<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

« Sandrine, 49 ans, 25 ans d’Auchan, licenciée abusivement pour insuffisance professionnelle après une « promotion » ! | Page d'accueil | Compte rendu CFDT du CSE extra ARS/ARA du 12/01/2021 (transfert juridique ARS -> OIA) »

15/01/2021

Le PPA à Auchan, un outil ambivalent

C’est un accord antédiluvien de 1986, sur l’individualisation des salaires de l’encadrement, qui introduit le principe du Plan Personnel d’Amélioration (PPA) pour les salariés n’ayant pas eu l’augmentation annuelle de salaire, car ne tenant pas suffisamment leur fonction. 

C’est un outil important visant à permettre au salarié de retrouver son niveau de tenue de fonction (et éviter le risque d’un licenciement pour insuffisance professionnelle). 

Il est mis en place par le manager et le RRH, et cosigné par le salarié. Le document doit indiquer au moins les éléments suivants :

  • Le constat : un constat objectif et chiffré des insuffisances constatées
  • Les axes individuels de progrès : dans les domaines Commerce, Gestion, Management, Comportement…
  • Les objectifs d’amélioration : les éléments précis, chiffrés et planifiés sur lesquels on évaluera l’amélioration des résultats du salarié
  • Les moyens mis en œuvre pour atteindre ces objectifs : formations, rdv de suivi et d’accompagnement avec le n+1, procédure de contrôle, nouvelles méthodes de travail à adopter…

Les dates de réunions mensuelles du PPA avec le n+1 doivent être programmées.
Un bilan complet doit être fait après 6 mois de PPA. Il peut néanmoins être réalisé sur un délai plus court si le contexte le permet. 

En principe, les PPA doivent être remis au plus tard pour le 30 juin, sinon la DRH doit appliquer automatiquement l'augmentation minimale de référence sur la paie de mars par effet rétroactif.

Mais il peut se transformer en outil de harcèlement 

Le PPA peut bien se passer s'il y a une réelle implication bienveillante des managers, de la DRH, et du salarié, et si les moyens adéquats ont été mis en place (notamment en formation et en accompagnement méthodologique). Mais il peut aussi se transformer en outil de sanction, de pression, de dévalorisation, être très mal vécu et même aboutir au burn-out du salarié. 

Le problème c’est que son contenu est parfois vague : le salarié peut recevoir simplement une liste de tout ce qui ne va pas, et chaque entretien se transformer en douloureux rendez-vous raté, sans apporter aucune aide, qui affaibli et enfonce le salarié un peu plus à chaque fois. 

C'est un outil lourd à mettre en œuvre pour le manager, et il peut vite être écrasant pour le salarié. 

Un PPA qui n’aide pas le salarié est un PPA raté 

Un PPA qui ne précise pas grand-chose en termes de moyens, qui fixe des points de contrôle trop fréquents finissant par écraser le salarié, ne peut pas remplir son objectif. 

Son PPA indiquait à la rubrique « Moyens pour atteindre les objectifs » :

- « Pratiques métiers » (sans dire lesquelles)
- « Tutorat » (sans préciser qui, quand, comment)
- « Gestion du temps » (sans l’inscrire à la formation existante)
On voit déjà là que l’Accompagnement est bâclé. 

Il n’y a normalement aucun lien entre les PPA et l’âge des salariés mais nous avons régulièrement observé un taux de PPA plus important chez les séniors…

Les PPA ne sont pas utilisés de la même manière partout. On constate une utilisation plus soutenue dans certaines Directions que dans d’autres… 

Un outil mis en place souvent trop tardivement

En général ce qui fait défaut au salarié, à la base, c'est le manque de formations à tous niveaux dans l'entreprise, pendant son poste antérieur (on fait les mêmes tâches, sans ouverture et sans modernisation), et surtout lors d'un changement de poste. Il n'y a souvent pas de session de formation ou de programme mis en place lors d'une prise de poste pour aider le salarié à entrer correctement dans ses nouvelles fonctions. 

Exemple d'un collègue, âgé, qui avait fait de la théâtralisation toute sa vie en magasin avec succès. Quand il est arrivé en centrale, il ne savait pas utiliser Excel, or on lui demandait de faire des devis, gérer les livraisons etc. du coup quelqu'un d'autre de l'équipe le faisait à sa place, le temps qu'il parte en retraite... Du coup il n'était pas « à la hauteur », mais pas accompagné non plus à l'être.
 
Il n’y aurait pas besoin d’en arriver à la mise en place de PPA si nous avions de vrais programmes d'intégration et des plans de formations individuels mieux élaborés tout au long de la mission (adaptation au poste de travail + développement des compétences), d’accompagnement aux changements, nous pourrions changer plus facilement de fonction, évoluer plus facilement, et non pas être cloisonné, étiqueté à un poste... 

Les règles de gestion du PPA devraient être plus claires et plus complètes. 

L’accord de 1986 sur les salaires des agents de maitrise et des cadres, n’offre pas les garanties suffisantes, et n’a pas évolué depuis cette date malgré nos demandes réitérées (refus systématique de la DRH comme si la situation actuelle était la même qu’il y a 34 ans, et que rien ne pouvait être amélioré !). 

Il manque pour le salarié la possibilité d’être accompagné à la mise en place du PPA par une personne extérieure à la relation managériale, pour se sentir plus rassuré, et bien préparer ce PPA.

Le suivi du PPA hebdomadaire devrait être fait par un tuteur (formé à cet accompagnement) désigné par le responsable, et le point mensuel fait par le manager. 

Le PPA donne un travail supplémentaire non négligeable au salarié mais aussi au manager alors qu’il y a déjà souvent des problèmes de surcharge de travail.

Pour un salarié en surcharge de travail, il faut plutôt commencer par la lui abaisser sinon le salarié ne peut pas reprendre pied dans sa fonction. 

Le PPA est régulièrement mis en place suite à des difficultés d’organisation du travail, et l’on constate souvent que des problèmes de gestion de temps sont pointés. La formation « Mieux gérer son temps et son organisation » devrait faire partie systématiquement du Plan.

La CFDT réclame la mise en place d'un suivi précis des PPA, et qu’un salarié qui récupère son niveau de tenue de fonction dans l’année se voit appliquer dès ce moment-là l’augmentation collective minimum.

Pour plus d'infos, nous contacter :
 

cfdt.auchan.centrale@free.fr

06 22 14 02 01 (ARS/ARA)

06 09 09 10 29 (ARI/AIT)

06 98 04 86 77 (OIA)

06 61 62 40 11 (ARS/ARA) 

11:51 Publié dans Actions syndicales, Cadres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ppa, formation | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire