<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

« 2008-10 | Page d'accueil | 2008-12 »

29/11/2008

Votez pour les candidats CFDT aux Prud'Hommes

Mercredi 3 décembre 2008, tous les salariés du privé seront invités à élire leurs conseillers prud'hommes. Le choix est important : la défense et le respect de vos droits en dépendent.
Plus la CFDT remportera de voix, mieux elle pourra agir au niveau des entreprises comme au niveau national pour faire respecter vos droits et les faire progresser.

Les bureaux de votes seront ouverts de 8h à 18h à la Rotonde.

Nous dépendons du Conseil des Prud'Hommes de Lannoy.

Vos candidats CFDT :


À la CFDT, tous les candidats sont formés au droit : code du travail, conventions collectives, accords de branches et d'entreprises...
La CFDT, c'est aussi des hommes et des femmes de terrain : tout au long de l'année, ils se battent au côté des salariés pour les défendre et les conseiller avec efficacité.


Voter CFDT, c'est voter pour un syndicat indépendant qui s'engage pour le respect des salariés

Voter CFDT, c'est voter pour un syndicat privilégiant l'efficacité et le résultat
 

13:24 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prudhommes, élections |  Facebook | | | |

26/11/2008

Egalité homme/femme au niveau entreprise Auchan France

Nous avons participé à la paritaire nationale sur l'égalité homme/femme au niveau entreprise Auchan France.

La direction a conclu la séance en voyant dans son rapport une « évolution en faveur des femmes ».
Nous avons repris les données présentées, et refait les calculs en comparant (quand c'était possible) avec l'an dernier.

La direction met en avant chez les employés une augmentation des temps complets et de la base contractuelle des temps partiels.
Elle annonce une augmentation des femmes à temps complet de +2.6% (pour notre part nous trouvons +0,58%, donc pas d'évolution significative à ce niveau).

Elle annonce une augmentation de +7,4% sur la tranche des temps partiel 30h. Ce qui est effectivement la conséquence de l’accord sur les contrats temps partiel minimum à 30h pour les volontaires (une des revendications CFDT mais sans la modulation obligatoire car très contraignante et induisant de fait la restriction des heures complémentaires et donc de leur paiement !)

Mais il reste toujours environ 90% de femmes sur les contrats à temps partiel (avec encore une petite accentuation par rapport à 2006).
Et toujours deux fois plus d’hommes que de femmes sur les contrats à temps complet.

Deux fois plus d’hommes que de femmes promus (jusqu’à 5 fois plus au niveau 9).

Les embauches au niveau employé sont à peu près équilibrées, mais pas au niveau agent de maîtrise (2 fois plus d’homme que de femmes), et au niveau cadre (60% des embauches sont des hommes).

Les écarts entre la moyenne des rémunérations Homme/Femme se creusent pratiquement sur tous les niveaux sauf au niveau 1.
Écarts les plus flagrants :
- à plus que doublé au niveau 6 (6,08%)
- +3% au niveau 7 (8.39%)
- à presque doublé au niveau 8 (6,17%)
- +2% au niveau 9 (14,19%)

Le nombre de femmes a diminué au niveau 9 par rapport à 2006 (6 femmes en moins) alors que cette population a augmenté de 80 personnes...
C'est à peu près stable sur les niveaux de 6 à 8.
La présence des femmes a baissé de plus de 10% au niveau 5 et au niveau 4.
Diminution de 6% au niveau 3.
Par contre ça augmente au niveau 2, là où justement le déséquilibre était inverse !

Les femmes représentent 53% de l'effectif total de l'entreprise, et c'est au niveau 2 que l'on retrouve 70% d'entre elles !

Donc là où il y a beaucoup de femme, il y en a de plus en plus.
Et là il n'y en a pas beaucoup, il y a en de moins en moins...


Bref de grosses différences avec ce qu'annonce la direction dans son PowerPoint...
Et le rapport est incomplet.

Il manque l’éventail des rémunérations par sexe et par catégorie professionnelle, et le nombre de femmes dans les dix plus hautes rémunérations.
Il manque aussi les indicateurs sur les conditions de travail.
Nous n'avons pas eu les données sur les embauches en CDD et sur les fins de CDD.
Sur la partie formation il manque la répartition par type de formation…

A la fin de la réunion, la DRH France a indiqué qu'elle
acceptait d'aller vers la négociation d'un accord. Enfin !
Mais pas question de se réjouir à l'avance. Nous ne voulons pas d'un accord pour dire qu'il y en ait un !
Nous voulons du concret et des engagements.

La CFDT, en pointe sur ces questions
, continuera à analyser vraiment la situation et à faire des propositions.

24/11/2008

Aux magasins AUCHAN, nouvelle opération SBAM (SBAM2)


Sur plusieurs magasins Auchan, le 21 novembre, la CFDT a alerté les clients sur une nouvelle vague d'implantation de Caisses Automatiques et sur le travail du dimanche


A AUCHAN, en pleine négociation sur la gestion prévisionnelle de l’emploi, les implantations d’automates -sans garantie sociale- reprennent  partout en France …en attendant l’arrivée de « R.A » : Rapid’Auchan : le pistolet qui tue l’emploi ! Couplé avec le système SPIDDE pour l'encaissement... 

Un déploiement de 20 à 30 magasins tous les ans dès 2009

Demain, avec ce pistolet, le client comptabilisera lui-même ses achats et règlera à la borne à l’aide d’une carte de « fidélité » : Plus besoin d’hôtesses à part quelques contrôles aléatoires ! Qui est assez naïf pour croire qu’Auchan va garder toutes ses hôtesses avec des 100K€ minimum à amortir par site ?
Pour la CFDT, c'est la disparition annoncée - sans garantie- de milliers d’emplois. Le contexte de fortes tensions économiques, l’annonce de la baisse de la taxe professionnelle relative aux investissements et
la LME ne doivent pas servir de prétexte à des régulations sociales par le bas. Pour la CFDT  les emplois doivent être sécurisés et  le travail du dimanche ne doivent pas justifier et servir de prétexte à un déploiement de ces automates "tueurs d'emplois".

La Direction Générale d’Auchan fait mine d’ignorer la 1ère expression des « consommacteurs » qui a vu 80 000 pétitions signées en 2007 lors de la première opération SBAM (Sans Borne Automatique Merci) contre l’implantation des caisses automatiques. Le déploiement des nouvelles technologies, ne  doit pas se traduire par l’enrichissement des employeurs au détriment des emplois. La RSE responsabilité sociale de l’entreprise doit être de mise !  Dans ces périodes de négociations sur l’emploi (GPEC) la section CFDT Auchan exige des garanties réelles. Puisque la direction Auchan proclame qu’il n’y aura pas de suppression d’emplois relatives aux nouvelles technologies,  alors ... chiche ! Qu’elle  s’y engage réellement dans l’accord de la GPEC !

La CFDT n'est pas contre les évolutions technologiques, mais demande une anticipation sur les conséquences pour l'emploi.

La CFDT a donc lancé un rappel à l'ordre le 21 novembre dans plusieurs hypers. Plusieurs militants attendaient les clients à la porte des magasin  AUCHAN pour leur faire signer des pétitions et leur distribuer des flyers.

Vous pouvez être solidaire en signant les pétitions :
- Sans Bornes Automatiques Merci
- Travailler le dimanche !?

Sites web :
http://sbam.cfdt.free.fr/
http://cfdtauchan.canalblog.com

Articles de presse :

- Auchan Leers, la CFDT a manifesté contre les bornes automatiques et pour l'emploi
- SBAM à Auchan Sète
 

22/11/2008

Tout savoir sur les prud'hommes

11:24 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prudhommes |  Facebook | | | |

19/11/2008

Enquête CFDT sur l'égalité professionnelle en Centrale Auchan

TEQ.jpgNous vous présentons les premiers résultats de notre enquête sur l’égalité Homme/Femme en Centrale (Employé, Agent de maîtrise et Cadre).

 

Nous avons eu près de 30% de retour (format papier, 276 questionnaires exploitables).

Le panel de l'enquête :

73,5% de femmes

63% des salariés interrogés vivent en couple avec enfants

47,5% ont entre 31 et 40 ans

 

Une bonne illustration du plafond de verre

Quels sont les indicateurs qui permettent à la CFDT de dénoncer l'existence d'un plafond de verre pour les femmes ?

 

Sur la base des réponses obtenues :

78% des hommes sont cadres contre 30% des femmes

4% des hommes sont en CDD contre 9,5% des femmes

Si 48% des femmes déclarent gagner entre 1000 et 1500 € mensuels, 30% des hommes déclarent un salaire mensuel entre 2000 et 3000 € et 30% ne répondent pas.

 

Il ressort que les stéréotypes ont la peau dure chez Auchan

Il existe peu de mixité dans les services. Majoritairement, les hommes travaillent avec les hommes, les femmes avec les femmes.

 

Les salariés (deux sexes confondus) mentionnent principalement deux freins à une meilleure égalité professionnelle : l'articulation vie professionnelle et personnelle et les phénomènes de stéréotypes « homme-femme ».


Ces stéréotypes sont bien présents, y compris chez les salariés :

Si 50% des hommes disent pouvoir se libérer du temps pour leurs loisirs, 39,4% des femmes ont le sentiment de mener une course contre la montre et 39% ont un rythme qui ne leur permet pas de temps de détente.

50% des femmes souhaiteraient changer de métier dans leur entreprise.
L'ambition et la volonté sont bien présentes. Aucunes différences entre les hommes et les femmes sur les souhaits de prendre plus de responsabilités hiérarchiques (ce qui contredit l’argument de la DRH sur la faible présence des femmes aux postes à responsabilité…).

 

Les inégalités salariales au premier rang des préoccupations... féminines !

55,7% des femmes estiment qu'il n'y a pas égalité de chances et de traitement sur le SALAIRE et 54% des hommes ne répondent pas à cette question...

Les femmes déclarent moins de promotion, moins d'augmentation de salaire et un plus grand sentiment de déclassement que chez leurs collègues masculins. 48,6% des hommes déclarent des possibilités d'évolution de carrière contre 30% des femmes.

Enfin dernier point presque 70% des femmes interrogées estiment qu'il existe un écart de salaire à poste égal entre un homme et une femme. Ce que reconnaissent également 44% des hommes.


Face à ces chiffres, la direction ne peut plus prétendre qu'il n'y a pas de problème d'égalité professionnelle.

 

Il est donc tout à fait logique que les axes d'action à mettre en place soient par ordre de priorité : réduction des inégalités salariales, accès aux postes à responsabilité et articulation vie professionnelle et personnelle.

 

Le seul point positif : l'accès à la formation professionnelle...

Les hommes partent en formation pour acquérir de nouvelles compétences, les femmes pour approfondir leurs connaissances mais tous se rejoignent pour dire qu'il n'y a pas d'inégalité sur cette question. L'accès à la formation professionnelle est réel.

A suivre...

18/11/2008

Questions des élus CFDT réunion DP du 07/11/08

CFDT : Des salariés sont encore intervenus ce week-end sur un site distant. Le temps de déplacement s’est déroulé sur un jour férié et un dimanche (plus de 7h aller-retour), mais aucune prise en compte de ce temps n’est prévue (ni récupération ou paiement). Cela n'est pas normal, et nous l'avons déjà signalé plusieurs fois. Nous réclamons une prise en charge des temps de déplacements professionnels, à fortiori lorsqu’ils se déroulent sur un jour férié ou un dimanche.
Que comptez-vous faire ?

DRH : Les déplacements lors de jours habituellement non travaillés doivent être exceptionnels et justifiés.La convention en forfait jour de l’encadrement induit que l’organisation du temps de travail peut être variable selon l’activité du service et l’autonomie du collaborateur. Il y a depuis 2005 un dispositif spécifique concernant les temps de déplacement des collaborateurs en forfait horaire.

Commentaire CFDT : Cela ne répond absolument pas à la question, ni au problème. Celui-ci reste entier, et les salariés concernés ne sont donc pas satisfaits. Nous reviendrons sur ce point.

CFDT : La CFDT a adressé il y a plusieurs mois un courrier à la DRH France concernant, entre autre, une demande de négociation pour la prise en compte des temps de déplacement professionnels, comme prévue par la loi de cohésion sociale de 2005.
Pouvez-vous nous dire les suites que la direction compte y donner ?

DRH : Nous n’avons pas été informés du courrier adressé au niveau national. Nous nous rapprochons de la DRH France pour faire le point.

Commentaire CFDT  : Les bureaux de la DRH France et de la DRH des services centraux sont dans le même établissement, et nos questions sont envoyées plusieurs jours avant la réunion...
Nous la reposerons.

CFDT : Les déplacements des prestataires externes seraient pris en charge et refacturés à Auchan. Le paiement du temps de déplacement serait égal à du temps de travail effectif.
Pourquoi Auchan paie-t-il le temps de déplacement professionnel des salariés externes, et ne prévoit-il rien pour ses propres salariés ?

DRH : L’entreprise achète des prestations à des fournisseurs. Quelque soit le mode de prestations de ces services (en nos locaux ou dans leurs établissements), Auchan n’a aucune appréciation ni information sur les différents statuts sociaux et modes de rétribution des collaborateurs de ces partenaires.

Commentaire CFDT : Auchan devrait quand même regarder ce qu'il paie dans les prestations. Il est curieux qu'Auchan soit si près de ses sous quand il s'agit de ses salariés, et si peu regardant sur ce qui lui est facturé par les sociétés de services. La même prestation en externe est de fait plus onéreuse qu'en interne, et le resterait même si la direction mettait en place une légitime compensation pour les temps de déplacement.

CFDT : Les heures de travail effectif effectuées en week-end par des salariés en forfait jours peuvent-elles être comptées en heures supplémentaires, et donc défiscalisées ?

DRH : Le travail effectué le week-end ou les jours fériés est systématiquement récupéré : une ½ journée pour 3 à 5h de travail, une journée pour plus de 5h. Les forfaits jours ne sont par ailleurs pas gérés par la comptabilisation du nombre d’heures travaillées.

CFDT : Concernant les élections prud'homales, sachant que nous sommes à moins d'un mois pour le vote physique et à moins de quinze jours pour le début du vote par correspondance, avez-vous prévu d'informer la voie hiérarchique et l'ensemble des salariés sur cette élection et ses modalités ?

DRH : Une note de la DRH Services Centraux a été préparée et sera diffusée mi-novembre, afin d’être concomitante avec l’envoi par les mairies des informations et matériels nécessaires pour les élections. Cette note a pour objectif de préciser certaines modalités et d’insister sur l’importance de ces élections.

15/11/2008

Droit : Discrimination liée à la situation de famille

Une cadre commerciale de la société de transports aériens Eva Air avait saisi la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité), estimant que son absence de promotion était liée à ses congés parentaux d'éducation. La HALDE avait constaté une discrimination liée à la situation de famille.

L' ex-salariée avait saisie le Conseil de Prud'hommes, et la HALDE était venue présenter ses observations devant le bureau de jugement.

Selon l'entreprise, la salarié n’aurait pas connu une évolution professionnelle stable en ayant bénéficié d’un congé parental d’éducation, à temps partiel.

Or, le congé parental d’éducation ne peut avoir pour conséquence de compromettre l’évolution de carrière de son bénéficiaire. L’article 15 de la directive 2002-73-CE du 23 septembre 2002 dispose dans son article 5, point 7 qu’ « une femme en congé de maternité a le droit, au terme de ce congé, de retrouver son emploi ou un emploi équivalent à des conditions qui ne lui soient pas moins favorables et de bénéficier de toute amélioration des conditions de travail à laquelle elle aurait eu droit durant son absence ». Il est précisé que la directive s’étend au congé parental d’éducation.

De ce fait, l’argument de la société Eva Air ne peut être considéré comme décisif et légitime.

Le Conseil de Prud'hommes à condamné la société à verser à la salariée discriminée 13 800 € d'indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et 9 200 € de dommages et intérêts pour discrimination fondée sur la situation de famille.

12/11/2008

Grande distribution : Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC)

Lors de la réunion du 3 octobre sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) la délégation CFDT a signalé que plusieurs points essentiels manquaient dans le texte patronal et qu'il importait de tenir compte, dans le rythme des négociations de la branche, des négociations interprofessionnelles en cours sur le même thème.
 
La CFDT a souhaité que toute confusion soit écartée entre GPEC et PSE (plan social) comme c'est souvent le cas actuellement.
Prévoir les nouveaux emplois et former les salariés, c’est autre chose que de mettre en œuvre un plan social !
Elle a fait valoir que le projet patronal ne mentionnait pas l'implication de l'entreprise dans la mise oeuvre de la GPEC, laquelle doit passer par la négociation.
 
La CFDT a également revendiqué que le dialogue social porte sur la stratégie de l'entreprise. Concernant la structuration de l'accord, elle a indiqué que le projet patronal donnait à la formation professionnelle trop d'importance par rapport à l'organisation du travail, à la mobilité professionnelle, aux conditions de travail, éléments qu'il faut intégrer.
 
Pour la CFDT, le texte doit traiter de l'emploi (le recrutement, l'action sur le turn-over, les problèmes de démographie...) et des compétences, et ne pas se limiter à l'action sur les compétences. En raison du nécessaire travail d'analyses, de réflexions, d'informations auprès des salariés, les moyens du dialogue social devaient évoluer (formation des partenaires sociaux, création de commission de suivi, crédits horaires supplémentaires, mobilisation d'experts...)
 
Malgré toute cette argumentation, la partie patronale n'a pas manifesté une grande volonté de poursuivre les négociations, et avait annoncé d'emblé que la prochaine réunion du 13 novembre serait la dernière.

Portant la GPEC est particulièrement sensible dans cette branche avec l’arrivée des nouvelles technologies : puce RFID, caisses automatiques, logiciel de gestion automatisé, qui touchent à la fois les magasins et la logistique. Des changements dans le commerce que la CFDT a étudié avec un cabinet d’expertise.

21:17 Publié dans Infos dans la branche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gpec |  Facebook | | | |

11/11/2008

La vie Auchan un jour férié

11ferie.gif

Travail obligatoire, pas de rémunération.
L'employeur en profite pour garder pour lui la majoration.
Le conjoint et les enfants passeront cette journée seuls.
Le principe du volontariat disparait.
Interdiction de poser un CP ou RTT ce jour.

La vie austère.

Allez il reste encore un max de dimanche...

08:26 Publié dans Actions syndicales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jours fériés |  Facebook | | | |

09/11/2008

Carrefour : annulation d'un plan social

Source AFP

Le tribunal de grande instance de Toulouse a annulé un plan social visant la réduction de l'activité du service après-vente régional du Sud-Ouest de Carrefour et prévoyant 42 suppressions de postes, a-t-on appris vendredi auprès de l'un des plaignants.

Dans un jugement du 18 octobre, notifié aux parties jeudi, dont l'AFP s'est procuré une copie, le TGI a par ailleurs condamné Carrefour à payer 3.000 euros au comité d'établissement du service après-vente et au syndicat CFDT des services de la Haute-Garonne qui avaient porté plainte contre le groupe de distribution.

En 2006, la direction de Carrefour, constatant la baisse des volumes de produits confiés à la réparation et l'évolution des technologies de plus en plus pointue nécessitant des services spécialisés, avait envisagé de réduire le nombre de ses services après-vente régionaux (SAVR) de sept à trois.

Ce regroupement devait entraîner une suppression de 186 des 392 postes, dont 42 pour le SAVR Sud-Ouest.

En juin 2008, Carrefour a présenté dans le sud-ouest un plan de sauvegarde de l'emploi que le comité d'entreprise a jugé insuffisant en raison d'"absence de mesures concrètes", d'une indemnisation de départ volontaire insuffisante et d'actions de formation inadéquates.

"Le plan n'est pas en adéquation avec les moyens financiers dont disposent le groupe", avait indiqué à l'audience la CFDT, insistant sur "l'absence de proportionnalité entre les moyens dont dispose le groupe et les mesures sociales proposées par le plan qui ne prennent pas en compte les spécifités des services après-vente régionaux".

La SAS Carrefour avait, à l'audience du 25 septembre, demandé au TGI de "prononcer la nullité de l'assignation" estimant irrecevable l'action du représentant du syndicat.

Interrogés sur un possible appel, les avocats de Carrefour ont indiqué n'avoir "aucune information à donner à ce sujet". Quant au secrétaire de la CFDT des services de la Haute-Garonne, Laurent Jeudi, il a affirmé que Carrefour "avait l'habitude d'interjeter appel", ajoutant que le groupe de distribution a quatre jours pour le faire à compter de jeudi 6 novembre.