<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

« Révisions de salaires Agents de maitrise et Cadres des Services Centraux Auchan | Page d'accueil | 800 suppressions de postes d’encadrement à Auchan et déclassification des fonctions ! »

10/01/2014

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 26/11/13

795001983.jpg

CFDT : Concernant notre demande d’« information et consultation annuelle du CE sur les recours aux conventions de forfait ainsi que les modalités de suivi de la charge de travail des salariés concernés » (article L2323-29 du Code du travail), vous nous avez répondu sur la tenue de la commission issue de l’accord Auchan sur le temps de travail. Cette commission vise à suivre les dispositions de l’accord mais n’a pas de rapport direct avec l’article du code du travail que nous citons. De plus l’accord Auchan est muet sur la charge de travail et ses modalités de suivi. Attention donc de ne pas faire d’amalgame entre la commission de suivi de l’accord et l’article L2323-29 du Code du travail dont nous demandons ici la pleine et entière application.

DRH : A aujourd’hui le suivi de la charge d’un membre « cadre » est TTSURF sous le contrôle et la vérification de sa hiérarchie. Pour être plus efficace et plus pertinent dans le suivi nous avons décidé de mettre en place le badgeage des cadres.
L’accord d’entreprise « organisation et aménagement du temps de travail » du 10 avril 2013 prévoit dans son titre III, articles 4 – 5 – 6, les éléments suivants :
Article 4  prévoit que « l’entreprise dote chaque membre de l’encadrement de moyens d’autocontrôle par rapport à son temps de travail.
A l'exclusion des cadres ayant un forfait tous horaires, chaque membre de l'Encadrement doit disposer de moyens d'autocontrôle par rapport à son temps de travail, ceci dans le cadre de l'exercice de ses responsabilités et du respect des règles propres à son forfait.
Chaque membre de l'encadrement doit utiliser le système de gestion du temps installé dans son établissement et badger avec sa carte : à son arrivée dans l'entreprise ; lors de son départ de l'entreprise ; à son départ et à son retour lors d'une coupure ».
Article 5  rappelle que « la hiérarchie à la responsabilité de veiller à ce que les horaires de travail effectués par le personnel d'Encadrement placé sous son autorité le soient dans le respect des textes légaux et conventionnels, en particulier du présent accord ».
L’article 6 prévoit « la mise en place, dans chaque établissement, d’une Commission spécialisée chargée du suivi du fonctionnement de ces dispositions spécifiques permettant aux représentants des organisations syndicales signataires du présent accord ayant des élus dans les 2ème et / ou 3ème collège(s), de faire le point, de manière générale, avec les représentants de la hiérarchie».
De ce fait l’accord d’entreprise Auchan n’est pas muet sur le suivi de la charge de travail.
Jusqu’au 31 décembre 2013, les membres de l’encadrement « cadre » avaient l’outil de planification et de suivi TTSURF. A compter du 1er janvier 2014, avec la remise en place du badgeage aux Services Centraux, nous pourrons avoir un suivi de la charge de travail en connaissant le nombre de jours prestés et en ayant un état individuel précis de la situation de chaque collaborateur. Ceci permettra de mettre en place des actions correctrices éventuelles.  A compter de janvier 2014, nous suivrons la charge de travail des collaborateurs en forfait au travers d’entretiens individuels.

Commentaire CFDT : TTsurf ne permet aucunement de suivre la charge de travail. Nous sommes conscients que c’est d’ailleurs quelque chose de difficile à mesurer, mais qu’il est essentiel de suivre. La DRH ne fait visiblement pas toujours la différence entre temps de travail et charge de travail. Mais ça viendra, nous allons y travailler.

CFDT : Il semble que le rapport annuel du médecin du travail, qui nous a été présenté au CE, n’a pas encore été présenté au CHSCT. Idem concernant le changement d’organisation du POP Drive.
Nous rappelons que la règle légale veut que le CHSCT soit consulté ou informé avant le CE, et non pas l’inverse, ceci afin que le CE bénéficie des remarques de cette instance spécialisée dans les questions concernant les conditions de travail, l’hygiène et la sécurité.

DRH : Effectivement le rapport annuel du médecin du travail pour l’année 2012 n’a pas été présenté au CHSCT et c’est un oubli. Nous vous proposons que le médecin le présente avec celui de 2013 lors du CHSCT de mars 2014. Pour le POP DRIVE, effectivement la consultation des membres du CHSCT sur le projet n’a pas été faite. Nous prévoyons de consulter cette instance en janvier 2014 lors d’une réunion supplémentaire, si le projet devient une mesure définitive.

CFDT : Les 25 jours se terminent, voyons nous un impact sur le CA et auprès des clients ?

DRH : A date, sur les 3 premiers catalogues 25 jours, nous régressons de 7 % sur les tracts par rapport à 2012 (grande année) mais nous progressons sur 2011 (+0.4%).
Les résultats restent compliqués, dans un environnement concurrentiels plus bataillés et agressifs. Les 25 jours restent une opération majeure pour Auchan avec 190 millions d’euros de CA sur 3 tracts.

CFDT : Quels nouveaux leviers envisagez-vous pour regagner du client et du CA ?

DRH : Pour la partie DAC, l’axe porte sur le renforcement de la promo sur fin 2013 et début 2014.
Depuis juin 2013, il y a eu la mise en place des mécaniques alimentaires (cagnottes, gratuits …) obligatoires. Sur décembre, 60 produits « bombes » seront rajoutés sur le tract de début du mois. Axe attraction client avec des produits promos forts.

CFDT : Concernant Auchan Télécom :
- Comment se porte la marque ? Les résultats ont-ils évolués depuis la cession ?

Direction : On vend plus qu’avant, c’est plus rentable. Au 25 novembre, on est à 1650 nouvelles souscriptions. Nous avons un taux de résiliation faible : seulement 2% de nos clients. On s’est aligné sur les offres du marché. Après sondage d’un 1 client sur 2, il ressort que 90% sont satisfaits de la migration et qu’ils sont pris en charge à 100%. Il reste à définir le repositionnement de la plate forme Auchan. Elle réintégrera Auchan France car c’est un capital à développer dans les années à venir. Il y avait quelques irritants en magasins comme les cartes Sim bloquées. Ce problème a été solutionné à ce jour.

- Comment Auchan se rémunère-t-il de l’exploitation de cette marque ?

Direction : C’est le même système qu’avec Orange ou SFR. Le magasin touche une commission, environ 50 € par client. Avant c’était 40 €.

- Quel est son poids dans les résultats du compte d’exploitation de l’EM ?

Direction : Cela représente environ 20% de la part de marché de la téléphonie et 3% sur les résultats de l’EM.

CFDT : Concernant l'externalisation de l'exploitation DTI :
- Quel est maintenant le niveau de qualité de traitement des incidents ?

Direction : Nous avons fixé un objectif d’autonomie à 85%, et nous sommes plutôt autour de 90%.

- Les ingénieurs et support N3 effectuent-ils encore des astreintes N2 pour compenser le manque d'effectifs des administrateurs ou le manque de maîtrise de notre SI par le prestataire ?

Direction : 10 collaborateurs en ingénierie nous ont assistés durant la période de janvier à septembre. Nous ne sollicitons plus l’ingénierie depuis le 1er octobre.

- Certaines équipes ont été renforcées pour revenir pratiquement au même niveau d’effectif qu’avant l’externalisation. Pourriez-vous nous faire un inventaire des effectifs (interne + externe) par équipe avant l'externalisation et maintenant ?

Direction : Le tableau des effectifs montre que les actions « total production » confiées à Stéria en octobre 2012 représentaient 71 jours en etp et 36 etp en octobre 2013. Ce ne sont pas des économies, nous avons passés des dossiers à Stéria. Cependant en juin nous avons eu une grosse charge en terme de projets, mal estimés en début d’année 2013 et cela est venu parasiter la production. Nous avons du remettre des gens pour répondre à la charge.

- Les administrateurs DTI et RA POP sont-ils satisfaits du service du support clients et de l'exploitation ?

Direction : Globalement celle-ci est bonne.

- Les clients de la DSI sont-ils satisfaits du service ?

Direction : Idem. La vérification du service régulier a été prononcée le 30 octobre 2013.

- Quelles sont les actions, actuellement assurées par les administrateurs, qui ne seront pas reconduites lors de l'externalisation de l'administration, par exemple: la mission de leader de continuité de service ?

Direction : Pas de réponse…

- Quels moyens allez-vous mettre en œuvre pour reprendre en interne ces missions et les connaissances associées ?

Direction : Pas de réponse…

CFDT : Concernant les RI2M, qu’en est-il de leur classification ?

DRH : Ils étaient de niveau 6, et ils sont passés 7.

CFDT : Concernant le projet de centrale multi-pays HBB, quel est le ressenti général des salariés à ce jour sur ce projet ?

Direction : Il y a eu plusieurs groupes de travail, beaucoup de collaborateurs nous demandent vivement d’y aller. Le ressenti est très positif.
Il n’y a pas de frein actuellement. Il y aura une phase de construction en 2014 après un maillage fin 2013. Je n’ai vraiment pas d’équipes qui expriment des craintes importantes. Il y a bien sûr des questions mais pas de craintes.

Pour toute questions ou remarques, contacter vos délégués au CE :

 Marcelino   Grégory  Fabien
Marcelino   Grégory    Fabien  

Commentaires

Quel est le bilan financier du transfert des emplois du support client Français Atos en Pologne ?
Quel en est le bilan qualitatif ?
Combien cette opération a t'elle couté en non ventes aux magasins ?
Combien cette opération a t'elle couté pour l'image de marque de la centrale de Villeneuve d'Ascq ?
Les actionnaires de la société Atos ont il bien touché leur retour sur investissement de 15 % ? Questions identiques pour Stéria ?
Quel est l'avis des actionnaires familiaux sur ce genre d'opération ? Ils exigent eux aussi ce minimum de 15 % de retour sur investissement.

Que pense Monsieur Gérard Mulliez de Bernard Cazeneuve qui lui vole ses idées ?

L’entreprise c’est un dancing
-----------------------------------
« L’entreprise, ce n’est pas un lieu d’exploitation, ce n’est pas un lieu d’accumulation de profits, de richesses » a affirmé de façon assez novatrice, le ministre du budget, Bernard Cazeneuve, le 6 janvier sur BFMTV, inaugurant brillamment l’an 2014.

C’est bien connu, l’entreprise est un dancing, un club de rencontres, un centre de repos, un institut de thalasso, Noël tous les jours et le soleil y brille.
Ne le dites pas aux 98 % de salariés qui gagnent moins de 3 200 euros nets, aux 50 % d’« actifs occupés » qui gagnent moins de 1680 euros, ne répétez pas les propos du ministre aux 10 millions de travailleurs pauvres en dessous de 900 euros : dans l’entreprise on n’est pas là pour faire des profits mais pour se marrer.
Ne le dites pas aux 20 millions de salariés dont les heures supplémentaires ne sont pas payées, mais c’est pour leur bien, ils en ont de la chance d’être dans un chouette lieu ou on rigole tous, matin, midi et soir.

Ne le dites pas aux 4 millions de temps partiel subis, aux CDD renouvelés, aux contrats « atypiques », aux 3X8, aux 4X8, aux 5X8, aux travailleurs de nuit et du dimanche, aux femmes pauvres et précaires, ils douteraient de tout.
En fait l’entreprise, c’est le paradis, c’est désintéressé, on y est tous copains et copines. Ne le dites pas aux accidentés, handicapés, malades du travail, aux précaires, aux discriminés et harcelés, aux tués et suicidés du travail.
Ne le dites surtout pas aux patrons qui se sont octroyés 196 milliards de dividendes ni aux 500 familles qui possèdent 330 milliards, 16 % du PIB, et qui ont gagné 59 milliards (+25 %) l’an passé, ce sont tous des altruistes, ils savent, eux combien l’entreprise est généreuse.

Et si vous croisez le ministre du Budget, ignorez patrons et banquiers fraudeurs du fisc, qui détournent 80 milliards et qui placent 590 milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux, ça gâcherait son optimisme et il serait capable de ne plus vouloir « pactiser » avec les entreprises, et il se ferait virer par François Hollande.
Si vous prétendez que le capitalisme ce n’est pas seulement le profit mais la recherche de surprofit maxima, vous êtes ringard. Ne traitez plus le patron de « taulier » c’est un bienfaiteur. Vous êtes vieux jeu si vous croyez que ce qui compte pour les entreprises, c’est la rentabilité, au détriment de tout le reste, du bien-être, du développement durable.

Vous en doutiez mais, en fait, ils sont bons ces patrons qui vous « donnent du travail ». Cessez de croire aux images dépassées selon lesquelles les salariés subordonnés seraient obligés de vendre leur force de travail : ils le font avec enthousiasme. En fait vos heures de boulot, c’est ça le vrai bonheur. Ce sont les patrons qui vous aident à vivre et non pas vous qui les faites vivre.

Arrêtez de croire que le travail n’enrichit personne et que ce qui enrichit c’est l’exploitation du travail des autres, ce sont des calomnies d’un autre temps. C’est aussi une grossière erreur d’imaginer que ce qui enrichit les patrons c’est la spéculation sur l’argent dérivé de votre travail. La finance, les surprofits et dividendes placés dans les casinos des Bourses et caves à subprimes ça n’existe pas, c’est Bernard Cazeneuve, nouveau théoricien de l’Entreprise qui vous l’enseigne.

(de) Gérard Filoche

Écrit par : 15 pour cent | 29/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.