<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

19/02/2021

Election CSE ARS/ARA, et si vous étiez candidat(e) ?

Pour vous, mais pas sans vous.

Appel.jpg

09:58 Publié dans ARS-ARA, Comité économique et social (CSE), Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, cse | |  Facebook | | | |

10/02/2021

Compte rendu CFDT du CSE extra ARS/ARA du 12/01/2021 (transfert juridique ARS -> OIA)

CFDT_CSE.jpg

Objet :
CSE extraordinaire ARS / ARA sur le projet de transfert contractuel de salariés de la Société ARS vers la Société OIA au sein de la DPW

Rappels :
  • projet de réorganisation des services d’appui : rapprochement des Directions Produits DPF et DP France dans une nouvelle Direction produit “DPW” pour le non alimentaire et Auchan Production alimentaire, sous un management unique DPW au service de la France pour l'offre non alimentaire et MDD Alimentaire, et de tous les pays pour les MDDI
  • un rapprochement physique (déménagement de certaines équipe) s'est fait en octobre 2020
  • un rapprochement contractuel (au seul sein de l'OIA) est envisagé au 1er mars 2021
  • 235 salariés ARS sont concernés
Concrètement :
  • du 18 au 22 janvier 2021, sont prévus :
    • des réunions collectives d'information
    • la remise des propositions de transfert (avec détail du nouveau statut et des conditions de maintien garanties)
  • délai de réponse de 15 jours
Points notables :
  • quelles conséquences si un salarié refuse le transfert ?
==> accepter le transfert n'a rien d'obligatoire ; engagement qu'il n'y aura aucune pression, aucun impact sur la carrière
  • l’OIA a une couverture « internationale » donc interrogation sur les pays étranger qui peuvent travailler différemment : droit français appliqué ?
==> le droit français reste bien celui en vigueur pour les salariés de l'OIA qui travaillent avec ces pays
  • si périmètre plus important de la mission, sans pour autant de revue de salaire
==> risque légitime de mécontentement
  • si maintien bien prévu de la rémunération (et de l'ancienneté), il pourra se trouver des différences de salaire entre salariés effectuant des missions similaires
==> risque légitime de mécontentement et de difficultés dans le relationnel au seins des équipes concernées
  • le périmètre international et l'obligation de devoir travailler le week-end
==> c’est du volontariat dont le cadre se base sur la convention collective, et un travail le dimanche est de l'ordre de l'exceptionnel (avec récupération)
  • le périmètre international et la connaissance nécessaire de l'anglais
==> un plan de formation à l’anglais a été lancé en septembre 2020 pour les personnes devant maîtriser l’anglais (au même titre qu'une formation aux outils)
==> si des salariés n'arrivent pas à atteindre le niveau requis : une adaptation de la mission sera envisagée (être moins en frontal de la langue)
  • quel suivi sera communiqué pour ces changements ?
==> état des lieux prévu au bout de 6 mois, 1 an, 18 mois, avec une proposition de 1ère présentation lors du CSE de mars
  • les annonces très récentes dans l'organisation à la tête d'AUCHAN : la France pourrait-elle reprendre de l'autonomie commerciale ? risque à terme chez les salariés de regretter l'acceptation du transfert selon l'évolution de la situation ?
==> l’utilité de l’OIA n’est pas remise en question
==> pour autant il reste encore du flou dans le fonctionnement de DPW dans les prochains mois

La CFDT prend acte de ces transferts, et veillera à ce que les droits des salariés soient respectés. Tout doit être fait pour éviter la casse sociale.
Le défaut d'accord GPEC est cependant flagrant et regrettable sur ce dossier.
 

15:34 Publié dans ARS-ARA, Comité économique et social (CSE), OIA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : transfert, réorganisation, gpec | |  Facebook | | | |

15/01/2021

Le PPA à Auchan, un outil ambivalent

C’est un accord antédiluvien de 1986, sur l’individualisation des salaires de l’encadrement, qui introduit le principe du Plan Personnel d’Amélioration (PPA) pour les salariés n’ayant pas eu l’augmentation annuelle de salaire, car ne tenant pas suffisamment leur fonction. 

C’est un outil important visant à permettre au salarié de retrouver son niveau de tenue de fonction (et éviter le risque d’un licenciement pour insuffisance professionnelle). 

Il est mis en place par le manager et le RRH, et cosigné par le salarié. Le document doit indiquer au moins les éléments suivants :

  • Le constat : un constat objectif et chiffré des insuffisances constatées
  • Les axes individuels de progrès : dans les domaines Commerce, Gestion, Management, Comportement…
  • Les objectifs d’amélioration : les éléments précis, chiffrés et planifiés sur lesquels on évaluera l’amélioration des résultats du salarié
  • Les moyens mis en œuvre pour atteindre ces objectifs : formations, rdv de suivi et d’accompagnement avec le n+1, procédure de contrôle, nouvelles méthodes de travail à adopter…

Les dates de réunions mensuelles du PPA avec le n+1 doivent être programmées.
Un bilan complet doit être fait après 6 mois de PPA. Il peut néanmoins être réalisé sur un délai plus court si le contexte le permet. 

En principe, les PPA doivent être remis au plus tard pour le 30 juin, sinon la DRH doit appliquer automatiquement l'augmentation minimale de référence sur la paie de mars par effet rétroactif.

Mais il peut se transformer en outil de harcèlement 

Le PPA peut bien se passer s'il y a une réelle implication bienveillante des managers, de la DRH, et du salarié, et si les moyens adéquats ont été mis en place (notamment en formation et en accompagnement méthodologique). Mais il peut aussi se transformer en outil de sanction, de pression, de dévalorisation, être très mal vécu et même aboutir au burn-out du salarié. 

Le problème c’est que son contenu est parfois vague : le salarié peut recevoir simplement une liste de tout ce qui ne va pas, et chaque entretien se transformer en douloureux rendez-vous raté, sans apporter aucune aide, qui affaibli et enfonce le salarié un peu plus à chaque fois. 

C'est un outil lourd à mettre en œuvre pour le manager, et il peut vite être écrasant pour le salarié. 

Un PPA qui n’aide pas le salarié est un PPA raté 

Un PPA qui ne précise pas grand-chose en termes de moyens, qui fixe des points de contrôle trop fréquents finissant par écraser le salarié, ne peut pas remplir son objectif. 

Son PPA indiquait à la rubrique « Moyens pour atteindre les objectifs » :

- « Pratiques métiers » (sans dire lesquelles)
- « Tutorat » (sans préciser qui, quand, comment)
- « Gestion du temps » (sans l’inscrire à la formation existante)
On voit déjà là que l’Accompagnement est bâclé. 

Il n’y a normalement aucun lien entre les PPA et l’âge des salariés mais nous avons régulièrement observé un taux de PPA plus important chez les séniors…

Les PPA ne sont pas utilisés de la même manière partout. On constate une utilisation plus soutenue dans certaines Directions que dans d’autres… 

Un outil mis en place souvent trop tardivement

En général ce qui fait défaut au salarié, à la base, c'est le manque de formations à tous niveaux dans l'entreprise, pendant son poste antérieur (on fait les mêmes tâches, sans ouverture et sans modernisation), et surtout lors d'un changement de poste. Il n'y a souvent pas de session de formation ou de programme mis en place lors d'une prise de poste pour aider le salarié à entrer correctement dans ses nouvelles fonctions. 

Exemple d'un collègue, âgé, qui avait fait de la théâtralisation toute sa vie en magasin avec succès. Quand il est arrivé en centrale, il ne savait pas utiliser Excel, or on lui demandait de faire des devis, gérer les livraisons etc. du coup quelqu'un d'autre de l'équipe le faisait à sa place, le temps qu'il parte en retraite... Du coup il n'était pas « à la hauteur », mais pas accompagné non plus à l'être.
 
Il n’y aurait pas besoin d’en arriver à la mise en place de PPA si nous avions de vrais programmes d'intégration et des plans de formations individuels mieux élaborés tout au long de la mission (adaptation au poste de travail + développement des compétences), d’accompagnement aux changements, nous pourrions changer plus facilement de fonction, évoluer plus facilement, et non pas être cloisonné, étiqueté à un poste... 

Les règles de gestion du PPA devraient être plus claires et plus complètes. 

L’accord de 1986 sur les salaires des agents de maitrise et des cadres, n’offre pas les garanties suffisantes, et n’a pas évolué depuis cette date malgré nos demandes réitérées (refus systématique de la DRH comme si la situation actuelle était la même qu’il y a 34 ans, et que rien ne pouvait être amélioré !). 

Il manque pour le salarié la possibilité d’être accompagné à la mise en place du PPA par une personne extérieure à la relation managériale, pour se sentir plus rassuré, et bien préparer ce PPA.

Le suivi du PPA hebdomadaire devrait être fait par un tuteur (formé à cet accompagnement) désigné par le responsable, et le point mensuel fait par le manager. 

Le PPA donne un travail supplémentaire non négligeable au salarié mais aussi au manager alors qu’il y a déjà souvent des problèmes de surcharge de travail.

Pour un salarié en surcharge de travail, il faut plutôt commencer par la lui abaisser sinon le salarié ne peut pas reprendre pied dans sa fonction. 

Le PPA est régulièrement mis en place suite à des difficultés d’organisation du travail, et l’on constate souvent que des problèmes de gestion de temps sont pointés. La formation « Mieux gérer son temps et son organisation » devrait faire partie systématiquement du Plan.

La CFDT réclame la mise en place d'un suivi précis des PPA, et qu’un salarié qui récupère son niveau de tenue de fonction dans l’année se voit appliquer dès ce moment-là l’augmentation collective minimum.

Pour plus d'infos, nous contacter :
 

cfdt.auchan.centrale@free.fr

06 22 14 02 01 (ARS/ARA)

06 09 09 10 29 (ARI/AIT)

06 98 04 86 77 (OIA)

06 61 62 40 11 (ARS/ARA) 

11:51 Publié dans Actions syndicales, Cadres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ppa, formation | |  Facebook | | | |

21/12/2020

Sandrine, 49 ans, 25 ans d’Auchan, licenciée abusivement pour insuffisance professionnelle après une « promotion » !

Harcelement.jpg

Les choses se sont enchainées de façon rapide et pour le moins effarantes.

Le 26 février 2019, son responsable écrivait dans l’entretien annuel : Il a fallu faire preuve d'adaptabilité pour continuer sur la dynamique forte qu'était la bascule des supermarchés (…) Sandrine a su faire face dans l'ensemble à  ces évolutions. (…) Sandrine a su se montrer volontaire pour faire face au pic d'activité. (…) Sandrine a la grande qualité de persévérer afin d'atteindre la satisfaction de ses interlocuteurs. Cela génère habituellement une grande satisfaction côté client, au sens large. (…) Sandrine sait instaurer une bonne dynamique avec la préoccupation de bien faire. Il faut garder cette qualité qui est importante à  bien des égards. (…) Sur le poste occupé en matériel, Sandrine a su être à la hauteur de ce qui était attendu. (…) C'est une des grandes forces de Sandrine d'avoir cette préoccupation de satisfaire ces interlocuteurs. (…) Sandrine sait se positionner en effet en mode écoute et apprentissage. Humble, c'est une qualité chez elle. Etc.

Elle venait de passer agent de maitrise, on lui avait confié une nouvelle mission.  Quatre mois après, on lui mettait un PPA (plan personnelle d’amélioration) au motif qu’elle ne tiendrait pas sa fonction. Après quatre mois de PPA, elle fait un burn-out. Le médecin du travail déclare qu’elle doit impérativement se soigner. Elle sera en arrêt de travail pendant 10 mois.
Elle reprend en octobre de cette année, remotivée. En novembre elle est convoquée à un entretien préalable en vue d’un licenciement. Et en décembre elle est licenciée.

Le piège de sa promotion s’est refermé sur elle.

Le PPA ne l’a pas aidé, au contraire, débordée, en surcharge de travail, mal en point à chaque fin d’entretien hebdo, il l’a affaiblie, lui a fait perdre confiance en elle, a eu pour effet de dégrader ses conditions de travail et d’altérer sa santé psychique au point de faire un burn-out et de compromettre son avenir professionnel.

De son côté, Auchan, impitoyable, fait semblant d’ignorer le lien entre son arrêt maladie et le travail, alors qu’il a été destinataire de l’avis d’arrêt indiquant « burn out » établi par le médecin après scanner de la tête et autres radios, et ayant encore comme séquelle des spasmes de l’œil.

Sandrine a déclaré : « Je n’ai pas été bonne, j’ai été nulle… Je n’aurais pas dû accepter cette mission. Cette mission m’a affaiblie. J’avais vu la difficulté mais pas à ce point. J’ai perdu pied et le PPA n’a pas aidé, au contraire il m’a affaibli encore plus. La maintenance est un domaine qui ne s’improvise pas. Plusieurs personnes avaient déjà quitté parce que c’était trop dur. J’ai manqué de formation. J’ai travaillé 23 ans dans l’entreprise en réalisant mes missions parfaitement, mais là j’ai perdu pied. Quelqu’un de Lille m’a appris à remplir les tableaux, mais la mission était d’une autre dimension, je n’ai pas réussi malgré toute ma bonne volonté. Mais après mon arrêt maladie je suis revenue motivée. Je me suis toujours investie à fond pour cette entreprise. Les tableaux prenaient un temps fou, des choses m’ont été confiées en dehors de ma mission, puis des ajouts de régions qui ont augmenté le travail. Je devais travailler avec quelqu’un de très tatillon qui me rajoutait du travail. La formation sur les tableaux que j’avais eue, je savais déjà le faire, ce n’était pas très compliqué. Le reste était plus compliqué. Tout n’était pas bienveillant pour que je réussisse, et je ne suis pas parano. C’était vraiment douloureux pour moi. Je n’avais jamais vécu ça en 24 ans et pourtant j’ai connu des moments difficiles. Et là le coup de grâce avec ce courrier de licenciement… J’essaie de faire face mais c’est difficile… »

Auchan n’a pas respecté ses obligations légales sur la protection physique et mentale de cette salariée. Au contraire, il a provoqué sa maladie. 

Auchan n’a pas respecté ses obligations légales en matière de formation : il doit assurer l'adaptation de ses salariés à leur poste de travail et veiller au maintien de leur capacité à occuper leur emploi. Ça n’a pas été le cas. Son plan de formation individuel et son PPA ne contenait aucune formation permettant à Sandrine de bien entrer dans ses nouvelles fonctions.
Ils lui reprochent de ne pas savoir bien gérer son temps, mais ne l’ont jamais inscrite à la formation pourtant existante… Ni son responsable, ni son DRH n’ont su répondre pourquoi.

Curieusement elle était agent de maitrise mais sur un forfait horaire d’employé. Pas très adapté pour l’autonomie et la gestion du temps…

Au final, on lui a même reproché de ne pas avoir contacté Alixio pendant son arrêt maladie, en pleine séquelles du burn-out, alors qu’elle n’était évidemment pas en état !

Elle ne souhaitait de toute façon pas entrer dans le PDV (plan de départs volontaires). Alors Auchan a utilisé une autre méthode…

Lors de l’entretien préalable, ce qui intéressait Auchan, c’était de savoir « comment elle se projetait ». Ca revenait en boucle…

Elle n’a pas donné la bonne réponse. Auchan espérait qu’elle se projette à l’extérieur, mais elle a répondu « dans l’entreprise ». Alors Auchan l’a jetée dehors !

Est-ce qu’on lui a proposé d’aller voir la bourse à l’emploi interne ? Non
De voir avec elle pour un repositionnement ? Non
Un bilan de compétence ? Non

Pourtant Sandrine a aussi la RQTH (reconnaisse de la qualité de travailleur handicapé) depuis une opération de hernie discale en 2002.
Les travailleurs handicapés
peuvent bénéficier des aides du programme handicap pour faire un bilan de compétences par exemple "pour étudier les possibilités d'une nouvelle orientation professionnelle". D’ailleurs sur l’entretien annuel elle avait coché la case indiquant son souhait de faire un bilan de compétence. Mais ça non plus Auchan ne l’a pas respecté.

C’est Auchan qui l’a mise sur ce poste, c’est Auchan qui ne lui a pas donné les formations nécessaires pour s’adapter à son poste de travail, c’est Auchan qui l’a surchargée de travail et a utilisé le PPA comme outil de dévalorisation, c’est Auchan qui est responsable de son burn-out, mais c’est à Sandrine qu’on a fait porter la faute et à qui on a fait payer la note.

Evidement elle gagnera devant les tribunaux. Mais elle aura quand même perdu son emploi. Ça va être difficile pour elle d’en retrouver un autre, à son âge, vu la situation économique, et l’état de dévalorisation dans lequel Auchan l’a plongée.

Auchan provisionnera cyniquement les quelques milliers d’euros que ça lui coutera, en piochant dans les millions que reçoit l’entreprise au titre du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi offert généreusement par l’Etat (donc au frais du contribuable).

Mais quel grand écart entre les beaux discours humaniste et social de l’entreprise et le traitement froid et implacable du cas de Sandrine.

Sandrine écrivait en février 2019 en conclusion de son entretien annuel avant de démarrer cette nouvelle mission qui lui a couté son emploi, 4 mois avant son PPA : « Je conclurai par le fait que je me sens de mieux en mieux dans mon entreprise (…). En espérant continuer longtemps l'aventure car ma motivation ne m'a jamais quittée jusqu'à présent, ça fait aujourd'hui 24 ans. En avant... ».

Le comportement de l’entreprise vis-à-vis de Sandrine est indigne et inadmissible.

Nous demandons l’annulation de ce licenciement et la réintégration de Sandrine.

04/12/2020

Compte rendu CFDT du CSE ARS/ARA du 26/11/2020

CFDT_CSE.jpg

1. Résultats économiques

- mois d'octobre qui finit bien globalement
- des supers plutôt ok même si résultats un peu moins bons
- eCommerce se porte très bien (auchan.fr notamment) 
- mais des hypers en régression  ==> vraie difficulté 
- sur novembre on est tjrs en perte de part de marché
- Les corners : le résultat est encore en cours d'analyse, et la situation actuelle particulière rend difficile l'éloquence vraie de cela.


2. Effectifs et absentéisme

- augmentation du turn-over en Exploitation (il faudrait avoir plus de détail pour analyser, non-fourni en l'état)
- plus fort taux d'arrêt en mars-avril, mais rappel, les "gardes d'enfant" étaient considérées  comme :
   - en mars-avril : arrêt maladie
   - ensuite : travail partiel

3. Point de suivi du Plan de Départs Volontaires en cours (dont restitution de la CSSCT relative au suivi du PDV du 19 novembre 2020)

A date :
-  674 1ers RDV
- 334 dossiers déposés
- 138 1ers RDV pour la substitution, et 115 dossiers déposés pour la substitution
- 36 salariés encore actifs (en bilan professionnel, en fin d'accompagnement, ...)
- 372 départs (63 naturels, 309 dans le cadre du PDV)
- 48 postes encore à fermer (et les 28 catégories restant sont petites avec 1-2 postes)
- rappel : date de fin de dépôt des dossiers le 30/11 23h59, et bilan par COMIVAL des éventuels derniers dossiers pour cette semaine-là

- un bilan quantitatif en Commission de suivi PDV doit être fait le 10/12, avec restitution en CSE le 17/12
 
Commentaire CFDT : Nous sommes dans l'attente de cette cartographie, qui seule permettra d'avoir la vision claire des services se trouvant en sous- et sur-dimensionnement en regard de la nouvelle organisation prévue
Nous rappelons aussi l'attention forte sur l'accompagnement nécessaire par les managers et la RH auprès des salariés qui se trouveraient contraints de changer de mission sans l'avoir souhaité.

4. Echange sur la situation sanitaire des entreprises ARS et ARA

- on est tjrs bien en travail distant [et annoncé depuis lors comme la norme jusque fin janvier]
- le bâtiment Cimaise a été fermé, les équipe compta sont à Colibri
- un tour est fait par la sécurité pour vérifier le nombre de personnes, et si les personnes isolées ont bien un PTI
- mesures sanitaires renforcées (ex. : gel en plus notamment près des imprimantes)
- présence : entre 120 et 200 sur place (APPRO logistique, la Paye : acté comme devant être sur place)
- depuis le 15/10 : 17 cas positifs et 4 cas contact (nb, rappel : le collaborateur n'est pas obligé d'informer ...)

- en RMC, le tableau Drive est bien renseigné (rappel : il sert à déclarer les déplacements envisagés pour avoir l'autorisation), mais jamais validé par la DG. Donc les salariés viennent travailler quand même, mais donc gestion perfectible et pas à la hauteur de l'annonce.

- L'attestation permanente va être changée car désormais c'est jusqu'au 15/12.

5. Activités sociales et culturelles

- pas de repas de Noël, mais ligne budgétaire maintenue (3600 euros, à raison de 1 / personne précédemment), pour don à asso'.
- donc concrètement comme pas de contribution salariés, c'est le CSE qui décaisse
- les asso' cible : proposition en séance de solliciter les salariés pour le choix.  

- Souhait de passer le budget commission location de 20 à 40k pour 2021 (récupération de ce qui n'a pas été dépensé en 2020).


7. Information et consultation sur la modification exceptionnelle des horaires de travail des équipes Comptables le samedi 9 janvier 2021

- Compte tenu du calendrier défavorable (02/01 : samedi), et pour conclure le plan comptable annuel (sur cadrage stock, ressources, rapprochement inter-société) : nécessité de ce travail le samedi 9/1
- 41 salariés (compta fournisseur, général, client) concernés
- créneau : horaires habituels des salariés

-  vote : OK si respect effectif des bonnes conditions de travail

- Cependant alerte sur la situation tendue actuelle :
  - ambiance de travail actuellement mauvaise au CSP (cause : PDV, surcharge)
  - alerte sur l'organisation de la charge de travail au sein du CSP

Il y a notamment un accroissement du nombre de relances par les fournisseurs sur des factures pas encore payées, et le confinement chez les fournisseurs a aussi dégradé leurs envois de facture.

La direction de ce Centre affirme que tout est mis en oeuvre pour le bien être des salariés (hangouts journaliers dans chaque équipe, sensibilisation des managers d'être à l'écoute des personnes sensibles, re-communication des assistances (Humania, Médecine du travail, ...).


Pour toutes questions ou remarques, contacter
 
votre représentant syndical CFDT au CSE :

Hugues
   
Hugues        

09:31 Publié dans Comité économique et social (CSE) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plan social, absences | |  Facebook | | | |

09/10/2020

Résultats de l'enquête CFDT Auchan sur le télétravail dans les Services d'appui


 
439 salariés 
ont répondu.

 MERCI !


 ARS/ARA – ARI/AIT – OIA – ARL

 

Cette enquête vise à connaitre l'avis des salariés sur le télétravail, avant et suite à la période particulière liée au Covid-19, afin de construire la prochaine négociation de l'accord télétravail.

Nous vous présentons les résultats à télécharger

 
Si vous souhaitez plus de détails, en discuter, faire des propositions, n’hésitez pas à nous contacter :

 

ARS/ARA : 06 22 14 02 01
ARI/AIT : 06 09 09 10 29

OIA : 06.98.04.86.77

cfdt.auchan.centrale@free.fr

 

Vous écouter pour vous associer à la construction de nouvelles revendications collectives, c’est le choix de la CFDT.

FaireO.JPG

15:51 Publié dans Actions syndicales, ARI-AIT, ARS-ARA, Auchan Logistique Centrale, OIA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enquêtes, télétravail | |  Facebook | | | |

15/07/2020

Enquête CFDT AUCHAN : Le télétravail dans les Services d'appui

Enquete_flash.jpg

Salariés d'ARS, ARA, ARI, AIT et OIA, nous venons de vivre une période particulière où le télétravail a été nécessaire pour répondre aux conditions sanitaires face au COVID-19.
Nous aimerions connaître votre ressenti durant celle-ci.
Merci d'avance pour vos réponses (qui resteront anonymes) à ce bref sondage, qui nous permettra de mieux préparer les discussions concernant l'évolution du télétravail prévues à la rentrée avec la direction.
 

Vous pouvez participer à l'enquête en répondant au questionnaire en ligne :
(il prend 5 minutes à remplir)
https://tinyurl.com/yctyk7vc

Ou en scannant ce QR code avec votre smartphone :
(vous trouverez un lecteur QRcode sur votre store d'application)

 

Les résultats seront rendus publics en septembre/octobre. Pour être certain d'avoir les résultats, inscrivez-vous à la NEWSLETTER :

ou sur la communauté CFDT AUCHAN Birdy : https://currents.google.com/communities/10458529235673563...


N'hésitez pas à communiquer ce questionnaire à vos collègues des services d'appui Auchan.
 


En vous remerciant par avance de votre participation3329076062.JPG


Pour plus d'infos, nous contacter :
 

cfdt.auchan.centrale@free.fr

06 22 14 02 01 (ARS/ARA)

06 09 09 10 29 (ARI/AIT)

06 98 04 86 77 (OIA)

06 61 62 40 11 (ARS/ARA) 

15:00 Publié dans Actions syndicales, ARI-AIT, ARS-ARA, OIA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enquêtes, télétravail | |  Facebook | | | |

15/05/2020

Accord Auchan Plan de Départ Volontaire

Plan-de-d%C3%A9part-volontaire.pngVoici une présentation des principaux points de l’accord de groupe concernant uniquement les entreprises ARS/ARA, ARI/AIT et OIA.

Accord complet à télécharger ici

En mobilité interne :

  • Une prime de 2500€ pour le salarié dont le poste est supprimé et qui change de catégorie professionnelle
  • pack mobilité Auchan + aide à la recherche d'emploi du conjoint
  • Formation prise en charge par l'entreprise
  • Maintien de la rémunération annuelle brute si mobilité vers un poste de rémunération inférieure 

En mobilité externe (justifier d’un projet professionnel réaliste et réalisable) :

  • Congé de reclassement rémunéré à 70% du salaire brut (moyenne des 12 derniers mois précédant le départ)
  • Formation : enveloppe de 8000€ + mutualisation possible + utilisation CPF (ou ex DIF) + solde possible dans la limite de 15 000€.
  • Création d'entreprise : Aide de 5000€ (+ 5000€ pour les plus de 50 ans et travailleurs handicapés) + 5000€ si formation nécessaire + 2500€ d'aide technique à un cabinet spécialisé.
  • Indemnité de rupture : Indemnité conventionnelle majorée de 20% pour les plus de 50 ans (sauf départ à la retraite ou préretraite) + indemnité complémentaire égale à 4% du salaire annuel par année d'ancienneté plafonnée à 12 mois. Le cumul indemnité légale + complémentaire ne peut être inférieur à 4 mois de salaire. 

Mesures d’âge :

  • Le salarié qui liquide ses droits à la retraite à taux plein bénéficie de l'indemnité conventionnelle de licenciement (pas de majoration de 20%).
    Indemnité plus favorable que l'indemnité de départ à la retraite plafonnée à 6 mois et soumise à cotisations sociales et impôt sur le revenu.
  • Le salarié n'étant pas en mesure de liquider ses droits à la retraite à taux plein peut bénéficier d'une préretraite, possible à condition de pouvoir liquider sa retraite à taux plein dans les 30 mois qui suivent l'entrée dans le dispositif et au plus tard à 62 ans. Départ au plus tard le 30 septembre.
  • Participation de l'entreprise au rachat de trimestres permettant de liquider la retraite à taux plein à 62 ans au lieu de 65 ans.
  • Versement d'une rente égale à 75% du salaire net de référence (salaire de référence calculé à 100% pour la tranche 1 égale au plafond de la sécurité sociale et 80% pour la tranche 2 plafonnée à 13712€) pendant la préretraite qui prend fin 30 mois après l'entrée dans le dispositif ou au moment de la liquidation de la retraite à taux plein.
  • Le salarié optant pour la préretraite bénéficie de l'indemnité conventionnelle de licenciement (pas de majoration de 20%).

Substitution au 01/09 (15/07 pour les catégories professionnelles n'ayant pas atteint 50% de la cible) :

Les salariés n’appartenant pas à une catégorie professionnelle éligible aux départs volontaires pourront néanmoins se porter candidats à une mobilité externe sous réserve :

  • que leur poste puisse être occupé par un salarié appartenant à une catégorie professionnelle impactée au besoin après une formation d’adaptation ;
  • qu’un salarié appartenant à une catégorie professionnelle impactée dans la même entité accepte d’occuper le poste du volontaire n’appartenant pas à une catégorie professionnelle impactée au besoin, par la conclusion d’un avenant à son contrat de travail ;
  • que la Direction accepte ce volontariat de substitution au regard des compétences du salarié maintenu dans l’emploi.

La demande de la CFDT concernant les préretraites internes a été entendue, mais nous regrettons l’absence de mesures pour les temps partiel abondés ainsi que la butée basse à 10km pour déclencher les mesures de mobilité interne (qui n'était pas présente dans les précédents plans). Un gros point noir restant sur le refus de mettre en place des reclassements entre enseignes Mulliez : Notre pétition reste donc d'actualité. 
Pour rappel : les demandes CFDT

Nous dénonçons également côté ARI/AIT et OIA l'absence d'un accord GPEC (ce qui est illégal). Et ce n'est pas normal que ces entreprises ne prennent pas en charge les bilans de compétences pour les personnes éligibles au PDV alors que cela est prévu pour les salariés ARS/ARA. Il y a là une rupture d'égalité à l'intérieur de ce PDV !

N’hésitez pas à nous contacter :
Fabien Alliata ARS/ARA : 06 22 14 02 01
Christophe Mercier ARI/AIT : 06 09 09 10 29
Boris Defosse OIA : 06 98 04 86 77
Cfdt.auchan.centrale@free.fr

11:00 Publié dans ARI-AIT, ARS-ARA, Négociations, OIA | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : accords, plan social | |  Facebook | | | |

15/04/2020

ALERTE : Mise en place des mesures d’activité partielle sur Auchan Retail Services et Agro

TeleCFDT.jpg

Les situations sont différentes d’un service à un autre, mais la Direction met déjà en place une usine à gaz entre le chômage partiel imposé de façon fractionnelle (1 à 5 jours par semaine) mélangé à la prise de JRTT et CP forcé, et le télétravail ! 

Cela ressemble fort à une occasion pour pomper un maximum d’heures (payées par l'état à 70 %) et faire des gains de productivité en déshabillant par exemple certains services qui sont débordés (comme en compta/finance qui a beaucoup de rattrapage à faire mais qui se voit impactée fortement).
On profite de la situation sanitaire actuelle pour suspendre des projets finalement sans raison liée…

Plutôt que mettre au chômage partiel ou imposé des JRTT ou CP, il y aurait pu y avoir plus d'assistances aux équipes chargées (et là : manque évident de clarté sur la communication des infos), ou en profiter pour se former en ligne. 

Le CSE n’a pas encore rendu d’avis mais pourtant l’activité partielle est déjà en place !

Attention à ne pas accepter :

  • Mise en congés sans solde.
  • Rupture de CDD.
  • Imposer à un salarié de se mettre en CP à la place d'un arrêt pour garde d'enfant.
  • Télétravail pendant le chômage partiel ou lors de la mise en CP ou repos.

En télétravail plus que jamais, pensez au droit à la déconnexion qui est aussi un devoir. 

  • L’employeur ne peut pas supprimer des jours de CP (il peut imposer les dates de CP ou les déplacer)
  • Il est possible de reporter plus que les 12 jours conventionnels de CP non pris.
  • Les JRTT peuvent être reportés sur la période suivante si besoin.
  • Si le travail à domicile est possible, l'entreprise ne peut pas le refuser aux salariés.

La CFDT à vos côtés pour vous accompagner et faire valoir vos droits. N’hésitez pas à nous alerter !

cfdt.auchan.centrale@free.fr

06 22 14 02 01
06 61 62 40 11

09:26 Publié dans ARS-ARA | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chômage partiel, télétravail, congés, repos, rtt | |  Facebook | | | |

19/03/2020

Plan de départ volontaire Auchan : pour vous la CFDT revendique

Tract à télécharger

Tract_PDV_2.png