<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

03/11/2015

Réponses aux questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 23/10/15

1522386536.jpgCFDT : Le télétravail se met progressivement en place, des dates de présentation viennent à priori d'être prises avec une nouvelle vague de collaborateurs volontaires.
Quel est le planning prévisionnel global ?
La mise en place est-elle prévue par lots (1 ou 2 par an ?), fonction du nombre de personnes intéressées ?

DRH : Aux services Centraux, les demandes sont traitées au « au fil de l’eau ».

En DSI, nous avons près de la moitié de l’effectif en télétravail. De fait, dès qu’il y a une dizaine de nouveaux candidats, nous faisons des vagues pour leur permettre de faire du télétravail.

CFDT : Des salariés se sont vu refuser le télétravail, pour des raisons techniques (les outils en place ne leur permettant pas tous les travaux distants).
Nous savons que les solutions existent. Est-il prévu d’améliorer les moyens techniques actuels, afin de réellement ouvrir le télétravail au sein de l’entreprise ?

DRH : Tous les outils sont en place depuis plusieurs mois. Les collaborateurs peuvent utiliser quasiment toutes les applications dont ils ont besoin. L’accès au disque réseau fait partie des chantiers 2016.

Le sens du télétravail est de permettre à chacun de s’isoler une journée chez lui pour travailler sur des dossiers de fond. De fait, il ne s’agit pas de retrouver chez soit le même environnement de travail, les mêmes applications. Le télétravail est donc réellement ouvert dans l’entreprise depuis la mise ne place de l’accord, en revanche, toutes les fonctions ne sont pas éligibles.

CFDT : Un manager peut-il refuser le télétravail (sur 1 jour) avec comme seul motif que la personne est à temps partiel 80%, alors qu'il est possible d'avoir 2 jours de télétravail pour un temps complet ?

DRH : En soit, le motif n’est pas suffisant, en revanche le situation décrite peut être en lien avec des critères d’éligibilité (la capacité du salarié à travailler de façon régulière à distance, la configuration et le fonctionnement de l’équipe, la performance et l’autonomie du salarié dans son poste…).


Commentaire CFDT : Il n’est pas admissible qu’un salarié ne puisse pas bénéficier du télétravail au motif qu’il est à temps partiel !

CFDT : Au CSP compta fournisseurs, des salariés ont demandé à bénéficier d'un aménagement d'horaire par rapport aux bouchons routiers occasionnés par les travaux en cours.
Un manager a utilisé des données personnelles (adresse des employés) pour vérifier sur une carte s'ils étaient réellement concernés.
Par ailleurs, lors d’une réunion au CSP le management en avait appelé à la "confiance".
La confiance ne devrait-elle pas être réciproque pour être effective ?
Soupçonner d'emblée semble toujours d'usage au CSP.
Cela apparait aux employés comme étant du mépris à leur encontre.

DRH : Le management a proposé aux équipes de bénéficier d’un aménagement d’horaires. Ils ont demandé aux collaborateurs qui souhaitaient en bénéficier. La liste a été établie de cette façon. A priori, aucun manager n’a été vérifié les adresses des collaborateurs. Nous avons convenu que vous nous donnerez des informations complémentaires sur le problème que vous soulevez.


CFDT : Les personnes ayant démarré tôt leur carrière se retrouvent lésées dans le cadre de la pré-retraite. En effet il y a une clause, qui affecte sans doute peu de personnes, mais qui a un impact non négligeable pour la suite.
Celle-ci fait qu'un salarié ayant une carrière longue sera en retraite à 60 au lieu des 62 ans prévu par la loi. Cela a pour effet une différence de cotisation retraite cadre de 2 ans, avec une différence qui peut être de 80 €/mois sur la future retraite.
Ce qui est désagréable pour les personnes concernées, c'est de découvrir cette clause "après" le choix, et que jamais une information écrite claire sur ce point ne leur a été transmise, alors qu'on leur a fait signer : "nous avons bien été informé des conditions d'applications..."
Pourquoi cette situation n'a-t-elle pas été prise en compte afin de neutraliser cet effet, et pourquoi tous les impacts ne sont-ils pas clairement expliqués ?

DRH : Le gouvernement,  pour certaines catégories de salariés ayant commencé à travailler tôt, a donné la possibilité d’obtenir le taux plein plus tôt  et donc de partir en retraite avant l’âge légal de 62 ans et souvent à partir de 60 ans. Cet âge légal n’est cependant pas un dispositif « couperet ».

C’est un choix donné et non une obligation, chaque salarié ayant la possibilité de travailler plus longtemps sans « limite ». Néanmoins, la bonification n’intervient qu’après 62 ans.
Le dispositif  de préretraite proposé par Auchan, va dans ce sens car il est également basé sur le volontariat.
Il n’avait que  pour seul but de donner la possibilité à certain collaborateurs d’anticiper leur départ à la retraite avant l’âge a partir duquel ils pouvaient prétendre à bénéficier du taux plein.
Un avantage significatif car  le droit  de cesser toute activité était ouvert à partir de 58 ans alors qu’un départ à la retraite est fixé au minimum à partir de 60 ans.
Ainsi le dispositif n’avait pas pour vocation de compenser des droits à hauteur de l’âge de départ souhaité par le salarié mais bien l’âge à partir duquel il pouvait prétendre à liquider sa pension, donc l’âge du taux plein et d’arrêter son activité plus tôt tout en percevant une rente de préretraite.
Chaque collaborateur a été bien informé de ses droits à retraite. D’une part l’entreprise propose des formations pour sensibiliser les collaborateurs au sujet ( Préparer sa retraite à 50 ans, Atout âge, etc….
D’autre part, lors de la mise en place du dispositif, des réunions d’information ont été dispensées et des documents complets ont été distribués. Enfin,  chaque collaborateur a été reçu individuellement, et des simulations leur ont été présentées. Les collaborateurs concernés pouvaient en plus, contacter par téléphone le service de gestion SIACI.
Notons que nous n’avons pas connaissance des situations individuelles et n’y avons pas accès. C’est aussi pour ces raisons que chaque collaborateur devait contacter sa caisse de retraite ( CARSAT)  pour obtenir un relevé de carrière et connaitre son âge de départ à taux plein.
Au final, tous les éléments ont été largement communiqués pour que chaque collaborateur prenne sa décision en toute connaissance.

CFDT : De nouveaux téléphones portables "Smartphone" avaient été annoncés pour tous les collaborateurs, pour la fin 2015. Ce point est-il toujours d’actualité ?

DRH : S’il s’agit du périmètre de la DSI, le dossier est en cours. Le choix des nouveaux Smartphones pour l’entreprise a été différé à janvier 2016.


CFDT : Les plateaux récemment réaménagés (au rez de chaussée du CIS) sont conçus dans la "nouvelle optique" : pas de place attitrée, plus de caisson mais des casiers, ...
Cependant les tables n'ont pas de trou permettant le passage du câble antivol (or même en en positionnement à la journée il convient de sécuriser son poste à l'emplacement choisi), et les casiers n'ont pas de serrures.
Un cadenas pour le casier va-t-il être fourni à chaque salarié arrivant sur ces plateaux ?
Un aménagement des tables est-il prévu ? (en l'état il conviendrait de ranger son poste à chaque pause méridienne)

DRH : Les collaborateurs travaillant sur le plateau auront des cadenas à leur disposition.

Le problème des câbles de sécurité a été traité en fixant des attaches sous les tables.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel : 

 Marcelino   David    Hugues   Jean-Luc   Saïda
Marcelino      David         Hugues   Jean-Luc    Saïda

19/10/2015

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 22/09/15

CFDT Auchan

CFDT : Concernant le démarrage d’Auchan Gap, avez-vous des informations sur les premières tendances ?

Direction : l’ouverture s’est bien passée et le CA a progressé de 50% sur le 1er jour.


CFDT : Concernant le transfert des équipes compta de Chronodrive, avez-vous prévu un stage d’intégration comme un nouvel embauché ?

DRH : Oui, ils suivront les formations de parcours d’intégration comme tout nouvel embauché (sécurité et le cursus classique). La formation sur la partie «métier » n’est pas prévue car les salariés concernés restent sur un métier et des process identiques à ceux qu’ils réalisent à ce jour. Par contre, une visite du CSP et des RDV avec les managers sont prévus.

CFDT : Concernant le retour des équipes jardinerie de Leers en Centrale, quel était l’objectif initial de mettre la jardinerie en magasin et quel bilan faites-vous de cette expérience ?

Direction : Cela partait de la vision du Groupe. On est parti des besoins de nos « mandats » et on s’est rapproché d’eux en allant sur Leers. Le modèle économique de la jardinerie n’est pas stable du fait de la saisonnalité et de la localisation géographique de nos sites. De plus, la jardinerie n’est plus un parti pris d’enseigne de l’entreprise.

CFDT : Le CE AECS (e-commerce) souhaiterait pouvoir s’associer avec nous pour les achats du CE.

Trésorière : Pour acheter groupé cela ne pose pas de problème, il faudra juste bien caler les refacturations.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués au CE :  

Francis   Christophe  Fabien
Francis    Christophe   Fabien 

19/08/2015

Réponses aux questions CFDT en réunion DP Auchan DOAPI du 09/07/15

CFDT : Au sujet de la mutuelle, il n’existe pas de catégorie parent solo, or ils sont de plus en plus nombreux : le montant de la cotisation famille est le même qu’il y ait un ou deux parents.

DRH : La formule Duo est accessible aux parents seuls dès lors que la couverture n’englobe pas plus de deux personnes. Ainsi, un parent seul ayant un seul enfant à charge peut souscrire au forfait Duo. Il paiera moins cher. En revanche, dès lors que le nombre d’ayants droits dépassent 2 le forfait par défaut est le forfait Famille.

Commentaire CFDT : Un parent seul avec 2 enfants paie le même prix qu’un couple avec un enfant…

CFDT : Des bruits courent sur la gelée du 13ème mois. Est-ce même envisageable ?

DRH : Ces bruits sont infondés.

CFDT : Il existerait de nouvelles grilles de salaires pour les nouveaux embauchés, supérieures aux grilles existantes.

DRH : Il n’existe pas de nouvelles grilles de salaire pour les nouveaux embauchés.

CFDT : Nos managers sont supposés nous donner les mini débute et domine de nos grilles, or ils refusent de le faire, pour quelle raison ?

DRH : L’Accord d’individualisation des salaires de l’encadrement de 1986 indique que « chaque membre de l’Encadrement aura connaissance de la fourchette de salaire indicative concernant sa Fonction ». Dans ce cadre, le collaborateur peut demander à connaitre le mini Débute et le mini Domine de sa grille de rémunération auprès de son manager ou de son RRH.

Commentaire CFDT : Les salariés ne sont pas censés les demander, ce sont les managers qui sont tenus de les communiquer systématiquement. Non seulement ce n’est pratiquement jamais fait, mais certains refusent même de les donner quand le salarié le réclame. Cela dure depuis des années. Nous avons demandé que cela soit réglé définitivement et que l’accord soit respecté. La direction a prévu que ces montants soient intégrés dans le BSI que reçoit chaque salarié. Il était temps !

CFDT : Suite aux changements de regroupement CE, la prime de progrès va-t-elle être affectée et si oui de quelle manière ?

DRH : Les politiques de partage ont été revisités par Groupe Auchan. Les fondamentaux ont été réaffirmés. A ce titre Vianney Mulliez a « demandé à l’ensemble des pays de vérifier que les politiques de partage répondent bien à nos convictions historiques, et à nos volontés de partage du fruit des efforts et de la performance de tous pour garantir équité mais aussi efficacité ».
Les travaux sur la Prime de Progès à la DOAPI n’ont pas commencé.


CFDT : Les conditions de l’obtention du CIF ne sont  pas claires. Est-il possible d'envisager des séances d'informations plus précises ou avoir un contact privilégié pour en échanger selon situations individuelles ?

DRH : Le congé individuel de formation (CIF) relève d’une démarche individuelle. Le collaborateur peut trouver les informations dont il a besoin pour construire son projet sur le site du Fongecif (fond de gestion des congés individuels de formation) ou directement au Fongecif de Lille. Des réunions sont organisées très régulièrement sur le sujet.
La responsable formation, ainsi que les RRH, restent également à disposition pour renseigner et accompagner le collaborateur lors de sa réflexion et du montage du dossier.


Commentaire CFDT : Vous pouvez aussi nous contacter si votre dossier n’est pas passé.

CFDT : Concernant les arrêts maladie : la carence de 3 jours, combien de fois y avons nous droit ?
Lorsque nous avons plusieurs arrêts maladie, nous ne sommes plus payés, quelles sont les modalités et conditions précisément ? Nous avons droit à combien de jours d'arrêts payés à 50% dans l'année ?
Pourrait-on avoir plus d'infos à ce sujet, et à quelle date ce compteur est-il mis à zéro ?


DRH : Pour garantir tout ou partie du salaire, l’entreprise vient compléter les indemnités versées par la sécurité sociale en cas d’arrêt maladie sous réserve de certaines conditions (arrêt avec justificatif et indemnisé par la sécurité sociale).
Le montant et la durée de cette indemnisation complémentaire varient selon l’ancienneté et le statut du collaborateur. Un délai de carence est parfois appliqué.
Pour les employés, la carence est supprimée dès lors que le collaborateur a eu moins de 15 jours d’absence maladie au cours de la période de référence. Cette période de référence, propre à chaque collaborateur, prend effet dès le premier arrêt maladie.
Le maintien du salaire est appliqué sans délai de carence pour les agents de maitrise et les cadres hors période d’essai.
Les conditions d’ancienneté et les durées d’indemnisation sont communiquées dans une détaillée publiée sur Neoconnect dans l’espace « RH pour tous ».


CFDT : Serait-il possible de coller les multiprises sur les tables dans les salles de réunions ?
Deux raisons principales à cette demande : les femmes enceintes doivent se courber, passer sous les tables ou alors déplacer des tables pour brancher les PC. Les femmes de manière générale doivent aussi se baisser devant leur collègues ou invités, ce qui peut être gênant.


DRH : La suggestion sera faite aux Services Généraux.

CFDT : A propos de la loi sur le don CP/RTT. Un abondement de la DOAPI est-il envisageable ?
Cette loi permet une solidarité dans l'épreuve entre salariés, l'entreprise ne peut-elle pas faire partie de cette solidarité ?


DRH : L’abondement de l’entreprise ne pourrait être possible que dans le cadre d’un accord d’entreprise qui n’existe pas à ce jour.
Notons cependant, que l’entreprise est engagée sur un certain nombre d’actions de « solidarité » (maladie, prévoyance, retraite).


Commentaire CFDT : Nous reprendrons ce point dans le cadre des négociations.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos déléguées du personnel :

 Karine   Leila
   Karine          Leïla

13/08/2015

Réponses aux questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 03/07/15

1522386536.jpg

CFDT : 4 ans après nous avons toujours des salariés payés en dessous du mini de leur tenue de fonction. C'est inacceptable. Vous nous aviez indiqué à l'époque que le rattrapage serait fait. Ce n'est toujours pas le cas alors que les grilles n'ont pas augmentées depuis 2011/2012 ! Cette situation ne peut plus durer, nous demandons à ce que tous les salariés concernés soient régularisés maintenant.

DRH : Il n’y a pas de collaborateurs payés en dessous de leur tenue de fonction aux services centraux sur le niveau débute. Nous vous avons exprimé que les revalorisations basses depuis deux ans limitaient les possibilités pour les collaborateurs positionnés sur un niveau de tenue de fonction supérieure d’avoir le salaire indicatif des grilles, mais ils ont systématiquement le RVI associée.

Commentaire CFDT : Il n’y a effectivement plus de salariés payés en dessous du niveau « débute », mais il y a toujours des salariés payés en dessous de leur niveau de tenue de fonction en « occupe », « maitrise » et « domine ». Le fait de ne pas payer les salariés à leur juste niveau n’a pas à être justifié par les faibles augmentations collectives que fixe la direction ! Auchan se permet depuis bien trop longtemps de sous payer de nombreux salariés.

CFDT : Certains salariés ne sont pas positionnés sur la fonction correspondant au travail qu'ils réalisent (ils sont sur la fonction du dessous, donc avec un salaire inférieur à leur travail). Là aussi ces situations n'ont que trop durées, nous demandons que cela soit régularisé maintenant.

DRH : Nous n’avons pas de situation de cette nature. Vous nous avez signalé un cas de collaborateur lors de la réunion des délégués du personnel. Nous reviendrons vers vous sur ce cas en septembre.

Commentaire CFDT : La direction toujours dans le déni. Cette méthode qu’elle applique régulièrement fait partie de son panel d’outils pour "optimiser" le rendement de ses salariés.

CFDT : Pour faire suite à notre 4e question à la dernière réunion DP : Des agents de maitrise trouvent injuste d'avoir un enjeu RVI de quasi la moitié d'une GDI d'employé. 
Vous nous avez répondu que cela pouvait être inférieur. Mais de là à être pratiquement divisé par deux, cela ne vous semble-t-il pas trop disproportionné ?
De plus il y a déjà 30% sur la partie économique fortement pénalisé par les résultats de l'entreprise qui vient encore creuser l'écart sur le montant obtenu.
Trouvez-vous tout cela équitable et motivant ?

DRH : Un employé niveau 4 au maximum un enjeu de RVI de 1883 euros. Aucun agent de maîtrise n’a un enjeu moitié moins important. Pour le reste, nous vous rappelons que l’encadrement n’a pas le même niveau de responsabilité que les employés et a de fait, un système d’évaluation différent. Celui des agents de maîtrise, la RVI a une partie économique, ce n’est pas le cas pour les employés avec la GDI.
Le système est équitable et motivant, peut-être moins quand les résultats économiques sont difficiles.

Commentaire CFDT : Là encore les personnes qui sont dans cette situation apprécieront la réponse…

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel : 

 Marcelino   David    Hugues   Jean-Luc   Saïda
Marcelino      David         Hugues   Jean-Luc    Saïda

30/06/2015

Réponses aux questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 19/06/15

1522386536.jpg

CFDT : Les managers ne communiquent pas les mini "débute" et les mini "domine" des grilles salariales aux salariés. Ils semblent que des managers n'ont même pas connaissances des grilles des membres de leur équipe. Ce point de l'accord de 1986 n'est cette année encore pas respecté. Comment les salariés peuvent-ils avoir l'information qui leur est du ?

DRH : La plupart des managers le font. Un rappel sera à nouveau fait. Les collaborateurs qui n’auront pas eu l’information d’ici la fin du mois pourront la demander à leur RRH/DRH qui leur communiquera.

Commentaire CFDT : C’est faux. Seule une très très faible minorité des salariés ont cette info, et la plupart c’est parce qu’ils l’ont réclamée.
Ce n’est pas aux salariés à réclamer, ils doivent recevoir l’info directement.


CFDT : L'article 6.1 de l'accord sur les salaires de l'encadrement indique que l'entreprise détermine des fourchettes indicatives de salaire de base. Des managers déclarent qu'il n'y a plus de grilles !
La direction aurait-elle supprimé les grilles de salaire sans informer les partenaires sociaux ?


DRH : Il existe toujours des grilles de salaires. Si l’expression « il n’y a plus de grilles » a été utilisée, il est fort probable que c’est pour illustrer le fait qu’avec des révisions de salaires plus basses en 2014 et 2015, les grilles Occupe et Maîtrise sont difficiles à respecter, et plutôt indicative. A nouveau, elles existent toujours, et lors d’un passage à un niveau de tenue de fonction supérieure, le collaborateur a le nouvel enjeu de RVI correspondant.

Commentaire CFDT : Les grilles de salaires n’ont pas bougées depuis 2011/2012. Ce n’est donc pas plus difficile à respecter ! Elles devraient être respectées depuis longtemps. C’est aberrant d’entendre la DRH dire que c’est à cause des révisons de salaires basses que les mini de la grille sont difficiles à respecter !

CFDT : Où en est la neutralisation de l'objectif RVI concernant les résultats du BOI ?


DRH : Le travail a été réalisé et sera payé sur le mois de juin.

Commentaire CFDT : Il y a quelques oubliés, nous les avons signalés.

CFDT : Des agents de maitrise constatent que leur enjeux de prime (RVI) est nettement inférieur à une prime GDI. Comment alors exiger plus d'un Agent de maîtrise ?


DRH : Les postes sont pesés et les rémunérations (salaires et primes associés) calés sur le marché.
Il est possible d’avoir des niveaux de RVI agents de maîtrise inférieure à des niveaux de GDI, pour le salaire global, c’est peu probable.


Commentaire CFDT : Ça peut être inférieur mais de là à avoir un enjeu moitié moindre, ça peut sembler aussi disproportionné. Nous reviendrons sur ce point.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel : 

 Marcelino   David    Hugues   Jean-Luc   Saïda
Marcelino      David         Hugues   Jean-Luc    Saïda

27/05/2015

Affaire SMIC et temps de pause à Auchan : Près de 1500 salariés auront gain de cause

818080776.jpg

Télécharger le tract

Après 10 ans d’action commune CFDT et CGT pour obtenir le respect des minima salariaux à Auchan, une issue négociée avec la Direction a été trouvée.

Une page de l’histoire sociale du groupe se tourne et 1500 salariés percevront une indemnité substantielle.

Si la CFDT est satisfaite de ce résultat, elle regrette que la Direction n’indemnise pas l’ensemble des salariés.

Cette victoire syndicale doit constituer un enseignement  pour la Direction et ses syndicats « maison » CFTC et SEGA-CFE-CGC (signataires pendant 7 ans de grilles de salaires qui démarraient sous le SMIC, malgré l’avertissement de l’inspection du travail). Ils devront dorénavant réfléchir à deux fois avant d’essayer de léser les droits des salariés.

Cette victoire conforte le bien fondé des actions de la CFDT et de la CGT qui n’hésiteront pas à construire de nouvelles opérations communes pour faire respecter le droit des salariés.

Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner et faire valoir vos droits.
N’hésitez pas.
3329076062.JPG

 

cfdt.auchan.centrale@free.fr

06 22 14 02 01

06 09 09 10 29 

11/05/2015

Le taux négatif de Valauchan contesté par l'économiste Benoit Boussemart

Croco.jpg

Téléchargez le tract

Suite à l’annonce de la valeur de part Valauchan, en baisse à -3%, et des incohérences avec les données chiffrés de Groupe Auchan, nous avons souhaité faire le point avec un spécialiste, Benoit Boussemart, docteur d’Etat ès sciences économiques, maître de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre, expert du cabinet Syndex auprès des CE, et auteur de plusieurs ouvrages de référence sur le groupe Mulliez (La richesse des Mulliez, Le groupe Mulliez,…).

CFDT Auchan : Bonjour Benoit Boussemart. Les salariés d’Auchan ont découvert la nouvelle valeur de part du FCP Valauchan estimée par des experts, en baisse à -3% !

Pourtant, d’après le rapport financier de Groupe Auchan publié le 9 mars 2015, le titre Groupe Auchan (qui constitue environ 80% du FCP Valauchan) a augmenté de 3,44%. Et d’après le dernier numéro du journal Valauchan, la caisse de rachat (environ 20% du FCP Valauchan) a augmenté de 2,12%. Ce qui devrait nous donner une évolution de +3,17% du FCP Valauchan, et non -3% ! Confirmez-vous ces chiffres ?

Benoit Boussemart : Je confirme. Le rapport du Groupe Auchan indique pour les stock-options destinées aux cadres dirigeants et à certains membres de la famille que la valeur du titre Groupe Auchan passe de 421,45 € en 2013 à 435,94 € en 2014 (rapport financier groupe Auchan en page 48). Les heureux « élus » des stock-options ont donc payé plus cher que l’an dernier (+ 3,44%). Il y a d’ailleurs eu 3 441 options achetées à ce prix en 2014.

Par ailleurs, les publications de Valauchan indiquent plusieurs éléments :

1. L’évolution de la valeur du titre Auchan contenu dans le panier de Valauchan (à plus de 82%), et c’est bien évidemment cette valeur qui conditionne fondamentalement la valeur de la part Valauchan. Or, il existe des divergences importantes entre les valeurs des stock-options attribuées en titres « Groupe Auchan », et les valeurs des titres « Groupe Auchan » contenus dans Valauchan.

 

Evolution % publiées dans le rapport

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Groupe Auchan en mars de l’année

-1,79

5,79

9,53

3,02

5,23

3,44

Valauchan en mars de l’année

7,69

11,31

4,65

6,81

4,95

-3,81

Les données d’évolution du titre « Groupe Auchan » dans le rapport 2015 (qui porte sur l’exercice 2014) indique (voir ci-dessus à la page 48) que le titre Auchan pour les stock-options passe de 421,45 euros en 2013 à 435,94 euros en 2014 ; la hausse est de (435,94 - 421,45)/421,45 = 3,44% ; ce pourcentage est reporté en année « 2015 », date de sa publication.
Il en va de même pour le rapport Valauchan ; celui-ci est plus rapide : il ne donne pas de valeur du titre Auchan, mais uniquement le % d’évolution.
Il existe donc de gros écarts entre les deux calculs pris en compte.
Cet écart interroge le second élément ci-dessous.
2. Les modes de calculs des titres « Groupe Auchan » pour Valauchan.
L’écart peut simplement signifier qu’il existe un décalage dans le temps (une année) entre les stock-options et les valeurs Auchan dans Valauchan : le tableau devient alors :  

Evolution % publiées dans le rapport

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Groupe Auchan en mars de l’année

-1,79

5,79

9,53

3,02

5,23

3,44

Valauchan en mars de l’année

 

7,69

11,31

4,65

6,81

4,95

Ce n’est toujours pas cohérent ; en effet, l’évolution de la valeur de Valauchan serait systématiquement supérieure à celle des stock-options ; avec un caractère cumulatif, c’est impossible. Sauf à considérer que les valeurs d’acquisition des stock-options soient inférieures chaque année à la valeur du titre Auchan (petit cadeau aux élus des stock-options). Quelle est donc la véritable valeur du titre « Auchan » ?
3. Nous avons fait quelques calculs pour déterminer la valeur du titre « Auchan », à partir de la valeur de la part Valauchan chaque année, des progressions du titre Auchan et de la Caisse de rachat, et de la structure du FCP. Nous aboutissons aux résultats suivants : 

Valeur en € publiées dans le rapport

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Groupe Auchan en mars de l’année

335,49

354,93

388,76

400,50

421,45

435,94

Valauchan en mars de l’année

326,01

362,89

379,76

405,62

425,70

409,48

Il existe bien des décalages (mais au maximum de 9 €), mais nettement moins importants, entre les valeurs Auchan en stock-options et les valeurs Auchan chez Valauchan, pour les années 2010 à 2012, et des décalages très faibles (de l’ordre de 5 €) pour 2013 et 2014. Et l’écart est brutal en 2015, et très défavorable à Valauchan. Et il est effectivement de l’ordre de 6 points.En prenant la valorisation « stock-options », nous aurions dû avoir : + 2,95% pour le titre « Auchan » et + 0,26% pour la Caisse de rachat (nous avons repris la valorisation nette de frais ; hors frais, la valorisation de la caisse de rachat serait de + 0,301%) = + 3,21%.
Il faut par ailleurs noter que le rapport financier « Groupe Auchan » est validé par les commissaires aux comptes ; ils ont donc validé la valeur de 435,94 €, puisque les stock-options entraînent des écritures ayant un impact sur le compte de résultat et sur les dettes (voir rapport financier sur l’exercice 2014, en pages 48 et 49).

CFDT Auchan : Comment alors expliquer un tel écart (6 points !) avec l’estimation des experts « Familiaux » ?

Benoit Boussemart : La seule explication tient aux méthodes d’évaluation. Et elles sont nombreuses, avec des hypothèses très diverses également.
Prenons une première méthode, celle du PER (Price Earning Ratio) ; il est égal à la capitalisation boursière / bénéfice net. Le bénéfice net s’entend souvent de divers retraitements. Surtout, ce PER est difficilement comparable d’un groupe à l’autre. En fait, la méthode du PER est totalement non pertinente, pour deux raisons principales :
- elle dépend de la spéculation sur les titres (arbitrages entre les diverses catégories de valeurs, et au sein de chaque catégorie) 
- elle dépend des modes de calcul du « résultat » servant de base à l’établissement du PER. Or ces modes de calcul sont en partie arbitraires : selon que l’on intègre tel ou tel élément dans les « autres opérationnels » ; et selon la « reproduction » chaque année de ces « autres opérationnels ». Dans tous les groupes, il existe chaque année des « autres opérationnels » ; il n’y a donc « a priori » aucune raison de les retraiter, puisqu’ils font évoluer chaque année le résultat final d’un groupe. Surtout, ces éléments sont significatifs de la stratégie d’un groupe : Carrefour a vendu ces dernières années de nombreuses filiales rentables pour « limiter la casse de mauvais résultats » et vient inversement de réinvestir sur l’immobilier commercial et sur le discount. Il en va de même pour Casino, et Auchan. Enfin, la rentabilité pour l’actionnaire tient également au dividende versé et non seulement à la valorisation du titre. Or ce dividende dépend de la totalité du résultat du groupe, et pas seulement de la part du groupe dans le résultat (compte tenu évidemment de la position des minoritaires dans le résultat des filiales concernées).
Prenons maintenant la valeur calculée par les experts. La grande difficulté pour Valauchan, c’est que les experts donnent des résultats sans préciser comment ils calculent, et sur quoi ils calculent (quels critères, quelles périodes, quelles pondérations entre critères …). Par exemple, les experts parlent d’objectifs. Mais par définition, les objectifs n’ont rien à voir avec les résultats bien réels des exercices déjà analysés et présentés. Que disent précisément les experts ?
Ils (page 3 de Valauchan 168) : « étudient la dynamique du marché, les ambitions de l’entreprise, ses moyens financiers, ainsi (sic) les moyens humains dont elle dispose … Ils analysent les performances financières, la capacité à livrer les résultats prévus dans les objectifs, et la solidité de son équilibre financier. Tous ces éléments sont utilisés pour apprécier la valeur. En pratique, les experts procèdent à 3 valorisations différentes :
. l’évaluation des actifs de l’entreprise (sa valeur patrimoniale)
. l’évaluation par multiple du résultat net
. l’évaluation par multiple du cash flow net
La valeur de l’entreprise correspond à la moyenne arithmétique de ces 3 évaluations après prise en compte du niveau d’endettement. Pour refléter l’exploitation, nos résultats sont retraités des éléments exceptionnels et lissés sur une période de 3 années. Le résultat net et le cash flow net sont valorisés à 50% sur les réalisations passées et courantes et à 50% sur les objectifs de l’année suivante. Il est donc important que les objectifs soient réalisés. L’évaluation délivrée par les experts reflète donc, année après année, la valeur du patrimoine qui a été créé, grâce au travail de tous dans un contexte économique et financier donné ».
Pour analyser ces critères, nous pouvons renvoyer à la présentation suivante :
www.pansard-associes.com/outils/download.aspx?id_fichier=907&id_page=181&id_langue=1
Ce fichier vous permettra de voir la complexité des calculs, et surtout l’impossibilité de vérifier les données des experts, puisque nous ne disposons pas des hypothèses (nécessaires au calcul) des années à venir. Nous ne disposons pas davantage des retraitements (nature et niveau) sur les diverses composantes comptables. Nous devons donc nous contenter d’une analyse sur les données passées, et comparer les critères pour les 3 groupes
 ; en limitant les retraitements sur les « basiques » : frais d’établissement, valeur du patrimoine immobilier ...
De manière générale, le groupe Auchan fait beaucoup mieux que Carrefour ou Casino :
- sur le niveau des provisions et de l’endettement dans l’ensemble des capitaux employés. Le groupe Auchan est peu endetté relativement à ses concurrents. Il dispose d’ailleurs de la meilleure note A- chez Standard & poor’s, alors que ses concurrents sont au niveau BBB. Et il constitue nettement moins de provisions, afin de couvrir divers risques.
Au global, il est clair que le groupe Auchan n’a pas à rougir de ses performances 2014 par rapport à Carrefour ou Casino. En outre, il dispose d’atouts bien supérieurs (niveaux d’endettement et niveau de goodwill faibles ; montants importants des immeubles de placement) pour gérer des difficultés éventuelles, par rapport à Carrefour ou Casino. Enfin, et c’est ce qui explique en partie la dégradation du résultat final du groupe Auchan, il a nettoyé ses comptes, tout en répondant à la politique agressive de ses concurrents sur les prix (mais l’ensemble des groupes a vu son niveau de rentabilité diminuer).
Or l’évolution de la valeur du titre Carrefour et du titre Casino n’est pas à la baisse sur la période mars 2014 à mars 2015 (avec des fluctuations non négligeables). 

En euros par titre

03/14

04/14

05/14

06/14

07/14

08/14

09/14

10/14

11/14

12/14

01/15

02/15

03/15

Carrefour + haut

Carrefour + bas

28,50

25,95

29,57

27,55

27,40

25,93

27,49

25,87

28,26

25,75

26,98

25,13

26,80

24,20

24,51

21,42

25,88

23,07

25,56

22,25

28,87

23,55

29,79

27,73

32,05

29,19

Casino + haut

Casino + bas

86,54

79,28

92,19

83,00

95,73

87,72

97,53

92,14

97,47

90,16

91,37

86,58

92,51

85,17

85,72

72,60

85,06

77,06

78,94

70,02

83,00

70,72

85,50

79,39

87,38

81,47

Les experts utilisent le référentiel de mars à mars. Aussi bien Carrefour que Casino ont une meilleure performance boursière en mars 2015 qu’en mars 2014. La référence avril 2014 à avril 2015 aurait donné également une progression pour Carrefour, mais cette fois une baisse pour Casino (de l’ordre de 5% environ, le titre Casino ayant fortement grimpé entre avril et septembre 2014). La référence décembre 2014 à mars ou avril 2015 donne également une hausse pour les cours des deux titres.
Il n’y a donc aucune raison de faire baisser les cours théoriques de groupe Auchan.

CFDT Auchan : Alors pourquoi l’ont-ils fait ?

Benoit Boussemart : Bien évidemment, tous ces critères sont calculés à partir des données passées. Ils ne sont donc pas de même nature que les évaluations des experts. Mais comme la valorisation passée de groupe Auchan est dominée par des performances globalement bien meilleures que celles de Casino et de Carrefour, il n’existe plus qu’une explication possible à la baisse de valeur des titres Auchan par les experts : Les prévisions de 2015 et des années suivantes prévoiraient des « catastrophes » pour le groupe. Ce qui – compte tenu des déclarations des dirigeants dans les divers rapports 2014 (financier, RSE …) – est pour le moins étonnant. Nous maintenons en conséquence notre évaluation de la variation de la valeur du titre groupe Auchan. Car le groupe devrait à partir de 2015 bénéficier au contraire de l’impact des investissements (réels et financiers) réalisés en 2013 et 2014, de la neutralisation du mode d’intégration de la Chine dans les comptes après 2014, et ne plus être affecté par des pertes importantes liées à l’amortissement des goodwill. La situation en Russie est le seul point pouvant avoir un impact défavorable sur l’évolution du groupe, compte tenu du poids de la Russie dans l’activité, et surtout des bénéfices élevés réalisés depuis plusieurs années. Là encore, la baisse de l’euro annule en partie la forte baisse du rouble ; et le groupe peut également utiliser le développement de l’économie locale pour renforcer ses filières d’approvisionnement, et s’ancrer encore davantage dans l’économie russe. En sachant qu’il est peu probable que l’économie russe soit mise à l’écart de l’économie européenne pour de nombreuses années.

CFDT Auchan : A qui profite cette sous évaluation ?

Benoit Boussemart : Cette évaluation profite à ceux qui ont pu acheter des titres Valauchan à cette valeur plus faible. La distribution entre les catégories de salariés au sein de Valauchan est déjà très inégale. Une petite minorité de porteurs de parts Valauchan détient la majeure partie de ces parts. Ces « riches » porteurs n’ont souvent pas de besoins immédiats les obligeant à vendre leurs parts. Ils peuvent donc attendre l’évolution de la valeur de la part les années suivantes, et placer leurs « bonus » chez Valauchan à un prix plus faible. En revanche, les petits porteurs de parts sont des salariés ayant des besoins immédiats, et donc vendent leurs parts chaque année pour arrondir des fins de mois difficiles, vu le niveau des salaires et des faibles taux d’intéressement et de participation.
Il faut d’ailleurs noter que le % détenu par Valauchan et par l’ensemble des FCP dans le monde n’a fait que baisser depuis plusieurs années. Ce qui signifie que la famille rachète des titres.

% de titres Auchan détenus par :

2003

2005

2008

2011

2012

2013

2014

Valauchan

Valauchan et autres FCP monde

14,55

13,49

11,44

10,16

11,9

9,73

12,0

9,36

11,0

9,33

10,2

CFDT Auchan : Que conseilleriez-vous aux salariés d'Auchan ?

Benoît Boussemart : Surtout ne vendez pas vos Valauchan si vous n’avez pas besoin de le faire. Il est largement préférable de garder les parts, qui vont reprendre de la valeur. Il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement. Rendez-vous lors de la publication des comptes semestriels de groupe Auchan (et des autres groupes). C’est déjà pour bientôt.

CFDT Auchan : Merci Benoit Boussemart pour ces éclairages nécessaires, qui montrent une nouvelle fois que les principes de « partage du savoir, du pouvoir et de l’avoir » ne sont pas vraiment respectés.

Pour encore plus de détails, vous pouvez lire ici l'interview complète.

Vous pouvez également écouter son intervention sur radio Campus 
ou bien télécharger l'émission en mp3 en cliquant sur les écouteurs =>

Et vous pouvez nous contacter :
 


cfdt.auchan.centrale@free.fr

06 22 14 02 01

06 09 09 10 29 

 

28/04/2015

Entretien de tenue de fonction à Auchan

Entretien.JPG

En ce moment, c'est la grande période des entretiens d’évaluations. Cette année, deux grands changements :
- Il sera possible, pour les contrats en forfaits de parler de leur charge de travail (voir notre enquête).
- Une nouvelle grille et un nouveau format.
Il est important de bien préparer ce rendez-vous.

Révéler la réalité du travail
L’entretien ne doit pas se limiter à la seule part visible du travail. Le quotidien, c’est aussi ce qui n’est pas prescrit : gestion de l’imprévu, part de créativité et d’initiatives, etc. Il permet une réflexion approfondie et une évaluation du travail, des résultats et de l’évolution du salarié dans son poste. L’entretien doit révéler l’apport de chacun à la performance collective.

C'est aussi l’occasion pour signaler si les tâches de travail sont trop syncopées... Ou pour mettre en évidence que pour certaines tâches, nécessite plus de temps et de moment privilégié sans interruption... Ou pour demander de clarifier les communications d'entreprise... 
Le sens de cette mise en question est double. Premièrement, elle doit permettre la reconnaissance des capacités individuelles de chacun et de trouver des réponses pour que le salariés se sentent à l'aise dans son travail. Deuxièmement, elle doit permettre de dégager des axes collectifs d'amélioration de l'organisation de travail. 

Exiger des engagements réciproques
L’entretien doit contractualiser :
• les objectifs de travail, fixés en adéquation avec la charge de travail,
• la rémunération, les critères d’attribution des primes ou parts variables et les évolutions envisageables,
• l’évolution professionnelle dans le service ou l’établissement,
• la reconnaissance des compétences mises en œuvre et celles à acquérir (besoins en formation),
• les projets de parcours professionnel.

Concernant la grille d'évaluation, nous la découvrons en même temps que vous. Il est difficile de tout remplir. Essayez d'en discuter entre vous et avec votre responsable, au sein d'une réunion de service par exemple, pour trouver quelques critères communs à tous en fonctions de la description de fonction. Veillez lorsque vous présentez vos critères chiffrés de les accompagner d'éléments contextuels et veillez à ce qu'ils soient bien pris en compte. 

Prendre le risque de parler et d’écouter
Pour le salarié, c’est parler de ses difficultés mais aussi des initiatives prises pour mettre en œuvre ses missions.
Pour le manager, c’est écouter et prendre le risque de remettre en cause ses certitudes et son pouvoir. Cela suppose de ne pas se positionner d’emblée comme l’expert qui sait tout.
A cette condition, il enrichit sa connaissance du travail et ajuste son management.

Pour information :
-  Si vous avez reçu une lettre de rappel de fait durant l'année, elle n'est pas une sanction. Attention à ce qu'elle ne tienne pas une place disproportionnée dans votre entretien. Contactez-nous si besoin de conseil.
- Ne vous laissez pas désarçonnés par des reproches du style "au fait, cette année j'ai croisé machin qui n'a pas été content de ton travail, je t'ai défendu, mais je n'ai pas apprécié son reproche". Les "ouï-dire", relatés quelques mois après, n'ont pas lieu d'être lors de l'entretien, (cela aurait du être traités au moment des faits par le manager)... Si de tels propos sont mentionnés, ils sont hors jeu et dans ce cas signalez-le-nous.

Si vous souhaitez quelques conseils ou nous parler de votre entretien, nous sommes à votre écoute. 

cfdt.auchan.cadres@free.fr

06 22 14 02 01

06 09 09 10 29 

20/04/2015

Résultats Elections Professionnelles DOAPI 2015

Merci.JPG

d’avoir voté pour nous
et de votre confiance en la
Confédération Française Démocratique du Travail

Nous obtenons :
un siège de suppléant en CE
un siège de titulaire en DP
un siège de suppléant en DP

Nous sommes représentatifs en DOAPI
et pouvons désigner un DS, un RS au CE et un RS au CHSCT.

        
Leïla           Karine        Alice
(CE-DP-DS) (DP-RS CHSCT) (RS CE)


Avec Vous et Pour Vous…

Entretien annuel         Rémunération        Charges de travail 

Formations                   Evolution de poste                PPA     …

18:54 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doapi, élections |  Facebook | | | |

09/04/2015

Elections CE et DP Auchan DOAPI - Votez CFDT !

Télécharger le livret en PDF 

DOAPI-1.JPG

DOAPI-2.JPG

DOAPI-3.JPG

DOAPI-4.JPG

12:47 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : doapi, élections |  Facebook | | | |