFDT a donc lancé un rappel à l'ordre le 21 novembre dans plusieurs hypers. Plusieurs militants attendaient les clients à la porte des magasin  AUCHAN pour leur faire signer des pétitions et leur distribuer des flyers.

Vous pouvez être solidaire en signant les pétitions :
- Sans Bornes Automatiques Merci
- Travailler le dimanche !?

Sites web :
http://sbam.cfdt.free.fr/
http://cfdtauchan.canalblog.com

Articles de presse :

- Auchan Leers, la CFDT a manifesté contre les bornes automatiques et pour l'emploi
- SBAM à Auchan Sète
 

28/08/2007

Sur la grande distribution

Par Gilles Desbordes
Secrétaire Général CFDT Services :


Contre toutes les évidences et malgré la présence des premières machines, le patronat de la grande distribution s'évertue à rassurer les effectifs de caisses en affirmant que les problèmes d'emploi ne sont pas à l'ordre du jour.
Les colonnes des journaux professionnels ont beau être envahies par des articles traitant de la puce RFID et des futurs systèmes d'encaissement automatique, tout semble se passer comme si les employeurs considéraient que la capacité de lecture de leurs employés s'arrêtait à la ligne Maginot faite de leur discours.
Au-delà du sujet et de notre succès populaire sur l'action SBAM "Sans Borne Automatique Merci", quel triste constat sur l'attitude des responsables d'enseignes.
La ringardisation dont on cherche souvent à nous affubler n'est pourtant pas dans notre culture !
Lorsque nous refusons les tentatives de déréglementation du travail dominical dans le commerce, nous ne refusons pas de voir les évolutions, voire les demandes de certaines clientèles. Nous soutenons simplement l'idée que cela constitue un risque pour l'emploi, un risque pour la vie des centres-villes et certaines formes de commerce, que cela touche au vivre ensemble et qu'il ne convient pas d'accorder à certains une liberté qui met en péril celle des autres sans que la démocratie sociale s'exprime.

En réponse par François Chérèque
Secrétaire Général CFDT :


L'opération SBAM est mené non pas pour nier les évolutions mais pour anticiper, et faire en sorte que les salariés et l'emploi soient partie prenantes et gagnantes de ces évolutions.
Vous avez mon soutient.