<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

11/12/2008

Travail le dimanche : la loi doit être retirée

Le dimanche est un enjeu de plus dans la guerre des parts de marché. Or à travers cette journée c'est un choix de société qui est en jeu.

Le principe du volontariat, affiché par les promoteurs du travail 7 jours sur 7, n'est que très relatif et s'arrête à la relation pot de fer contre pot de terre. « Ce sont les caissières les plus concernées car on peut ouvrir un magasin le dimanche sans le spécialiste du rayon viande, mais pas sans caissière, explique Isabelle Leroy, de la CFDT Littoral (Côte-d’Opale, dans le Nord-Pas-de-Calais). »

D'après le Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie), l'ouverture des magasins le dimanche n'aurait pas de gain réel pour le commerce.

De son côté Auchan souhaite doubler le nombre de dimanches travaillés mais ne pas ouvrir 7 jours sur 7.

La CFDT s’oppose fermement à la proposition de loi permettant à certains commerces d’ouvrir tous les dimanches.

L’idée continue de faire son chemin pour libéraliser le travail le dimanche dans le commerce, dans les agglomérations de plus d’un million d’habitants. La CFDT a réaffirmé « son opposition » à ce projet et a demandé le « retrait définitif de la proposition de loi ». Promesse électorale du candidat Sarkozy à l’élection présidentielle, l’ouverture des magasins le dimanche s’est heurtée à un large front du refus, allant jusqu’aux bancs de la majorité actuelle. Selon la proposition de loi, l’ouverture dominicale s’effectuerait dans des « zones d’attractivité commerciale exceptionnelle ». Les commerces alimentaires pourraient ouvrir jusqu’à treize heures. Quant au « paiement double » promis par le président de la République et ses ministres, il a fait long feu. En effet, « un accord collectif régulièrement négocié » peut s’y substituer.

Laurence Laigo, secrétaire nationale de la CFDT, affirme que « ce texte est dangereux pour la cohésion sociale. Il va aggraver les conditions de vie et de travail pour de nombreux salariés, au-delà même du secteur du commerce ». Pour Laurence Laigo, « le travail du dimanche soulève un vrai débat de société. Il ne peut être traité au détour d’une loi de circonstance ».

Pour François Chérèque secrétaire général de la CFDT, les restrictions qui y ont été apportées, ne sont que provisoires et ne règleront pas le problème du pouvoir d'achat des Français : « On est en train de faire une loi pour 2 ou 3 zones commerciales soi-disant, et on oublie les 2 millions de Français qui travaillent déjà tous les dimanches et les 6 millions qui travaillent d'une façon alternante. Pourquoi la proposition de loi ne prévoit pas de doubler le salaire des gens qui travaillent dans les hôtels, cafés et restaurants, dans les hôpitaux... ? ».

Pour la CFDT c'est non à la déréglementation sociale pour payer la facture de la crise financière.

21:16 Publié dans Actions syndicales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dimanche |  Facebook | | | |

24/11/2008

Aux magasins AUCHAN, nouvelle opération SBAM (SBAM2)


Sur plusieurs magasins Auchan, le 21 novembre, la CFDT a alerté les clients sur une nouvelle vague d'implantation de Caisses Automatiques et sur le travail du dimanche


A AUCHAN, en pleine négociation sur la gestion prévisionnelle de l’emploi, les implantations d’automates -sans garantie sociale- reprennent  partout en France …en attendant l’arrivée de « R.A » : Rapid’Auchan : le pistolet qui tue l’emploi ! Couplé avec le système SPIDDE pour l'encaissement... 

Un déploiement de 20 à 30 magasins tous les ans dès 2009

Demain, avec ce pistolet, le client comptabilisera lui-même ses achats et règlera à la borne à l’aide d’une carte de « fidélité » : Plus besoin d’hôtesses à part quelques contrôles aléatoires ! Qui est assez naïf pour croire qu’Auchan va garder toutes ses hôtesses avec des 100K€ minimum à amortir par site ?
Pour la CFDT, c'est la disparition annoncée - sans garantie- de milliers d’emplois. Le contexte de fortes tensions économiques, l’annonce de la baisse de la taxe professionnelle relative aux investissements et
la LME ne doivent pas servir de prétexte à des régulations sociales par le bas. Pour la CFDT  les emplois doivent être sécurisés et  le travail du dimanche ne doivent pas justifier et servir de prétexte à un déploiement de ces automates "tueurs d'emplois".

La Direction Générale d’Auchan fait mine d’ignorer la 1ère expression des « consommacteurs » qui a vu 80 000 pétitions signées en 2007 lors de la première opération SBAM (Sans Borne Automatique Merci) contre l’implantation des caisses automatiques. Le déploiement des nouvelles technologies, ne  doit pas se traduire par l’enrichissement des employeurs au détriment des emplois. La RSE responsabilité sociale de l’entreprise doit être de mise !  Dans ces périodes de négociations sur l’emploi (GPEC) la section CFDT Auchan exige des garanties réelles. Puisque la direction Auchan proclame qu’il n’y aura pas de suppression d’emplois relatives aux nouvelles technologies,  alors ... chiche ! Qu’elle  s’y engage réellement dans l’accord de la GPEC !

La CFDT n'est pas contre les évolutions technologiques, mais demande une anticipation sur les conséquences pour l'emploi.

La CFDT a donc lancé un rappel à l'ordre le 21 novembre dans plusieurs hypers. Plusieurs militants attendaient les clients à la porte des magasin  AUCHAN pour leur faire signer des pétitions et leur distribuer des flyers.

Vous pouvez être solidaire en signant les pétitions :
- Sans Bornes Automatiques Merci
- Travailler le dimanche !?

Sites web :
http://sbam.cfdt.free.fr/
http://cfdtauchan.canalblog.com

Articles de presse :

- Auchan Leers, la CFDT a manifesté contre les bornes automatiques et pour l'emploi
- SBAM à Auchan Sète
 

19/11/2008

Enquête CFDT sur l'égalité professionnelle en Centrale Auchan

TEQ.jpgNous vous présentons les premiers résultats de notre enquête sur l’égalité Homme/Femme en Centrale (Employé, Agent de maîtrise et Cadre).

 

Nous avons eu près de 30% de retour (format papier, 276 questionnaires exploitables).

Le panel de l'enquête :

73,5% de femmes

63% des salariés interrogés vivent en couple avec enfants

47,5% ont entre 31 et 40 ans

 

Une bonne illustration du plafond de verre

Quels sont les indicateurs qui permettent à la CFDT de dénoncer l'existence d'un plafond de verre pour les femmes ?

 

Sur la base des réponses obtenues :

78% des hommes sont cadres contre 30% des femmes

4% des hommes sont en CDD contre 9,5% des femmes

Si 48% des femmes déclarent gagner entre 1000 et 1500 € mensuels, 30% des hommes déclarent un salaire mensuel entre 2000 et 3000 € et 30% ne répondent pas.

 

Il ressort que les stéréotypes ont la peau dure chez Auchan

Il existe peu de mixité dans les services. Majoritairement, les hommes travaillent avec les hommes, les femmes avec les femmes.

 

Les salariés (deux sexes confondus) mentionnent principalement deux freins à une meilleure égalité professionnelle : l'articulation vie professionnelle et personnelle et les phénomènes de stéréotypes « homme-femme ».


Ces stéréotypes sont bien présents, y compris chez les salariés :

Si 50% des hommes disent pouvoir se libérer du temps pour leurs loisirs, 39,4% des femmes ont le sentiment de mener une course contre la montre et 39% ont un rythme qui ne leur permet pas de temps de détente.

50% des femmes souhaiteraient changer de métier dans leur entreprise.
L'ambition et la volonté sont bien présentes. Aucunes différences entre les hommes et les femmes sur les souhaits de prendre plus de responsabilités hiérarchiques (ce qui contredit l’argument de la DRH sur la faible présence des femmes aux postes à responsabilité…).

 

Les inégalités salariales au premier rang des préoccupations... féminines !

55,7% des femmes estiment qu'il n'y a pas égalité de chances et de traitement sur le SALAIRE et 54% des hommes ne répondent pas à cette question...

Les femmes déclarent moins de promotion, moins d'augmentation de salaire et un plus grand sentiment de déclassement que chez leurs collègues masculins. 48,6% des hommes déclarent des possibilités d'évolution de carrière contre 30% des femmes.

Enfin dernier point presque 70% des femmes interrogées estiment qu'il existe un écart de salaire à poste égal entre un homme et une femme. Ce que reconnaissent également 44% des hommes.


Face à ces chiffres, la direction ne peut plus prétendre qu'il n'y a pas de problème d'égalité professionnelle.

 

Il est donc tout à fait logique que les axes d'action à mettre en place soient par ordre de priorité : réduction des inégalités salariales, accès aux postes à responsabilité et articulation vie professionnelle et personnelle.

 

Le seul point positif : l'accès à la formation professionnelle...

Les hommes partent en formation pour acquérir de nouvelles compétences, les femmes pour approfondir leurs connaissances mais tous se rejoignent pour dire qu'il n'y a pas d'inégalité sur cette question. L'accès à la formation professionnelle est réel.

A suivre...

11/11/2008

La vie Auchan un jour férié

11ferie.gif

Travail obligatoire, pas de rémunération.
L'employeur en profite pour garder pour lui la majoration.
Le conjoint et les enfants passeront cette journée seuls.
Le principe du volontariat disparait.
Interdiction de poser un CP ou RTT ce jour.

La vie austère.

Allez il reste encore un max de dimanche...

08:26 Publié dans Actions syndicales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jours fériés |  Facebook | | | |

09/11/2008

Carrefour : annulation d'un plan social

Source AFP

Le tribunal de grande instance de Toulouse a annulé un plan social visant la réduction de l'activité du service après-vente régional du Sud-Ouest de Carrefour et prévoyant 42 suppressions de postes, a-t-on appris vendredi auprès de l'un des plaignants.

Dans un jugement du 18 octobre, notifié aux parties jeudi, dont l'AFP s'est procuré une copie, le TGI a par ailleurs condamné Carrefour à payer 3.000 euros au comité d'établissement du service après-vente et au syndicat CFDT des services de la Haute-Garonne qui avaient porté plainte contre le groupe de distribution.

En 2006, la direction de Carrefour, constatant la baisse des volumes de produits confiés à la réparation et l'évolution des technologies de plus en plus pointue nécessitant des services spécialisés, avait envisagé de réduire le nombre de ses services après-vente régionaux (SAVR) de sept à trois.

Ce regroupement devait entraîner une suppression de 186 des 392 postes, dont 42 pour le SAVR Sud-Ouest.

En juin 2008, Carrefour a présenté dans le sud-ouest un plan de sauvegarde de l'emploi que le comité d'entreprise a jugé insuffisant en raison d'"absence de mesures concrètes", d'une indemnisation de départ volontaire insuffisante et d'actions de formation inadéquates.

"Le plan n'est pas en adéquation avec les moyens financiers dont disposent le groupe", avait indiqué à l'audience la CFDT, insistant sur "l'absence de proportionnalité entre les moyens dont dispose le groupe et les mesures sociales proposées par le plan qui ne prennent pas en compte les spécifités des services après-vente régionaux".

La SAS Carrefour avait, à l'audience du 25 septembre, demandé au TGI de "prononcer la nullité de l'assignation" estimant irrecevable l'action du représentant du syndicat.

Interrogés sur un possible appel, les avocats de Carrefour ont indiqué n'avoir "aucune information à donner à ce sujet". Quant au secrétaire de la CFDT des services de la Haute-Garonne, Laurent Jeudi, il a affirmé que Carrefour "avait l'habitude d'interjeter appel", ajoutant que le groupe de distribution a quatre jours pour le faire à compter de jeudi 6 novembre.

05/11/2008

Amendes records pour Carrefour. D'autres enseignes, comme Auchan, sont sur la sellette.

Carrefour a été condamnés par le tribunal de police de Lyon à près de 1,3 million d'euros pour non-respect du Smic. La justice a ainsi condamné une pratique courante dans la grande distribution : sous prétexte d'intégrer le temps de pause au temps de travail effectif, le salaire minimum était réduit.

C’est la plus grosse amende jamais infligée par la Justice dans le secteur de la grande distribution. Et cela risque de ne pas être la dernière. Carrefour a été condamné à verser 1,287 millions d’euros d’amendes au Trésor public pour avoir payé ses salariés à un taux inférieur au Smic horaire.

De nombreux PV avaient été dressés sur l’ensemble de la France dans le secteur de la grande distribution, toutes enseignes confondues.

Les juges ont appliqué la sanction maximale prévue par la loi contre une pratique devenue courante dans la grande distribution : Carrefour trichait en prenant en compte la pause comme un temps de travail effectif et se permettait ainsi de réduire le Smic, selon Saïd Hammache, responsable CFDT "commerces et services" à Lyon.

Carrefour a été mal avisé de copier les pratiques inaugurées par Auchan

« Tous ces procès-verbaux n’iront pas devant les tribunaux de police. Ainsi, à Lille, le Parquet a choisi de classer des PV de l’inspection du travail qui concernaient Auchan. Néanmoins, nous pouvons espérer que la condamnation prononcée à Lyon fasse bouger les choses », explique-t-on à la direction du travail du Rhône, à l’origine des PV contre Carrefour à Lyon.

Alertée par les syndicats. 
Syndicats qui, comme la CFDT et la CGT, avaient refusé chez Auchan en 2003 de signer un accord intégrant le temps de pause dans le calcul du Smic (l'accord avait été signé par CFTC, CGC et FO - FO l'a dénoncé en 2007). La CFDT avait refusé les grilles de salaire en dessous du Smic, et avait démarré la démarche juridique (Référé, TGI) toujours en cours... 
En 2004 chez Carrefour, idem, la CFDT et la CGT refusaient de signer un accord identique.
La CGT démarrait un recours au pénal.

Comme l’explique la direction du travail du Rhône, « si une entreprise peut intégrer ce qu’elle veut au calcul du taux horaire, elle ne peut pas intégrer des rémunérations qui ne relèvent pas du travail effectif, comme les « forfait pause », pour atteindre le taux horaire du Smic ». Autrement dit, ces « forfaits pause », qui sont obligatoires, auraient dû être versés en plus du minimum horaire. Une heure de travail effectif ne pouvant être payée moins d’une heure de smic. Cela paraît évident au regard du droit du travail, ça ne l'est visiblement pas dans le secteur de la grande distribution.

Cette décision pourrait faire boule de neige. En plus du 1,287 million d'euros d'amende pour non-respect du minimum salarial. L'enseigne devra ainsi verser 3000 euros à chacun des employés des deux sites, qui avaient été payés en dessous du Smic entre 2004 et 2006. Le tribunal a également condamné Carrefour à verser 40.000 euros de dommages et intérêts à la CFDT, 34.500 à la CGT et 2000 à FO. Des sommes record là aussi.

Une décision attendue
Les procès verbaux des inspecteurs du travail n'ont pas permis d'accélérer la procédure. Au contraire, les avocats de la multinationale de distribution ont réussi à reporter l'audience à plusieurs reprises, avec des transferts de dossiers...
Après plusieurs années de bataille judiciaire, les syndicats se félicitent de cette première décision judicaire: "Il y a beaucoup de procès verbaux rédigés dans le pays, mais peu donnent lieu à des poursuites, et encore moins, à des condamnations d'une telle ampleur. Cette affaire est emblématique d'une vraie lutte sociale pour une autre répartition des richesses", a estimé Me François Dumoulin, avocat de la CGT.

Entre temps, il y avait eu les grandes grèves de l'an dernier, les fameuses "grèves des caissières" pour la revalorisation des salaires, et l'idée de défense des droits sociaux a tracé son chemin entre les rayons des hypermarchés.

Carrefour fait appel.
La direction de Carrefour a indiqué dans un communiqué, qu'elle faisait appel de ce jugement. Dans ce même communiqué, elle en profite pour rappeler que les salariés de Carrefour sont payés sur 13,5 mois et qu'ils bénéficient de primes d'intéressement et de participation. L'été dernier, la direction régionale de Lyon avait organisé une grande opération de communication sur le bien-vivre salarial chez Carrefour. Il y avait, en témoins pour la presse, des salariés des magasins de Givors et Ecully, les magasins épinglés par l'Inspection du travail...
Argumentaires courant des dirigeants de la grande distribution jouant de la carotte et du bâton, et utilisant les différents éléments de la rémunération pour se croire autorisé à toutes les variables d'ajustement sur la masse salariale.
Problème de respect des salariés, tout simplement.
Cela se passe dans les entreprises les plus riches.

Historique :
La bataille du SMIC dans la grande distribution
Questions des élus CFDT réunion DP du 14/03/08 (2e question)
Négociation salariale : Déclaration au CE du 21 mars 2008
Pour la première fois dans la grande distribution
Action du 1er février 2008 pour le pouvoir d’Achat dans la grande distribution
Des salaires en dessous du SMIC
Tag Smic : http://cfdt-centrale-auchan.hautetfort.com/tag/SMIC

04/11/2008

Que faites-vous le 11 novembre jour férié perdu ?

Aux présents ce jour là :
Pour vous exprimer face à l’intransigeance de la direction et à son refus de laisser quand même le choix aux salariés de poser un CP ou un RTT sur cette journée, nous vous proposons de faire symboliquement et malgré tout dans l'humour : 

11 minutes d’arrêt de travail

à 11h11 le 11/11

 

Aucune perte de salaire ne pourra vous être appliquée

 


Nous vous invitons, si vous le souhaitez, à l’une ou plusieurs de ces démarches :

- Faire connaitre cet appel du "11" ;

- Ecrire « -11 » sur cette journée dans la zone commentaire de TTsurf ;

 

- Sortir du bureau ou même du bâtiment pendant ces 11 minutes ;

 

- Nous envoyer un email pour nous signaler votre participation ;

 

- Télécharger le logo ci-contre, et l’afficher pendant ces 11 minutes ;

- Participer au sondage et à la pétition en ligne ;

- Et selon votre imagination...
 


Pour plus de détails contactez-nous
cfdt.auchan.cadres@free.fr

 


11 novembre 2008, la DRH s'entête !

 

30/09/2008

11 novembre 2008 : la DRH s’entête !

Suite à la pétition inter-syndicale que vous avez massivement signée, la direction nous a fait des propositions pour… 2009, satisfaisantes pour les cadres mais pas vraiment pour les employés…
Nous ferons des propositions pour les améliorer. 


Mais pour 2008 : La direction veut toujours
obliger les salariés à venir le 11 novembre !

Autoritarisme
Le fait d’interdire par exemple de poser un RTT ou un CP (sauf à revenir un autre jour férié !!!) est proprement incompréhensible !!

Si vous ne venez pas, cette journée sera déduite de votre salaire.

Quand la DRH prétend que c’est comme l’an passé avec le lundi de pentecôte, c’est faux car les années précédentes vous pouviez poser un RTT ou un CP sur cette journée !

Pour 2008 nous réclamons l’application du même principe (déjà en place en logistique),
 

à savoir : la possibilité de prendre un RTT/CP

ou de venir pour les volontaires.


La direction persistant dans son interprétation réductrice de la loi,
la CFDT continuera ses actions pour que vous ayez le choix. 

La CFDT avec vous et pour vous

Voir articles précédents : 
Journée dite de solidarité à Auchan
Non à la journée de solidarité sur un jour férié

25/09/2008

L'employeur doit prendre en charge 50% des abonnements transport

Les mesures concrètes ne peuvent plus tarder.

 

Face à l'augmentation durable du coût de l'énergie, la CFDT revendique depuis 2005 la mise en place d'une aide au transport pour les trajets domicile-travail. Cette aide doit répondre au problème du pouvoir d'achat des salariés tout en prenant en compte les enjeux du développement durable.

Pour la CFDT cette mesure devrait également être applicable aux salariés pratiquant le co-voiturage.

Et pour ceux qui n'ont pas la possibilité de prendre les transports en commun, la CFDT souhaite qu'ils soient remboursés du même montant pour leurs frais d'essence.

 

Faute d'être obligatoire, le dispositif ne marchera pas, souligne la CFDT, pour qui l'échec du chèque transport était justement dû à son caractère facultatif.

 

Mais le gouvernement s’en est tenu à une aide obligatoire pour les salariés empruntant les transports en commun, facultative pour les autres…

 

Une demi-mesure pour une demi-avancée qui ne bénéficiera pas à tous les salariés, et crée une inégalité.

La CFDT estime trop restrictives les conditions requises pour bénéficier de cette aide (trajet situé en dehors des périmètres de transport en commun, contraintes dues à des horaires particuliers…). Mais elle approuve la possibilité de négocier un plan de déplacement dans les entreprises. Cela correspond en partie à l’une de ses propositions.

18:24 Publié dans Actions syndicales, RSE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : transport |  Facebook | | | |

19/09/2008

Licenciement abusif : Norbert au bureau de jugement

Auchan a refusé toute conciliation devant le conseil des Prud’Hommes.

L’affaire a donc été renvoyée devant le bureau de jugement qui statuera le 29 janvier prochain.

 

Norbert qui n’a rien à se reprocher et qui ne demandait qu’à continuer de travailler, est toujours sans emploi malgré ses recherches alors qu’il y a des postes qu’il pourrait occuper en Centrale.


Auchan n'a pas respecté son obligation de reclassement. 


Et de surcroît Auchan n’a pas respecté sa signature dans deux accords d’entreprise, alors que l'accord dérogatoire sur l'emploi des travailleurs handicapés (à 4,5% au lieu des 6%) a permis à l'entreprise de faire quelques économies...

La DRH ne devait pas licencier Norbert