<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

28/06/2013

Questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 21/06/13

1522386536.jpgCFDT : Pouvez-vous nous rappeler les règles de prise en charge salariale pour des maladies longues durées (délai, épuisement des droits, etc.) ?

DRH : La sécurité sociale prend en charge la maladie pendant 3 ans. Ensuite, le collaborateur passe en invalidité. La sécurité sociale paye des demi-journées de salaire dans la limite du plafond de sécurité sociale à partir du 4e jour.
Par ailleurs, l’employeur verse un complément. Les règles du maintien de salaire diffèrent d’un statut à l’autre (Confère questions DP du mois de mai).La durée du maintien de salaire est aussi fonction de l’ancienneté dans l’entreprise avec un maxi de 180 jours.
Chaque salarié a un droit propre qu’il peut consommer dans une période de référence qui est déterminée par son premier arrêt maladie posé à Auchan. Quand les droits sont consommés, c’est la prévoyance qui prend le relai après 90 jours d’arrêts continus.
La prévoyance maintient le salaire à hauteur de 72% du salaire brut annuel.

CFDT : Des objectifs communs peuvent-ils être intégrés dans la RVI (partie individuelle) ?

DRH : Dans les RVI, on trouve des objectifs collectifs (objectifs de résultats) et des objectifs individuels (qualitatifs ou quantitatifs). Il est important de vérifier que le collaborateur impacte bien individuellement les objectifs qui lui sont confiés.

Commentaire CFDT : Il est effectivement primordial de vérifier le respect du principe souligné ci-dessus.

CFDT : On a régulièrement des salariés dont les managers leur indiquent qu'ils doivent se trouver eux même du boulot (soit dans le cadre de leur fonction, soit en leur annonçant que leur fonction disparaît -hors GPEC-). Nous sommes d'accord que les salariés doivent être acteurs de leur parcours professionnel, mais là ça se transforme en "démerde-toi tout seul". C'est l'employeur qui est tenu de fournir le travail à ses salariés, cela n'aurait-il pas été un peu oublié ?

DRH : C’est en effet l’employeur qui doit fournir du travail à ses collaborateurs. Ainsi, le manager a la responsabilité d’organiser le travail en répartissant la charge entre ses collaborateurs et en leur confiant des missions. Nous noterons que pour les cadres, certaines missions ont des charges de travail aléatoires ou fluctuantes (projet notamment), et il est naturel que le collaborateur prenne des initiatives dans le sein de son service pour prendre en charge des missions supplémentaires. La suppression d’un poste dans le cadre de la GPEC peut créer des flottements temporaires en termes de charge de travail. Cette situation ne doit pas durer dans le temps.

Commentaire CFDT : C’est aussi dans le rôle des managers que d’accompagner les personnes de leur équipe, et non se contenter de leur signifier qu’ils doivent aller voir ailleurs !


Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel :
David  Jean-Luc    Marcelino   Grégory
   David      Jean-Luc    Marcelino    Grégory     

21/02/2013

Questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 15/02/13

1522386536.jpg

CFDT : Y a-t-il une date limite pour donner aux salariés leurs objectifs de RVI ?

DRH : Il n’y a pas de date limite. Bien entendu, ils sont à donner le plus tôt possible en début d’année. S’ils sont donnés tardivement, le manager doit ajuster les objectifs au temps restant pour les réaliser.

CFDT : Les objectifs de RVI sont-ils modifiables pendant la période en cours ?

DRH : Les objectifs ne sont pas modifiables. Néanmoins, lorsqu’un projet ou une mission majeure disparaît durant l’année, le bon sens est de rigueur. Le manager peut rencontrer son collaborateur pour trouver une nouvelle possibilité d’évaluation.  Au final, des principes garantissent ces situations :
-        En cas de Changement de lieu de travail ou promotion (sauf cas des nouveaux entrants et des mobilités pour convenance personnelle), on procèdera au paiement de 100% de l’enjeu RVI ou du taux d’atteinte de l’année précédente si celui-ci est supérieur à 100%.
-        En cas de changement d’affectation sans changement de lieu de travail et sans promotion, il y aura paiement en fin de période de l’ancien enjeu sur la base du taux d’atteinte de l’année précédente.

CFDT : Auchan bénéficie de prime pour l’embauche de travailleur handicapé. Donc, Auchan accepte que cet employé soit éventuellement absent pour raison de santé. Cependant, Auchan récupère de l'argent sur la GDI puisque systématiquement, après arrêt maladie (même de quelques jours), la date d’entretient GDI est décalée d'un mois. Et ce décalage ce maintient l’année suivante.
- Pourquoi décaler d’un mois la GDI pour quelques jours d’absence ?
- Pourquoi maintenir ce décalage l’année suivante (sachant que s’il y a à nouveau un arrêt maladie, cela fera 2 mois de décalage, etc…) ? 

DRH : Auchan ne perçoit pas de primes pour l’embauche de travailleurs handicapés. Ce sont des salariés de droit commun. Pour tout collaborateur qui accumule trente jours d’absences, on décale le cycle d’entretien définitivement. On le fait car on évalue le salarié sur 12 mois et non sur 11 mois.

CFDT : La fiche de paye de décembre indique une date d’édition à 2011 au lieu de 2012. Quels problèmes cela peut-il occasionner (des salariés on eu des soucis avec des organismes de crédit), que prévoyez-vous de faire ?

DRH : Nous avons informé sur cette erreur. Elle ne doit pas avoir de conséquences, les dates de période de paie indiquées sont correctes. Nous pouvons faire une attestation annexe ou la rééditer à la demande.

CFDT : Des salariés au statut Employé travaillant habituellement sur Villeneuve sont parfois amené à intervenir sur Réaumur. Le temps de trajet est-il bien pris en compte dans leur temps de travail effectif ?

DRH : Le contrat social 2010 indique que lorsque le temps de déplacement (en formation ou synergie par exemple) d’un collaborateur, quel que soit son statut (cadre ou non cadre), amène à dépasser le temps de trajet habituel, la contrepartie en temps est réévaluée et est de 10% du temps de dépassement (soit 6 minutes par heure de temps de trajet supplémentaire), au lieu de 5% depuis 2007. Ces temps cumulés générèrent des ½ journées de repos de 3h30 ou journées de 7h.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel :
David  Jean-Luc    Marcelino   Grégory

   David     Jean-Luc   Marcelino   Grégory   

19/06/2012

Encadrement Auchan : pas d'augmentation des grilles de salaires cette année !

salaires,cadres,agent de maitrise,augmentations,rvi

Tract à télécharger

La plupart des grilles de salaire des agents de maîtrise et des cadres sont identiques à celles de l’an dernier. La « digestion » de l’intégration de la RVI dans les grilles est donc déjà en route !
A ce rythme elles repasseront sous le minimum de la convention collective dans peu d’années…

Nous avons aussi procédé à l’analyse de nombreux cas de salariés payés en dessous des minima de tenue de fonction de leur grille : Beaucoup d’écarts excessifs et sans justification objective ! 

Nous réclamons :

- Que le taux de l’augmentation collective soit appliqué sur les grilles de salaire, le barème RVI et les forfaits astreinte (soit 1,5% cette année)

- Que les minima de tenue de fonction soient respectés

- La transparence sur les grilles de salaires 


A lire : Les agents de maitrise sous payés à Auchan

Pour toutes questions ou remarques, contacter-nous :

06-22-14-02-01
cfdt.auchan.cadres@free.fr 
 

02/04/2012

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 24/02/12

CFDT : Concernant la RVI : Des salariés se voient appliquer sur leur réalisé, une proratisation par la déduction des jours d’absence pour maladie. Si un niveau de réalisation a été atteint par le salarié il n’y a pas de proratisation à appliquer. Seul le niveau d’atteinte des objectifs est à prendre en compte. Cette pratique de proratisation constitue une discrimination fondée sur l’état de santé. Comptez-vous y remédier ?

DRH : L’enjeu de RVI est effectivement proratisé en fonction du contrat hebdomadaire et des absences maladie au delà d’un mois.

Commentaire CFDT : la prime d’objectifs doit être calculée en fonction des objectifs atteints et rien d’autre. Il ne doit donc pas y avoir de proratisation pour maladie !

CFDT : Quel retour sur investissement et bénéfice sont attendus avec la forfaitisation des activités d’exploitation de la Production Informatique ou des Pôles Opérationnels ?

DRH : Des gains économiques importants sont attendus. Actuellement, nous sommes en cours de rédaction de l’appel d’offre. Des gains qualitatifs sont également attendus, notamment sur les procédures, la standardisation, la capacité plus forte à absorber la variabilité et l’indexation des coûts sur indicateurs.

CFDT : Il a été récemment annoncé que l’administration informatique serait également externalisée. Cela fait-il parti de l’appel d’offre qui vient d’être lancé ?

DRH : Effectivement, comme évoqué lors du lancement du projet DTI 2.0, le métier d’administrateur dans le département production, n’a pas vocation à être occupé par les collaborateurs Auchan. Cela ne figure pas dans l’appel d’offre en cours de rédaction.

CFDT : Quels sont les impacts organisationnels et opérationnels prévus au sein de la DSI, mais aussi auprès des départements métiers de la Centrale d'Achat ?

DRH : En fonction des résultats de l’appel d’offre, nous verrons s’il y a lieu de regrouper des pôles. Les collaborateurs Auchan suivront des contrats au lieu de piloter des prestataires. Les changements en DSI n’impactent pas la Centrale d’Achat.

CFDT : Quels seront les plans d'actions de conduite du changement, de communication, d'accompagnement de tous les départements impactés ?

DRH : Le plan de conduite du changement sera déterminé en fonction des résultats de l’appel d’offre.

CFDT : Pourquoi le CE n’a-t-il pas été consulté alors qu’une trentaine de salariés Auchan vont voir à terme leur poste externalisé ?

DRH : Il s’agit de l’horizon 2014-2015, voire plus loin. Il n’y a pas de GPEC planifiée. Les éléments ont été donnés au lancement de DTI 2.0 auprès des collaborateurs par souci de transparence. Nous allons travailler avec les collaborateurs concernés pour leur donner de la perspective.

Commentaire CFDT : On voit maintenant avec l’annonce du plan de transformation de l’entreprise et de la GPEC que la réponse donnée ne correspond pas.

Pour toute questions ou remarques, contacter vos délégués au CE:
  Marcelino    Grégory  Fabien
Marcelino   Grégory   Fabien
 

14/11/2011

Grilles des salaires Auchan 2011 des services Achats

Cadres :
Chef de groupe Achats / March
é (N9)
Acheteurs / Managers de catégories
/ Chef de produit (N8)
Acheteurs / Managers de catégories
/ Chef de produit JUNIOR (N7)
Chef de groupe appro Scofel
(N8)
Acheteur Scofel/BAM
(N7)
Manager ventes appro
(N7)
Responsable merchandising
(N7)

Agents de maîtrise
 :
Gestionnaire d'appro
(N6)
Gestionnaire import
(N6)

Suite à une demande de la DRH nous avons déplacé ces infos dans la partie privée du blog.

Pour nous contacter :
cfdt.auchan.cadres@free.fr

14/09/2011

Questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 19/08/11

CFDT : Comment se passe la gestion du développement individuel (GDI) pour les salariés en CDD ?

DRH : La GDI n’est pas liée au type de contrat. Elle est mise en œuvre de la même façon pour les CDD que pour les CDI. Les collaborateurs en CDD doivent donc cumuler 24 mois de présence pour avoir un entretien pouvant générer une prime.


Commentaire CFDT : 24 mois est la durée max d’un CDD. A ce moment là le salarié sort sans avoir d’entretient GDI !
Il faut donc cumuler plusieurs CDD pour espérer avoir une GDI. Cela devient même plus compliqué si les CDD ont été fait dans différents établissements de l’entreprise. Le suivi n’est pas toujours fait…


CFDT : Depuis le 1er octobre 2007, les employés et les agents de maîtrise bénéficient, au titre des heures supplémentaires et complémentaires, d’une réduction de cotisation sociales et d’une exonération d’impôt sur le revenu.
Pour les agents de maîtrise en forfait horaire annualisé, cela s’applique sur les heures au-delà de 1607h par an.
A Auchan ils font 1705h de base par an. C’est donc 98H qui devraient être concernés.

Vous nous avez répondu que ce contingent d'heures supplémentaires étant inclus dans le forfait, il n’y a donc pas de défiscalisation ni de désocialisation des heures concernées par ce contingent.
Nous avons sollicité l’inspection des impôts et l’URSSAF qui nous répondent :
« pour les salariés relevant d'une convention de forfait annuel en heures, les heures de travail effectuées au-delà de 1 607 heures constituent des heures supplémentaires éligibles à l'exonération d'impôt sur le revenu prévu par le 1° du I de l'article 81 quater du CGI. (§42 de l'instruction administrative précitée). Dans ces conditions, votre employeur ne peut donc se prévaloir de l'inclusion dans le forfait annuel d'un contingent d'heures supplémentaires pour s'exonérer de la défiscalisation de celles-ci. »
Nous demandons que le nécessaire soit fait pour que les salariés en forfait horaire annualisé récupèrent leur droit depuis octobre 2007.


DRH : Les heures supplémentaires sont récupérées et non payées (forfait horaire annualisé reparti sur 214 jours). De fait, la récupération ne donne pas lieu à défiscalisation.


Commentaire CFDT : Nous allons à nouveau demander son avis au service juridique des impôts.

CFDT : Suite à la réponse incomplète de juin, nous reposons la question : Les salariés au niveau « débute » n’ont plus de RVI, si cela ne pose pas de problème lors d’une nouvelle embauche, il n’en est pas de même pour un changement de fonction. Quelqu’un qui était « domine » ou « maitrise » sur sa fonction et avait une RVI importante va se retrouver sans cette prime en démarrant « débute » sur sa nouvelle fonction.
Comment cela sera-t-il géré ?


DRH : Nous vous reconfirmons notre réponse donnée à la réunion des délégués du personnel du 17 juin 2011 : « Chaque situation individuelle est étudiée. Nous garantissons à minima le maintien du salaire de l’année précédente, inflaté de la tenue de fonction ». De fait, cette disposition peut se traduire de manière différente en fonction des situations individuelles (inclusion dans le salaire, maintien de la RVI, prime compensatoire de rvi...)

Commentaire CFDT : « Garantir à minima le maintien du salaire de l’année précédente inflaté de la tenue de fonction » est une évidence. Ce n’est pas le salaire qui est ici en question mais la rémunération (donc primes incluses). Le système présenté ici montre encore une foi que cela se fait « à la tête du client » sans aucunes règles écrites.
Il est aberrant que la rémunération variable individuelle (RVI) ne fasse pas l’objet d’un accord d’entreprise !

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel :
David  Jean-Luc    Marcelino   Grégory

   David     Jean-Luc   Marcelino   Grégory

09/08/2011

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 27/05/11

CFDT : Lors du CE de février vous nous aviez répondu que les grilles de salaires seraient revues pour caler les minima de la convention collective dès le niveau débute. Nous constatons des grilles qui débutent toujours en dessous du minimum garanti par la convention collective.

-          Combien en reste-t-il ?

-          Pouvez-vous corriger cela ?


DRH : Toutes les grilles ont été revues.


Commentaire CDFT : Suite à notre intervention la dernière grille de salaire cadre qui posait problème a été corrigée.

 

CFDT : Les grilles ont été revues cette année mais très peu de manager annonce le mini débute et le mini domine aux salariés comme cela devrait normalement être le cas selon l’accord sur les salaires de l’encadrement.

-          Pourquoi n’est-ce toujours pas appliqué correctement malgré nos remarques récurrentes ? 

-          Avez-vous fait les rappels de consignes nécessaires ?


DRH : Les rappels ont bien été faits auprès des Managers.

 

Commentaire CFDT : La direction ne met pas beaucoup de zèle à faire respecter ses engagements en la matière…


CFDT : Lors des annonces d’augmentation de salaires aux salariés de l’encadrement, certains managers annoncent aussi un taux d’augmentation incluant la part de RVI qui a été transféré dans le forfait. Nous contestons que cette part puisse être considérée comme une augmentation. Cette manière de présenter les choses est-elle officielle ?


DRH : Par souci de transparence et de meilleure compréhension, l’intégration des 40% de RVI dans le forfait a été réalisée sur la paie de février. L’augmentation du forfait suite aux entretiens d’activité a quant à elle été passée sur la paie de Mars. Il n’y a donc pas de confusion possible.

L’augmentation de forfait entre Mars 2010 et Mars 2011 intègre bien les 2 éléments.

 

CFDT : Il a été annoncé un changement dans la gestion des objectifs RVI : il n’y aurait plus d’échelonnement dans l’atteinte de chaque objectif fixé, soit il est atteint soit il ne l’est pas, et donc le paiement de chaque part d'enjeu ne pourra plus être partiel.

-      Est-ce bien le cas ?

-      Si oui qu’est-ce qui justifie ce changement ?

-      Cela est-il général à toute l’entreprise ?


DRH : Dans le cadre de la RVI, chaque Manager fixe les objectifs à atteindre et la manière d’évaluer leur réalisation. Différentes méthodes ont toujours existé et existent toujours.


Commentaire CFDT : Ce système à géométrie variable ne garantit pas l’égalité de traitement entre les salariés, mais c’est visiblement le but recherché…

 

CFDT : Il a été annoncé comme orientation en DSIO, que les internes ne devraient assurer que des postes à valeur ajoutée, induisant que les postes de production (Administration / Exploitation) ne rentraient pas dans cette définition.

- Le fait de considérer ces postes qui nécessitent de la réflexion et une vraie culture du magasin comme n'ayant pas de valeur ajoutée et ainsi les faire assurer en prestation externe, ne risque-t-il pas d'aboutir à se couper d'une vraie culture du progrès (commencer exploitant, continuer intégrateur, puis ingénieur, ...) ?

- Actuellement les niveaux minimum du recrutement sont Chargé d'étude et Concepteur. Quelle est la stratégie de l’entreprise sur le recrutement ?


DRH : - Ces postes ne nécessitent pas de culture magasin particulière, mais un vrai niveau de réflexion. La réorganisation DTI2.0 commençée depuis 15 mois a bien exprimé une vraie volonté de culture du Progrès. Les deux ne sont pas antinomiques.

- Pour la DSIO, nous recrutons des Chefs de projets et des Responsables d'activités. Par exception, nous recrutons quelques chargés d'études. (niveau d'études : Bac+5 ou Bac+2 avec expérience).

 

Commentaire CFDT : Les postes de production informatiques qui impactent directement le fonctionnement de tout le magasin, ne néccessitent pas de culture magasin particulière !?

Voilà qui est pour le moins très étonnant !...

Pour toute questions ou remarques, contacter vos délégués au CE :
  Marcelino    Grégory  Fabien
Marcelino   Grégory   Fabien

04/08/2011

Questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 17/06/11

CFDT : Les salariés au niveau « débute » n’ont plus de RVI, si cela ne pose pas de problème lors d’une nouvelle embauche, il n’en est pas de même pour un changement de fonction. Quelqu’un qui était « domine » ou « maitrise » sur sa fonction et avait une RVI importante va se retrouver sans cette prime en démarrant « débute » sur sa nouvelle fonction.
Comment cela sera-t-il géré ?


DRH : Chaque situation individuelle est étudiée. Nous garantissons à minima le maintien du salaire de l’année précédente, inflaté de la tenue de fonction.


Commentaire CFDT : Cela est une évidence ! Il manque l’explication sur la prime individuelle et l’impact sur la rémunération globale. Nous reposerons la question…

CFDT : Les collaborateurs d’Auchan seront-ils concernés par la « prime Sarkozy » ?

DRH : Auchan mène depuis de nombreuses années des politiques de partage et d’intéressement aux résultats de l’entreprise. Néanmoins, la DRH et les partenaires sociaux se sont rencontrés pour évoquer le sujet. Les collaborateurs seront informés s’il devait y avoir des changements.

CFDT : A Auchan, quel est le plafond maxi du nombre d’heures pour les personnes en forfait jour ?

DRH : Pour les cadres, il n’y a pas de plafond en heures, le nombre de jours travaillés est de 214 jours. Ils doivent néanmoins respecter 12h d’amplitude entre deux journées de travail, et 35h de repos consécutif une fois par semaine.

Commentaire CFDT : Cela signifie qu’Auchan peut faire travailler ses cadres 73h par semaine !
La cour de cassation a récemment précisé l’encadrement de ce type de forfait.
La CFDT demande :
- 48h de repos consécutif une fois par semaine ;
- L’introduction dans la convention individuelle de forfait jours, d’une clause obligatoire définissant précisément l’autonomie du salarié dans sa fonction et sa justification, et d’une « alerte santé au travail » précisant les modalités de recours auprès du CHSCT ou des délégués du personnel en cas de non respect par l’employeur des conditions prévues à l’accord collectif ou d’une charge de travail excessive ;
- Le suivi de la charge de travail en comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ;
- L’analyse et le bilan annuel du forfait jours en CE et en CCE.


Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel :
David  Jean-Luc    Marcelino   Grégory

   David     Jean-Luc   Marcelino   Grégory

25/05/2010

Accord égalité professionnelle à Auchan: la CFDT ne signera pas en l’état !

La CFDT réclamait un accord sur l'égalité professionnelle depuis de nombreuses années, et a été particulièrement moteur sur ce sujet.

A Auchan les inégalités sont patentes, et des dispositions discriminatoires existent depuis très longtemps. Les rapports de situations comparées en attestent, ainsi que l’enquête sur l’égalité professionnelle que nous avions menée en Centrale d’octobre 2007 à mars 2008.

Il est particulièrement rare dans les entreprises que la CFDT ne signe pas l’accord sur l’égalité professionnelle. Mais la négociation à Auchan s’est terminée avec beaucoup trop de lacunes. De belles phrases, de bonnes intentions, mais pas grand chose sur le « comment faire » !

C’est une bonne chose que la direction reconnaisse aujourd’hui en partie ce qu’elle niait il y a encore peu, mais cela ne fait pas un accord !

Nous sommes satisfaits qu’il y ait le programme mixité pour quelques femmes cadres à haut potentiel -nous avons suffisamment dénoncé ce fameux plafond de verre pour cela- mais cette action pour laquelle la direction fait beaucoup de pub ressemble à l’arbre qui cache la forêt des inégalités touchant de nombreux salarié(e)s.

Beaucoup de points mentionnés dans cet accord ne sont en fait que de simples reprises de la loi, de l'accord national interprofessionnel, de la convention collective de branche, ou sont déjà présent dans d’autres accords Auchan…

Pas grand chose de nouveau et aucun ciblage, aucun chiffrage, aucun moyen...

Plus grave :
- Absence totale de garantie et de respect des minima de tenues de fonctions alors que c'est LE moyen de garantir un minimum d'égalité salariale.
- Refus de respecter les planchers salariaux encadrement pourtant garantis par l'accord de branche.
- Bien que nous ayons obtenu l’arrêt de la proratisation de la RVI pour les congés maternité à partir de la RVI 2009, la DRH refuse d'inscrire la non-proratisation des primes au retour d’un congé maternité ou d’adoption, et refuse de restituer aux salariées concernées les sommes indument proratisées depuis mars 2006 !

La direction refuse aussi de signer la charte de la parentalité et de postuler au label « Egalité » délivré par l’AFAQ (ce qui est normal vu le risque qu’Auchan soit recalé…)

La 1ère loi sur l'égalité professionnelle date de 1983, et l’obligation de négocier un accord sur l’égalité date de 2001. La direction aura aussi mis 18 ans pour mettre fin à une disposition discriminatoire sur la prise des congés enfants malades alors que nous avions interpelé la HALDE qui confirmait l’aspect illégal de cette disposition. On voit bien qu’Auchan est très loin d’être en pointe sur ce sujet et a mis très longtemps à répondre à notre demande d’ouvrir des négociations. Le résultat de cette négo est dans cette droite ligne…

Nous serons donc plus efficaces en ne signant pas cet accord-alibi, et nous continuerons nos missions d'analyse, d’information des salariés, et à faire des propositions.

Cet accord pour lequel nous nous sommes battus est un rendez-vous manqué par la direction, mais la CFDT continuera son combat pour faire progresser ce sujet pour tous les salarié(e)s.

Un accord avec de véritables engagements reste à construire !

Téléchargez le tract

Retrouvez tous nos articles sur ce sujet

10/05/2010

Questions CFDT au CE du 26/03/10 (spéciales salaires Cadres)

CFDT : Des grilles de salaires Cadres en DSIO ont été abaissées jusqu’à -160€. Y a-t-il eu des baisses sur d’autres grilles en Centrale ?

DRH : Non

CFDT : Comment se fait-il que des grilles de salaires puissent être ainsi abaissées sans que les partenaires sociaux soient informés ?

DRH : L’accord d’individualisation des salaires de base de l’encadrement précise bien : « Pour chaque fonction, l’Entreprise détermine des fourchettes indicatives de salaire de base tenant compte de la hiérarchisation interne des fonctions, des différents niveaux de maîtrise de la fonction et du contexte extérieur ».
« Ces fourchettes ont un caractère indicatif et n’entraînent aucun droit automatique à une rémunération pré-établie du fait de l’exercice d’une fonction ou d’un niveau de maîtrise de la fonction ».

Commentaire CFDT : L’entreprise s’est arrangée pour confisquer la négociation collective salariale des cadres. Néanmoins les partenaires sociaux doivent être en mesure de négocier les minima en dessous duquel il n’est pas possible de descendre. La CFDT a réclamé la réactualisation de l’accord de 1986.
Les « fourchettes ont un caractère indicatif… », effectivement elles indiquent que l’entreprise sous-paye certains de ses salariés à qui elle reconnait pourtant la bonne tenue de leur niveau de fonction !

CFDT : Pourquoi les minima garantis fixés par la convention collective ne sont-ils toujours pas respectés sur toutes les grilles de salaires dès le niveau « Débute » comme cela doit légalement être le cas ?

DRH : L’accord d’entreprise relatif à la classification des fonctions précise :« Pour les fonctions Agents de Maîtrise et Cadres, la période d’accueil correspond à la période pendant laquelle le titulaire est considéré comme « débutant » dans sa fonction et prend fin à l’obtention de l’avis de tenue de fonction «Occupe ».
Lorsque l’encadrement est « Débute », il se trouve en période d’accueil. Il est en autonomie sur sa fonction à partir du niveau « Occupe ».

Commentaire CFDT : Ceci est une interprétation abusive de l’accord de classification. La CCN fixe un salaire minimum mensuel garanti qui prend déjà en compte le caractère « débutant ». Aucun cadre à temps plein de niveau 7 ne devrait être payé en dessous de 2235 € chaque mois ; et aucun cadre à temps plein de niveau 8 ne devrait être payé en dessous de 3004 € chaque mois. C’est pourtant le cas pour 10% d’entre eux, et sur des écarts pouvant aller jusqu’à -300 voir -400 euros par mois !

CFDT : Pourquoi les barèmes RVI n’ont-ils pas été revus depuis au moins 2 ans ?

DRH : Les barèmes RVI ne sont pas indexés sur l’inflation, ni sur les revalorisations de salaires.
Ils relèvent d’une décision unilatérale de l’entreprise.

Commentaire CFDT : Cela fait même plus de 2 ans que les barèmes RVI n’ont pas été réévalués. La RVI est un élément de la rémunération et il n’y a aucune raison pour que le barème général soit soustrait à la négociation collective. La CFDT réclame l’ouverture de négociation concernant la RVI et a adressé un courrier en ce sens à la direction des affaires sociales d’Auchan France.

CFDT : Pourquoi le principe de droit « A travail égal, salaire égal » n’est-il toujours pas respecté à Auchan ?

DRH : Les salaires de l’encadrement sont individualisés et tiennent compte de l’expérience, du parcours professionnel, du potentiel et bien entendu du niveau de professionnalisme de chacun.

Commentaire CFDT : Quand des collaborateurs sont payés en dessous du minimum de leur tenue de fonction alors qu'ils sont reconnus pour leur professionnalisme, leur expérience et ont une charge de travail particulièrement conséquente, c’est qu’il y a de gros manquement de la part de l’employeur dépassant largement ce qui est admissible dans le cadre de l’individualisation. Hors si le législateur reconnaît l'individualisation, et donc la perception d'une rémunération différente entre personnes occupant les mêmes fonctions (si cela est objectivement justifiable), il n'en reste pas moins que rémunérer des salariés en dessous de leur minimum de tenue de fonction défini par l'employeur lui même, est totalement inégalitaire.

CFDT : Pourquoi les grilles de salaires ne sont-elles pas communiquées aux partenaires sociaux comme c’est le cas dans nombres d’entreprises ?

DRH : Un Bilan annuel est réalisé chaque année avec les partenaires sociaux signataires de l’accord sur l’individualisation des salaires Encadrement, bilan au cours duquel un point est réalisé sur les grilles de salaires.

Commentaire CFDT : Ce bilan est loin de donner l’ensemble des grilles complètes (avec les 4 niveaux). Si Auchan n’est pas transparent sur ses grilles de salaires c’est bien qu’il a quelque chose à cacher…

CFDT : Pourquoi les salariés n’ont-ils pas automatiquement communication de leur grille de salaire complète ?

DRH : L’accord d’individualisation des salaires de base de l’encadrement prévoit que : « Chaque membre de l’encadrement aura connaissance de la fourchette de salaire indicative concernant sa fonction ».
Chaque collaborateur est donc informé par son supérieur hiérarchique du mini débute et mini domine de sa fonction.

Commentaire CFDT : Ceci est rarement le cas. Le collaborateur peut l’avoir s’il le demande (et encore !) mais comme il ne sait même pas qu’il peut le demander...
La question était bien : pourquoi cela n’est-il pas communiqué automatiquement et complètement (avec les 4 niveaux et non uniquement le 1er et le dernier niveau). Là encore un problème de transparence…

Pour toutes questions ou remarques, contacter Fabien
Fabien

A lire aussi :
- Auchan ne respecte pas les minima conventionnels pour ses cadres !
- Les inégalités salariales au cœur du système de rémunération à Auchan