<body> <div data-cookie="off"><p data-close><a href="#" title="J'ai lu ce message"><span class="ui-icon ui-icon-check">Ok</span></a></p><p data-text>En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. <a href="https://www.hautetfort.com/cookies.html" title="En savoir plus sur les cookies" target="_blank">En savoir plus</a>.</p></div><style>[data-cookie]{display:none;position:fixed;backface-visibility:hidden;bottom:0;left:0;width:100%;background:black;background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAAEAAAABCAYAAAAfFcSJAAAADUlEQVQIW2NkYGDYDAAAvQC1UcyxoAAAAABJRU5ErkJggg==);color:white;padding:.5em 0;text-align:center;z-index:9999;} [data-cookie~="on"]{display:block;} [data-cookie] p{color:white;font-size:12px;margin:0;padding:0 .5em;line-height:1.3em;text-shadow:1px 0 3px rgba(0,0,0,1);} [data-cookie] a{color:white;} [data-cookie] [data-text]{margin:1px auto 0;text-align:left;max-width:980px;} [data-cookie] [data-close]{float:right;margin:0 .5em;} [data-cookie] .ui-icon{background-image: url(//download.jqueryui.com/themeroller/images/ui-icons_ffffff_256x240.png);} .ui-icon-check {background-position: -64px -144px;} .ui-icon {height: 16px;width: 16px;} .ui-icon {background-repeat: no-repeat;display: block;overflow: hidden;text-indent: -99999px;} @media print {[data-cookie]{display:none;}} </style> <div class="ads_criteo_right"> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44699");document.write("&amp;nodis=1"); document.write ('&amp;cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&amp;exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&amp;charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&amp;charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&amp;loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&amp;referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&amp;ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&amp;mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script> </div> <script type='text/javascript'> document.MAX_ct0 =''; var m3_u = (location.protocol=='https:'?'https://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?':'http://cas.criteo.com/delivery/ajs.php?'); var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); document.write ("<scr"+"ipt type='text/javascript' src='"+m3_u); document.write ("zoneid=44691");document.write("&nodis=1"); document.write ('&cb=' + m3_r); if (document.MAX_used != ',') document.write ("&exclude=" + document.MAX_used); document.write (document.charset ? '&charset='+document.charset : (document.characterSet ? '&charset='+document.characterSet : '')); document.write ("&loc=" + escape(window.location)); if (document.referrer) document.write ("&referer=" + escape(document.referrer)); if (document.context) document.write ("&context=" + escape(document.context)); if ((typeof(document.MAX_ct0) != 'undefined') && (document.MAX_ct0.substring(0,4) == 'http')) { document.write ("&ct0=" + escape(document.MAX_ct0)); } if (document.mmm_fo) document.write ("&mmm_fo=1"); document.write ("'></scr"+"ipt>"); </script>
Accueil
Présentation CFDT
Agenda
Adhésion

06/03/2014

DSI Auchan : Un problème, un coupable ?!

Bouc-emissaire.jpg

Berthelot, externe de l'admin prod, a été sorti pour des raisons discutables.

Suite à un important dysfonctionnement sur le drive du Luxembourg, Berthelot a été sollicité. Il a effectué une action qui lui a été demandée et qui a posé problème.

Il a travaillé jeudi jusqu'à 3H du matin. Il est rentré chez lui 2h, et est revenu travailler vendredi à 5H ! Samedi, il est revenu contrôler les traitements.
(Où est le respect des amplitudes de repos et de la charge de travail ? Qui s'en est préoccupé ?)

Il a donc été décidé de le sortir, comme si cela réglait les choses !
Par contre dans une autre affaire (gros plantage informatique en novembre), tout avait été fait pour minimiser la responsabilité du prestataire en Pologne à l’origine du plantage. On ne veut voir aucun élément qui pourrait faire apparaitre que le choix de cette externalisation serait une mauvaise idée. Et comme la phase de forfaitisation de l’admin prod vers la Pologne va bientôt démarrer, tout événement sera utilisé pour justifier cette délocalisation…

Résultat de tout cela, grosse tension, plus de stress, une direction qui réclame des bouc-émissaires, mais aucune remise en cause des éléments qui aboutissent (et qui aboutiront de plus en plus) à des problèmes informatiques :
-  Une vision mécanique de la réalisation des tâches ; le morcellement des activités ; la mise en place d’outil de contrôle aboutissant toujours à la surveillance et à la pression ;  à l’externalisation comme utopie d’un meilleur contrôle.
-  Des activités de reporting représentant jusqu’à 30% de l’activité des métiers mais dont la masse d'information générée n'est pas forcément pertinente et efficace.
-  La sous-estimation systématique de l’impact des modifications d’organisation sur les salariés, et des efforts qu’ils doivent produire pour se réapproprier les changements.
-  L’absence de réflexion sur les moyens de la performance, et la non-implication des salariés.

Cette sur-organisation a rigidifié les relations entre équipes et entre collaborateurs.

Ce sont ces choix organisationnels et ces méthodes qui dégradent le travail de la DSI et aboutissent à ce qu'il n'y ait pas une journée sans qu'on entende quelqu'un exprimer sa consternation devant les rouages et la manière de travailler en DSI...

Nous refusons que des collègues (même externes) paient les pots cassés.

la Cfdavec vous et pour vous3329076062.JPG

 

10/01/2014

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 26/11/13

795001983.jpg

CFDT : Concernant notre demande d’« information et consultation annuelle du CE sur les recours aux conventions de forfait ainsi que les modalités de suivi de la charge de travail des salariés concernés » (article L2323-29 du Code du travail), vous nous avez répondu sur la tenue de la commission issue de l’accord Auchan sur le temps de travail. Cette commission vise à suivre les dispositions de l’accord mais n’a pas de rapport direct avec l’article du code du travail que nous citons. De plus l’accord Auchan est muet sur la charge de travail et ses modalités de suivi. Attention donc de ne pas faire d’amalgame entre la commission de suivi de l’accord et l’article L2323-29 du Code du travail dont nous demandons ici la pleine et entière application.

DRH : A aujourd’hui le suivi de la charge d’un membre « cadre » est TTSURF sous le contrôle et la vérification de sa hiérarchie. Pour être plus efficace et plus pertinent dans le suivi nous avons décidé de mettre en place le badgeage des cadres.
L’accord d’entreprise « organisation et aménagement du temps de travail » du 10 avril 2013 prévoit dans son titre III, articles 4 – 5 – 6, les éléments suivants :
Article 4  prévoit que « l’entreprise dote chaque membre de l’encadrement de moyens d’autocontrôle par rapport à son temps de travail.
A l'exclusion des cadres ayant un forfait tous horaires, chaque membre de l'Encadrement doit disposer de moyens d'autocontrôle par rapport à son temps de travail, ceci dans le cadre de l'exercice de ses responsabilités et du respect des règles propres à son forfait.
Chaque membre de l'encadrement doit utiliser le système de gestion du temps installé dans son établissement et badger avec sa carte : à son arrivée dans l'entreprise ; lors de son départ de l'entreprise ; à son départ et à son retour lors d'une coupure ».
Article 5  rappelle que « la hiérarchie à la responsabilité de veiller à ce que les horaires de travail effectués par le personnel d'Encadrement placé sous son autorité le soient dans le respect des textes légaux et conventionnels, en particulier du présent accord ».
L’article 6 prévoit « la mise en place, dans chaque établissement, d’une Commission spécialisée chargée du suivi du fonctionnement de ces dispositions spécifiques permettant aux représentants des organisations syndicales signataires du présent accord ayant des élus dans les 2ème et / ou 3ème collège(s), de faire le point, de manière générale, avec les représentants de la hiérarchie».
De ce fait l’accord d’entreprise Auchan n’est pas muet sur le suivi de la charge de travail.
Jusqu’au 31 décembre 2013, les membres de l’encadrement « cadre » avaient l’outil de planification et de suivi TTSURF. A compter du 1er janvier 2014, avec la remise en place du badgeage aux Services Centraux, nous pourrons avoir un suivi de la charge de travail en connaissant le nombre de jours prestés et en ayant un état individuel précis de la situation de chaque collaborateur. Ceci permettra de mettre en place des actions correctrices éventuelles.  A compter de janvier 2014, nous suivrons la charge de travail des collaborateurs en forfait au travers d’entretiens individuels.

Commentaire CFDT : TTsurf ne permet aucunement de suivre la charge de travail. Nous sommes conscients que c’est d’ailleurs quelque chose de difficile à mesurer, mais qu’il est essentiel de suivre. La DRH ne fait visiblement pas toujours la différence entre temps de travail et charge de travail. Mais ça viendra, nous allons y travailler.

CFDT : Il semble que le rapport annuel du médecin du travail, qui nous a été présenté au CE, n’a pas encore été présenté au CHSCT. Idem concernant le changement d’organisation du POP Drive.
Nous rappelons que la règle légale veut que le CHSCT soit consulté ou informé avant le CE, et non pas l’inverse, ceci afin que le CE bénéficie des remarques de cette instance spécialisée dans les questions concernant les conditions de travail, l’hygiène et la sécurité.

DRH : Effectivement le rapport annuel du médecin du travail pour l’année 2012 n’a pas été présenté au CHSCT et c’est un oubli. Nous vous proposons que le médecin le présente avec celui de 2013 lors du CHSCT de mars 2014. Pour le POP DRIVE, effectivement la consultation des membres du CHSCT sur le projet n’a pas été faite. Nous prévoyons de consulter cette instance en janvier 2014 lors d’une réunion supplémentaire, si le projet devient une mesure définitive.

CFDT : Les 25 jours se terminent, voyons nous un impact sur le CA et auprès des clients ?

DRH : A date, sur les 3 premiers catalogues 25 jours, nous régressons de 7 % sur les tracts par rapport à 2012 (grande année) mais nous progressons sur 2011 (+0.4%).
Les résultats restent compliqués, dans un environnement concurrentiels plus bataillés et agressifs. Les 25 jours restent une opération majeure pour Auchan avec 190 millions d’euros de CA sur 3 tracts.

CFDT : Quels nouveaux leviers envisagez-vous pour regagner du client et du CA ?

DRH : Pour la partie DAC, l’axe porte sur le renforcement de la promo sur fin 2013 et début 2014.
Depuis juin 2013, il y a eu la mise en place des mécaniques alimentaires (cagnottes, gratuits …) obligatoires. Sur décembre, 60 produits « bombes » seront rajoutés sur le tract de début du mois. Axe attraction client avec des produits promos forts.

CFDT : Concernant Auchan Télécom :
- Comment se porte la marque ? Les résultats ont-ils évolués depuis la cession ?

Direction : On vend plus qu’avant, c’est plus rentable. Au 25 novembre, on est à 1650 nouvelles souscriptions. Nous avons un taux de résiliation faible : seulement 2% de nos clients. On s’est aligné sur les offres du marché. Après sondage d’un 1 client sur 2, il ressort que 90% sont satisfaits de la migration et qu’ils sont pris en charge à 100%. Il reste à définir le repositionnement de la plate forme Auchan. Elle réintégrera Auchan France car c’est un capital à développer dans les années à venir. Il y avait quelques irritants en magasins comme les cartes Sim bloquées. Ce problème a été solutionné à ce jour.

- Comment Auchan se rémunère-t-il de l’exploitation de cette marque ?

Direction : C’est le même système qu’avec Orange ou SFR. Le magasin touche une commission, environ 50 € par client. Avant c’était 40 €.

- Quel est son poids dans les résultats du compte d’exploitation de l’EM ?

Direction : Cela représente environ 20% de la part de marché de la téléphonie et 3% sur les résultats de l’EM.

CFDT : Concernant l'externalisation de l'exploitation DTI :
- Quel est maintenant le niveau de qualité de traitement des incidents ?

Direction : Nous avons fixé un objectif d’autonomie à 85%, et nous sommes plutôt autour de 90%.

- Les ingénieurs et support N3 effectuent-ils encore des astreintes N2 pour compenser le manque d'effectifs des administrateurs ou le manque de maîtrise de notre SI par le prestataire ?

Direction : 10 collaborateurs en ingénierie nous ont assistés durant la période de janvier à septembre. Nous ne sollicitons plus l’ingénierie depuis le 1er octobre.

- Certaines équipes ont été renforcées pour revenir pratiquement au même niveau d’effectif qu’avant l’externalisation. Pourriez-vous nous faire un inventaire des effectifs (interne + externe) par équipe avant l'externalisation et maintenant ?

Direction : Le tableau des effectifs montre que les actions « total production » confiées à Stéria en octobre 2012 représentaient 71 jours en etp et 36 etp en octobre 2013. Ce ne sont pas des économies, nous avons passés des dossiers à Stéria. Cependant en juin nous avons eu une grosse charge en terme de projets, mal estimés en début d’année 2013 et cela est venu parasiter la production. Nous avons du remettre des gens pour répondre à la charge.

- Les administrateurs DTI et RA POP sont-ils satisfaits du service du support clients et de l'exploitation ?

Direction : Globalement celle-ci est bonne.

- Les clients de la DSI sont-ils satisfaits du service ?

Direction : Idem. La vérification du service régulier a été prononcée le 30 octobre 2013.

- Quelles sont les actions, actuellement assurées par les administrateurs, qui ne seront pas reconduites lors de l'externalisation de l'administration, par exemple: la mission de leader de continuité de service ?

Direction : Pas de réponse…

- Quels moyens allez-vous mettre en œuvre pour reprendre en interne ces missions et les connaissances associées ?

Direction : Pas de réponse…

CFDT : Concernant les RI2M, qu’en est-il de leur classification ?

DRH : Ils étaient de niveau 6, et ils sont passés 7.

CFDT : Concernant le projet de centrale multi-pays HBB, quel est le ressenti général des salariés à ce jour sur ce projet ?

Direction : Il y a eu plusieurs groupes de travail, beaucoup de collaborateurs nous demandent vivement d’y aller. Le ressenti est très positif.
Il n’y a pas de frein actuellement. Il y aura une phase de construction en 2014 après un maillage fin 2013. Je n’ai vraiment pas d’équipes qui expriment des craintes importantes. Il y a bien sûr des questions mais pas de craintes.

Pour toute questions ou remarques, contacter vos délégués au CE :

 Marcelino   Grégory  Fabien
Marcelino   Grégory    Fabien  

04/09/2013

Questions CFDT au CHSCT Auchan Centrale du 25/06/13

262732296.jpg

CFDT : Dans votre nouvelle organisation, la communauté de marché est animée par un directeur de magasin. Nous savons tous qu’une des causes de pression au travail est l’engagement intenable pris par les managers sans partage avec leurs équipes. Comment le salarié peut-il se défendre face à un directeur qui dispose des pleins pouvoirs dans son magasin et par conséquent sur sa communauté ?

DRH : Dans la mise en place de la Direction Client, la direction du magasin est confiée à un Directeur de Magasin qui a également l’animation de la communauté de Marché. Cette animation se déroule dans un esprit de « communauté » avec pour objectif de réunir toutes les compétences de l’entreprise :
-          Le manager de catégorie du marché
-          Des chefs de rayon experts
-          Plusieurs employés experts
-      Des membres invités (RH, CDG, un chef de groupe, un acheteur, un membre des équipes approvisionnement logistique …) en fonction des besoins afin de donner un éclairage complémentaire.
Le fonctionnement mis en place vise à aller vite et à être une communauté pour faire ensemble et avec les autres dans l’efficacité et la rapidité.
Le Directeur est là pour animer cette communauté et en extraire le meilleur. Les premiers retours ont été présentés, il en ressort en synthèse un esprit et une volonté de communiquer, de travailler ensemble et d’aller de l’avant. Ma conviction est que nous avons tous besoins des autres, le Directeur de Marché, animateur de sa communauté, ne pourra pas mener à bien le projet commun, ni animer la communauté, s’il ne s’appuie pas sur la compétence et l’expertise de ses membres. Il y a donc plus de partage de compétences que de phénomène de hiérarchie.

CFDT : Comment se passe la mise en place du CSP RH ?

DRH : La mise en place du CSP RH se déroule bien. Le parcours d’intégration se déroule sur une période de 2 mois sachant que l’essentiel de l’activité du centre administratif consiste à gérer la partie administrative de la formation. Le service a accueilli 3 collaboratrices en provenance des métiers magasin (une hôtesse de caisse, une conseillère de vente, une vendeuse produits et services). Deux d’entre elles ont évolué d’un niveau 2 à un niveau 3.
Ces 3 collaboratrices suivent d’une part les formations HRAccess et gestion de la formation à savoir :
-          Organisation de la formation dans l’entreprise
-          Les différents intervenants (IFE, DO, RRH, Managers, FORCO)
-          Le plan de formation
-          Les fonctions HRAccess de gestion du domaine
-          Création d’une session
-          Animateur, participants, lieu, période
-          Edition convocation, feuille de présence
-          Information des sites, calendrier des formations du mois, self-service Manager et collaborateur
-          Gestion partagée avec le FORCO
-          Gestion de l’alternance (contrats de professionnalisation …)
Outre la formation métier, nous sommes très attentifs à la qualité de l’intégration et de l’accompagnement pour des collaborateurs nous rejoignant dans le cadre de la mobilité.

CFDT : Quand le nouvel outil du Document Unique d’Evaluation des Risques sera-t-il disponible ?

DRH : Le nouvel outil devrait être mis à disposition à compter du dernier trimestre 2013, une fois l’automatisation des données opérationnelle et l’accompagnement des utilisateurs finalisé.

CFDT : Concernant le respect de la réglementation d’utilisation des locaux du bâtiment informatique par rapport au nombre des toilettes hommes, vous n’avez pas précisé le nombre de personnel masculin externe travaillant dans les locaux. Par ailleurs, les récents changements d’organisation en DSI vont engendrer des déménagements d’équipes de Colibri vers ce bâtiment. Pourriez-vous nous préciser votre nouvelle estimation du nombre de personnel total et aussi masculin (interne et externe) qui vont travailler dans le bâtiment informatique ?

DRH : Au bâtiment CIS, il y a actuellement 351 personnes (collaborateurs et prestataires) dont 42 femmes. Si l’on réalise les mouvements prévus (la décision reste à valider), les effectifs passeraient à 403 personnes dont 48 femmes. Le nombre de toilettes par rapport à la population totale est correct. La problématique est posée par une forte disproportion entre les hommes et les femmes, les premiers étant plus nombreux. Si l’on souhaite respecter les normes de sécurité (dégagements, unités de passage), le bâtiment peut contenir 799 personnes. Dans les faits, cela s’avère compliqué, la proximité entre les collaborateurs dans les open-space serait beaucoup trop forte.

Commentaire CFDT : Donc selon la réglementation en vigueur et au vu du nombre insuffisant de sanitaires, ce bâtiment ne peut accueillir plus de 260 hommes. Il y en a pourtant 309 à ce jour, et la direction compte en mettre 357, soit un dépassement de 97 !

CFDT : Où en est la démarche ESOPE (Engagement de Service pour les Opérations et les Projets des Etudes) et la démarche de « forfaitiser » l’activité d’administration des Systèmes d’Information en DSI ?

DRH : Dans un premier temps une exploration du marché a été faite auprès de 22 sociétés pour valider l’intérêt du projet (RFI Request For Information). Nous avons validé l’intérêt du projet. L’étape suivante est de réaliser un appel d’offres auprès des sociétés que nous avons sélectionnées (RFP Request For Proposal). Nous avons décalé cette étape en septembre. De fait, nous devrions émettre l’appel d’offres fin novembre. Les retours des sociétés devraient se faire pour le 1er trimestre 2014.
En ce qui concerne la forfaitisation de l’administration, une première étude sera réalisée en septembre pour valider la mise en œuvre en 2014. Elle se fera sous condition de stabilisation de l’exploitation. Pour ce périmètre, sur les 20 collaborateurs, 12 ont trouvé un poste, 5 ont un projet défini, 3 recherchent encore un projet en DSI.

Commentaire CFDT : Il est très certainement prévu, dans le plan d’action de la DSI, une présentation, pendant la phase d’appel d’offres, auprès du CHSCT, des enjeux, des estimations de changements sur les organisations de travail, le plan d’accompagnements des collaborateurs…

CFDT : En DSI, quel est le bilan de la phase de forfaitisation de l’exploitation ?

DRH : Les quatre collaborateurs concernés ont trouvé un poste qui leur convient.
Au global, les incidents sont sur les taux attendus à date, la montée en compétences du prestataire se fait progressivement, les récupérations en terme de coûts sont aussi au rendez-vous.
Nous sommes sur les objectifs attendus sur les 19 domaines impactés. Des validations de service régulier seront signées en juin pour 17 d’entre eux. Il restera deux domaines qui posent problèmes, Le SI Europe de l’Est et la Logistique.

Pour toutes questions ou remarques, contacter Christophe ou cfdt.auchan.centrale@free.fr
christophe.jpg
 

Questions CFDT au CHSCT Auchan Centrale du 18/06/13

262732296.jpg

CFDT : L’ensemble de vos présentations des réorganisations sont axées sur des objectifs économiques. A aucun moment, nous n’avons eu de présentation sur les organisations de travail, d’analyse de risques ou de présentations d’objectifs de « bien travailler » pour les collaborateurs. Nous nous en étonnons. Aujourd’hui encore, à part le rapprochement physiques des équipes, vous ne détaillez pas comment les personnes vont travailler ensemble. Nous ne vous cachons pas que nous sommes perplexes sur la démarche de redonner la main aux collaborateurs qui nous semble un moyen de délester trop facilement sur le salarié l’organisation de son travail sans garde-fou. Aussi, dans le cadre de la mise en œuvre de votre organisation de l’Offre et de l’Achat, quels sont les autres moyens que vous allez utiliser pour améliorer et optimiser les relations de travail, en minimisant les risques sur leur santé ?

DRH : Depuis un an, régulièrement nous avons tenu informé les différentes instances représentatives du personnel sur la mise en place de la Direction Client. Le management est très sensible à la qualité des relations de travail au sein de la Direction Client.

Commentaires CFDT : Nos questions, en effet, portent leur fruit, la Direction informe plus régulièrement le CSHCT des modifications d’organisation du travail. Maintenant le contenu des informations ne nous satisfait pas, les aspects d’évaluation des risques et les mesures pour les réduire sont absents systématiquement, la Direction se refusant à parler des modifications des conditions de travail. Enfin, il est à noter que le niveau d’exigence des membres du CHSCT (majoritairement CGC et CFTC) n’est pas très élevé.

Pour toutes questions ou remarques, contacter Christophe ou cfdt.auchan.centrale@free.fr
christophe.jpg
 

15/05/2013

Questions CFDT au CHSCT Auchan Centrale du 26/03/13

262732296.jpg

Télétravail :

CFDT : Comment vous assurez vous que le télétravail ne sera pas utilisé durant les arrêts de travail, maladie ou durant les congés maternité ?

 

DRH : Les collaborateurs en télétravail ont les mêmes droits et devoirs que les autres collaborateurs de l’entreprise. De fait, ils posent un arrêt maladie ou partent en maternité selon les mêmes règles. Le fait que des travailleurs travaillent chez eux en dehors du cadre légal du télétravail aujourd’hui ou demain est une autre problématique inhérente aux cadres de toutes les entreprises. La sensibilisation est le levier majeur pour l’éviter.

 

Commentaire CFDT : Il existe d’autres leviers : travailler sur les charges de travail, les priorisations des sujets, le traitement des alertes de surcharges…

Que propose l’entreprise pour traiter ce point (sans se défausser de sa responsabilité) ?

 

CFDT : Comment allez vous vous assurez que la journée de travail n’excédera pas 10h, par les télétravailleurs ?

 

DRH : Les employés et agents de maitrise en télétravail pointeront par téléphone. Les cadres qui eux, peuvent travailler plus de 10 heures, ne seront pas contrôlables sur ce point. Nous appliquerons les mêmes règles pour tous les collaborateurs, qu’ils soient ou pas en télétravail.

 

Commentaire CFDT : Pour les salariés en forfait jours, l’amplitude de repos obligatoire doit être au minimum de 12H.

 

CFDT : Comment allez vous gérer l’isolement des télétravailleurs, et l’alerte en cas de problème ?

 

DRH : L’isolement est relatif, puisque les collaborateurs en télétravail, ne le sont qu’une journée par semaine. La formation préalable sensibilise sur ce point. Par ailleurs, une période d’adaptation puis une règle de réversibilité permettent de mettre fin au télétravail dans des délais brefs.

 

Commentaire CFDT : La question visée d’avantage l’isolement en cas de problème physique et non l’isolement social (qui est effectivement très relatif). Le salarié en télétravail reste sous la responsabilité de l’entreprise et n’est pas dans la même situation que s’il était seul chez lui à titre privé. Y a-t-il un système de Protection Travailleur Isolé (PTI) ? Non reposerons la question plus précisément.

 

La présentation de la nouvelle nomenclature :

CFDT : Pourriez vous nous dire quand allez-vous consulter le CHSCT sur les modifications dans l’organisation du travail engendré par cette nouvelle nomenclature, ajouté au projet Négoce LS et la mise en place d’une nouvelle organisation de la Centrale d’Achats ?

Nous vous rappelons qu’une consultation éclairée ne peut être effectuée avec qu’avec les éléments minimum suivants :

-          La description des fiches de postes (acheteurs, des chefs de produits, des managers de catégories, des ingénieurs qualité,...) et les adaptations qui sont nécessaires pour réaliser les nouvelles tâches,

-          Une évaluation entre le travail prescrit et le travail réel,

-          Une comparaison entre les manières de travailler avant, pendant la période de transition et après le changement.

-          Une étude chiffrée de la charge de travail qu’induisent ces transformations avec l’impact sur les effectifs, comparaison chiffrée entre les effectifs actuels et futurs.

-          Les moyens prévus pour accompagner les collègues à leur nouveau contenu de travail.

o        comment sera géré le changement de périmètre des acheteurs, des chefs de produits, des managers de catégories, des ingénieurs qualité,...

o        quels sont les plans de formation pour accompagner ce changement?

o        quels sont les plans de transfert d'activités entre les différents acteurs?

o        avez vous définit des paliers, des jalons, pour arriver vers l'organisation finale? Quels sont-ils ?

o        qulles sont les indicateurs qui valideront le passage d'un palier vers un autre?

-          Les moyens de communication vers les collègues :

-          Une description des modifications des relations entre la Centrale et le magasin et comment est géré la transition ?

 

DRH : Tant au CHSCT qu’au CE, nous avons fait des points d’étapes entre avril 2012 et maintenant, et nous sommes revenus vers vous régulièrement sur le sujet en toute transparence. La mise en place de la nouvelle nomenclature résulte d’une orientation politique de l’entreprise et de la direction générale. Nous ne sommes pas dans une réorganisation, une GPEC, mais sur des rattachements hiérarchiques différents. On ne va pas faire de pesées de postes, cela se fait à iso structure, sans suppression de postes. Des modifications, effectivement, il y en aura lors de la répartition entre l’offre et l’achat. Cela va consister en une professionnalisation des métiers. Pour cela l’université offre/achat a été mise en place et les modules de formation sont en cours. Le plan de formation relatif à la Direction Client est pris en compte de manière très sérieuse. Sur la description de la fiche de poste, on est en train d’écrire les définitions de fonction. Cette démarche est indépendante de la mise en place des nomenclatures car, en Centrale, vu le nombre de métiers exercés, très peu de fiches de poste avaient été écrites précédemment. Par le maillage entre les magasins et la Centrale, un groupe de travail s’est constitué.

 

Commentaire CFDT : Ce n’est pas une réorganisation, mais

1)       les métiers sont revus

2)       les méthodes de travail changent

3)       les relations entre salariés de la Centrale et des Magasins changent

4)       des nouveaux outils sont mis en place

Malgré tout ces changements impactant les 1000 salariés de la Centrale d’Achats et tous les salariés des magasins (des directeurs, aux employés), nous nous étonnons qu’une consultation du CHSCT soit écartée. La loi est pourtant claire et prévoit pour ce genre de transformations (puisqu’il ne faut surtout pas utiliser le mot « réorganisation ») une consultation.

Le CHSCT d’Auchan Centrale n’est pas respecté, avec l’accord passif de ses membres.

Concernant la non description des fiches métiers : nous nous étonnons et nous nous demandons sur quel base pouvaient être faits les entretiens d’activité ou de tenu de fonction ?!

Concernant le planning ambitieux de migration, (non approuvé par le CHSCT) : nous notons qu’il est extrêmement rapide. Au-delà de l’université offre/achat, quels sont les moyens mis en œuvre pour éviter les pressions sur les résultats que risquent de subir les salariés ? Quels sont les moyens mis en œuvre pour capter et résoudre les difficultés que vont rencontrer les salariés ? Comment est gérée la transition pour chaque métier de la Centrale ?

 

 

Divers

CFDT : Les dispositions de la surveillance médicale renforcée (SMR) pour les salariés en astreintes ne semble pas être respectées, pouvez-vous y remédier ?

 

DRH : L’astreinte n’est pas un motif de SMR. Un point sera fait sur le sujet avec le médecin du travail pour voir si la surveillance médicale renforcée est prévue pour les collaborateurs en astreintes.

 

CFDT : Nous constatons encore régulièrement, notamment dans le cadre de travaux exceptionnels et d'astreintes, que les amplitudes de repos ne sont pas respectés. Ajouté à la charge de travail que supportent certaines de ces personnes, cela entraîne des risques sur la santé. Nous vous demandons de veiller à ne pas surcharger les salariés (internes et externes), et à faire respecter la législation sur le respect des amplitudes de repos.

 

DRH : Nous faisons respecter la législation. En l’occurrence, le problème majeur est le contrôle des arrivées et des départs des collaborateurs, le badgeage n’étant pas mis en œuvre.

 

Commentaire CFDT : Le badgeage n’est pas forcément la bonne réponse car le problème vient surtout de la charge de travail, de la pression sur les délais et de la réduction des effectifs…

 

CFDT : Vous deviez vérifier la conformité réglementaire suite au réaménagement du bâtiment informatique pour y placer jusqu’à 517 personnes. Compte tenu de la répartition Hommes / Femmes du personnel informatique, comprenant beaucoup plus d’hommes que de femmes, pourriez vous vous assurer que l’article R232-2-5 du code du travail soit bien respecté ? Cet article spécifie qu’il faut au moins un urinoir et un cabinet pour 20 hommes, et d’après la configuration du bâtiment celui-ci semble insuffisamment adapté. Ou cela en est-il ?

 

DRH : Le code du travail indique qu’il doit y avoir au moins un cabinet et deux urinoirs pour vingt hommes et deux cabinets pour vingt femmes. L’effectif pris en compte est le nombre maximum de travailleurs présents simultanément dans l’établissement. Sur le bâtiment CIS, il y a seize sanitaires femmes et 26 sanitaires hommes (urinoirs et toilettes). Nous pouvons donc accueillir 420 personnes (160 femmes et 260 hommes). Or sur le bâtiment, il y a 41 femmes et 203 homes (plus 126 externes), soit un total de 380 personnes.

 

Commentaire CFDT : La DRH ne précise volontairement pas le nombre d’hommes chez les externes car le total hommes (internes + externes) dépasse en réalité la capacité légale.

 

CFDT : N'ayant toujours pas eu de réponse claire, nous reposons la question : 

Au CSP compta fournisseur, il existe une fonction de « coordinateur » tenue par des salariés au statut Employé. Ceux-ci reçoivent des employés en entretient individuel ou en doublon avec le manager, les réprimandent éventuellement sur la qualité de leur travail, leurs charges, leurs conversations ou leur temps de travail… Cette situation perdure et pose problème.

Cela relève-t-il bien de la fonction ?

Si oui, ne devraient-ils pas passer agent de maîtrise ?

Si non, pourquoi cette part de management a-t-elle été mise en place ?

 

DRH : Suite à votre courrier du 19/02, une première réponse avait été apportée le 27 février qui précisait que nous travaillions sur le contenu de fonctions des coordinatrices. Nous avons effectivement travaillé avec les managers du CSP sur le rôle de coordinatrice/coordinateur. Ensemble, ils ont posé un cadre de fonctionnement : les managers ont pour mission de fixer le cap, d’accompagner les collaborateurs dans leur projet, de les faire progresser, de les motiver, de les évaluer et c’est bien eux qui réalisent les entretiens quels qu’ils soient. Les coordinatrices répartissent les charges de travail, forment, compilent des résultats, des indicateurs et sont un soutient métier pour les équipes. Elles n’assurent aucun rôle hiérarchique sur les équipes.

Cette démarche, qui a permis de clarifier le rôle de chacun, a été partagée avec les coordinatrices afin que chacun puisse remplir la mission attendue.

Si des entretiens individuels ont pu se produire, il s’agissait d’un dysfonctionnement, car cela ne fait pas partie de la mission confiée aux coordinatrices.

 

Commentaire CFDT : Il était nécessaire que les choses soient précisées,    au vu des dérives que nous avions constatées.

Pour toutes questions ou remarques, contacter Christophe ou cfdt.auchan.centrale@free.fr 
christophe.jpg

10/04/2013

Questions CFDT au CE Auchan Centrale du 22/03/13

CFDT : Suite à la mise en place de l’organisation en mode marché, les fiches de fonction en Centrale d’achats seront-elles modifiées ?


DRH : En dehors de la mise en place de la Direction Client, il était nécessaire d’écrire un certain nombre de définitions de fonction. En effet, pour certains métiers présents sur les services centraux, il n’y avait pas de définition de fonction écrite.  Ainsi, depuis la fin de l’année 2012 et jusqu’à fin 2013, la Direction Ressources Humaines des Services Centraux va écrire ou réécrire les définitions de fonction des métiers des services centraux. Elles seront de plus, à terme, toutes consultables et publiées dans Phare.

 

CFDT : La DSI a fait un nouveau découpage de ses métiers (passage de 19 à 32 métiers). Pouvez-vous nous communiquer ces nouvelles fiches de fonction ?


DRH : Il y en a environ 10 dans Phare. Les fonctions indiquées ci-dessous sont écrites à ce jour :

Administrateur d'actifs

Technicien support

Responsable d'activité contrat

Chargé d'étude

Chef de projet

Chef de Projet Sénior

Directeur de projet

Administrateur d'application

Administrateur support

Administrateur technique

Responsable d'activité

Responsable d'activité technique

Responsable de service

Responsable de département

Directeur de service DSI

Directeur SI

Architecte Technique

Gestionnaire d'application métier


Certaines fonctions doivent encore être validées par la DRH France comme :

RIR

RIMM

Ingénieur Système et réseaux

Analyste

Chef de projet intégration

Chef de projet qualification

 

Enfin, quelques fonctions restent « à écrire » comme :

 

Concepteur système et réseaux

Responsable de Pôle

Expert Technique

Expert Fonctionnel

Expert sénior

Architecte

Chargé d'étude qualification

Chargé de relations pays

 

Pour fin mars, il y aura plus de 20 définitions dans Phare.

Bien entendu, tous ces travaux sont à votre disposition dans leur état actuel.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués au CE:

 Marcelino    Grégory  Fabien
Marcelino   Grégory   Fabien

08/02/2013

Questions CFDT en réunion DP Auchan Centrale du 25/01/13

CFDT : Plusieurs salariés dont le poste est supprimé dans le cadre du plan de transformation nous ont indiqué que la DRH leur avait dit qu'ils seraient dans l'obligation de démissionner s'ils ne trouvaient pas à se reclasser ou à utiliser une des mesures de l'accord de méthode.
Vous savez qu'il est illégal de contraindre un salarié à la démission ?  

DRH : Vous nous avez indiqué lors de la réunion des délégués du personnel, qu’il s’agissait d’une RRH des services Centraux qui aurait tenu ces propos aux services comptables de Rungis. Après vérification, elle nous a expliqué avoir présenté l’accord GPEC aux collaborateurs concernés sur le site. Elle a insisté sur les mesures d’accompagnement valables jusqu’au 31 mars 2013. Elle a ajouté qu’ensuite, l’on continuerait à leur proposer des postes, mais que la situation deviendra plus difficile à gérer quand leur activité s’arrêtera. En aucun cas, elle n’a incité les collaborateurs à démissionner.

CFDT : Comme tous les ans, la convention collective n’est plus accessible sur Planet. Pouvez-vous rétablir ?

DRH : Elle est de nouveau en ligne. Il y a une programmation des droits d’accès qui était arrivée à échéance. Elle est réactivée.

Pour toutes questions ou remarques, contacter vos délégués du personnel :
David  Jean-Luc    Marcelino   Grégory

   David     Jean-Luc   Marcelino   Grégory  

22/10/2012

Lettre ouverte à l’attention des membres du CODIR DSI AUCHAN

Lettre ouverte des syndicats CFDT, FO et CFTC

à l’attention des membres du CODIR DSI AUCHAN

Villeneuve d’Ascq, le 18/10/2012

Marie PEZE (Docteur en psychologie, expert judiciaire) : « Les nouvelles organisations du travail sont extrêmement sophistiquées et fabriquent comme des orfèvres une machinerie qui vient capturer toute la subjectivité du salarié pour qu'il s'investisse corps et âme dans la nouvelle tâche. »

Messieurs,

Nous vous interpellons pour vous faire part de nos analyses sur la situation actuelle et future de la DSI.
Nous estimons que certains principes fixés en DSI sont à la base des problèmes subis par les collaborateurs.

Lorsque l’on voit le principe du « payer pour un résultat », cela donne effectivement de l’externalisation et des délocalisations d’emplois néfastes pour le pays, mais aussi une organisation du travail qui réduit l’œuvre aux résultats et oublie ceux qui produisent ce résultat !

Lorsque que nous lisons dans des notes de stratégie interne : « ce qui ne se mesure pas ne se manage pas », on voit ici la source de ce qui génèrera des contraintes excessives sur les salariés. A vouloir tout mesurer, tout compter, tout contrôler, tout évaluer, tout manager, on met en place de la sur-organisation qui produit toujours les effets pervers révélés dans le BOI de la DSI.
Et que penser des démissions que nous constatons depuis quelques temps ?!...

La sur-organisation mise en place produit :
-        Une vision mécanique de la réalisation des tâches ; le morcellement des activités ; la mise en place d’outil de contrôle aboutissant toujours à la surveillance et à la pression ;  à l’externalisation comme utopie d’un meilleur contrôle.
-        Des activités de reporting représentant jusqu’à 30% de l’activité des métiers mais dont la masse d'information générée n'est pas forcément pertinente et efficace.
-        La sous-estimation systématique de l’impact des modifications d’organisation sur les salariés, et des efforts qu’ils doivent produire pour se réapproprier les changements.
-        L’absence de réflexion sur les moyens de la performance, et la non-implication des salariés.

Cette sur-organisation abime le salarié autant que le travail lui-même.

La réponse consistant à ne traiter que les irritants ou la gestion du stress, traduit une volonté de manipuler les collaborateurs : une tentative de détourner l’attention sur les effets au lieu de traiter les véritables causes.

Concernant les pathologies de souffrance au travail, si on fait l'arbre des causes on remonte toujours à des causes organisationnelles.
Auchan se doit de respecter ses obligations légales en matière d’évaluation des risques psycho-sociaux. Ce n’est pas le cas actuellement.

Nous vous rappelons que c’est le travail qui doit s’adapter à l’homme, et non l’inverse (article L4121-2 du code du travail).

Le plan de transformation en DSI va engendrer une perte de qualité et de maitrise. Cela générera une surcharge de travail en interne pour compenser ces pertes.
Un exemple : des expériences d’externalisation et de délocalisation ont révélés que le recrutement se faisait ensuite sur des critères linguistiques au détriment des compétences informatiques…

De plus la délocalisation d’emplois, même externes, en cette période de hausse du chômage en France, ne fait que ternir l’image de notre entreprise. Avec les services Support et l’Exploitation, nous estimons une perte sèche d’emplois pour la France de l’ordre de 100 à 150 emplois. Sans compter le Pilotage (déjà délocalisé) et l’Administration.

La pétition initiée en DSI par CFDT, FO et CFTC a recueillie 160 signatures, ce qui est une première. Ces signataires partagent notre inquiétude et notre envie de revoir l’humain remis au cœur de la DSI.

Face à ces constats, nous souhaitons être reçu pour échanger plus directement sur nos demandes : 

- Qu’on arrête la logique d’externalisation des services de la DSI (doivent rester en interne : l’Administration de la production, les Supports N3, …)

 

- Pour le transfert de l’exploitation déjà en cours, que la DSI travaille le plan de transformation comme un vrai projet, impliquant les collaborateurs et suivi dans le temps pour en mesurer l’efficacité.

- Qu’une commission de suivi particulière soit mise en place au sein des services centraux pour le plan de transformation de la DSI.

- Que la direction informatique pense autrement que par les coûts et les process.

 

- Qu’une vraie évaluation des risques psychosociaux soit mise en place et référencée dans le Document Unique d’Evaluation des Risques.

 

- Que les principes d’organisation du travail soient revus en impliquant les collaborateurs. Avoir une réflexion sur les moyens de la performance. Ces systèmes doivent faire l’objet d’un consensus minimal sur ce qui est contrôlé et pourquoi. Plus fort sera le consensus, plus il sera efficace.

 

Nous voulons une DSI qui redonne de la confiance aux collaborateurs, de la motivation au service d’Auchan et qui porte les valeurs de cette Entreprise !

 
Cette volonté ne pourrait se satisfaire de simples discours de façade.

 

En espérant avoir reçu votre attention, veuillez agréer nos salutations distinguées.

Les syndicats :

Logos_intersyndicale.JPG

A lire : Déclaration CFDT-FO lors du CHSCT Auchan Centrale concernant le plan de transformation des services informatiques

04/10/2012

Questions CFDT au CHSCT Auchan Centrale du 06/09/12 (transformations de l’Entreprise)

Présence exceptionnelle de l’Inspection du travail

Projet RH en magasin

CFDT : Le projet "RH en magasin", semble concerner la suppression de plusieurs activités de l'assistant(e) RH en magasin vers différentes équipes de la Centrale.
Nous avions bien compris qu'il s'agissait de renforcer le rôle d'accompagnement de l'assistant(e) RH auprès des managers et des collaborateurs, mais cela ne nous semble pas suffisamment précis. Quelles activités nouvelles viendront remplacer celles qui vont être retirées ?
Il devrait y avoir de nouvelles relations entre les managers ou collaborateurs des magasins, et les membres des CSRH. Comment cela s'organisera-t-il ?

DD-RH : En premier lieu, l’assistante RH du site traitera les soucis locaux (nombres d’heures travaillées, etc…).
En second lieu, le centre de service paye gèrera les problèmes plus complexes (indemnités, absences, etc…).
En troisième lieu, le centre de contact traitera les réclamations si le collaborateur estime que les réponses qui lui ont été faite ne correspondent pas à ses attentes.
En Centrale il y aura création d’un centre de service administratif plus large et d’un point de contact sur l’activité paye.
Le périmètre du CSRH concerne la production de la paye, les déclarations URSSAF et l’ensemble des documents nécessaires à l’ouverture des droits du collaborateur.
Le centre administratif a comme seule vocation de reprendre des activités purement administratives dont les 2/3 concernent l’administration de la formation, et de manière marginale, le paiement des cotisations médecine du travail. Il n’y aura qu’un seul centre administratif basé à Villeneuve d’Ascq.

Commentaire CFDT : Il semble donc qu’il y ait un appauvrissement des missions de l’assistant RH en magasin. Le « renforcement du rôle d'accompagnement auprès des managers et des collaborateurs » reste assez flou.

CFDT : Concernant la charge de travail, quel mécanisme de mesure sera utilisé ?
Le responsable mesurera-t-il la charge sur le nombre de fiches de paye gérées ?

DD-RH : Le volume sera optimisé par des outils mis en place en magasins.

CFDT : Si l’on en croit la fiche projet, vous avez effectué des expérimentations sans avis du CHSCT.

DD-RH : Nous avons effectué des expérimentations sur le périmètre magasin uniquement.

Commentaire CFDT : Mais sans consultation des CHSCT des magasins…

CFDT : Il n’y a pas de planning dans votre document.

Inspectrice du travail : Vous naviguez à vue, il manque les hypothèses et la visibilité sur l’impact et l’accompagnement.

DRH : Effectivement nous reconnaissons que la fiche projet n’est pas assez détaillée.

CFDT : Avez-vous défini des indicateurs de performance sur la qualité de service ? Il faut remarquer que ceux-ci sont souvent mis à la va-vite et génère du stress.

DD-RH : Le seul indicateur que nous suivons est celui des rappels du mois antérieur sur la paye. Ce n’est pas pour stresser les équipes, cela permet de contrôler la qualité du centre de services.
D’ailleurs il y a très peu d’incident, nous sommes à moins de 0,1%.

CFDT : Y a-t-il d’autres indicateurs au niveau du management direct ? Des indicateurs locaux ?

DD-RH : J’ai toujours refusé les indicateurs individuels ou par centre CSRH. La performance individuelle ne m’intéresse pas. Je n’ai que l’indicateur global dont je vous ai déjà parlé.

Commentaire CFDT : Il faut souligner cette démarche que nous partageons. 

CFDT : Vous indiquez un bénéfice pour l'entreprise, le manager et les colorateurs, mais pas pour l'assistant(e) RH. Est-ce un oubli ou n'y a-t-il pas de bénéfice pour cette fonction ? 

DD-RH : L’assistante RH a un rôle de proximité, elle est au service des collaborateurs. Toutes les activités qui n’y participent pas ne doivent pas être faites par l’assistante RH.

Inspectrice du travail : Il faut présenter de façon claire, et avoir une bonne vision de ce qui va arriver.

CFDT : Comment le surcroit d'activité est-il organisé dans les CSRH ? Avec quels moyens ? Est-il prévu le renforcement des équipes ?

DRH : Le volume d’activité sera plus important c’est pourquoi nous avons calculé qu’il fallait créer 5 postes supplémentaires sur des fonctions et des activités que le service traitait déjà pour des entités comme Auchan City. Si le volume est supérieur à ce que nous avons prévu, il y aura des recrutements supplémentaires. Ces postes seront pris majoritairement par des collaborateurs venant des hypermarchés de la métropole.

CFDT : Y aura-t-il des modifications des fonctions ?

DD-RH : Il n’y aura pas d’ajout à la fonction RH.

Remarques de l’inspectrice du travail sur le projet RH :
La fiche projet est trop légère, il n’y a aucun chiffrage en termes de ressource, en termes de mouvement de personnel et d’impact sur les fonctions.
Il n’y a pas de visibilité sur l’accompagnement, les risques de charges excessives et le périmètre précis du projet.
Je demande que soit fourni le plan d’accompagnement, en prévoyant toute les hypothèses dans la fiche projet.


Plan de transformation des services informatiques (DSI)

A lire : notre déclaration en séance

CFDT : L’exploitation et l’administration informatique Auchan sont tenues par des collègues à forte expérience des métiers informatiques dans le contexte Auchan. Demain, ces postes seront tenus par des profils extérieurs, il pourrait  y avoir de la perte de qualité, avec certainement un turn-over plus important.
Comment cet aspect est-il pris en compte dans la conduite de changement du projet de forfaitisation, envers les collaborateurs qui détiennent les postes, mais aussi envers les clients de ce service ?

Représentant de la direction : Nous allons écrire l’ensemble des modes opératoires. Des référents seront aussi mis en place. Avec les pôles opérations et projets qui restent en place nous ne devrions pas trop perdre la connaissance actuelle du système. Pour rappel, nous sommes sur cette activité à 80% en mode régie.

Remarque du médecin du travail : Vous annoncez « aucun impact sur la santé ». Je ne comprends pas comment vous pouvez le savoir !
Il y a des personnes qui ne vont pas bien en DSI, cela concerne la production informatique. J’ai remonté cet état de fait à la direction de la DSI.

Remarque de l’inspectrice du travail : Il faut prendre en charge ces personnes là en DSI, voir à faire une mini enquête.
Je vous invite à vous rapprocher de la médecine du travail. Quand il y a un changement d’organisation, il y a parfois un « facteur mental ».
Je vous invite à en débattre.

DRH : Bien évidemment nous prenons cette situation avec tout le sérieux nécessaire, et nous verrons les actions et accompagnements à mettre en place.

CFDT : Vous réaménagez le bâtiment informatique pour y placer jusqu’à 517 personnes. Compte tenu de la répartition Hommes / Femmes du personnel informatique, comprenant beaucoup plus d’hommes que de femmes, pourriez vous vous assurer que l’article R232-2-5 du code du travail soit bien respecté ? Cet article spécifie qu’il faut au moins un urinoir et un cabinet pour 20 hommes et d’après la configuration du bâtiment, l’effectif masculin ne doit pas dépasser 240.

DRH : Nous devons être conformes à la loi, nous allons vérifier. S’il le faut nous ferons les travaux nécessaires.


Projet « Cap Compta »

CFDT : Serait-il possible d’avoir en complément d’informations :
-          la description des fiches de postes,
-          les impacts sur la charge de travail et les effectifs,
-          les organisations du travail,
-          comment faire pour arriver à ce qu’une personne habituée à travailler sur toutes les activités pour un site particulier, travaille maintenant sur une activité pour tous les sites ? N’y a-t-il pas là une perte de perspective et de sens dans la mission des comptables ?

DRH : Nous avons réalisé des présentations en CE et CHSCT. Nous avons répondu à toutes les questions. Devons-nous remettre à chaque réunion le projet compta l’ordre du jour ?

Les membres (SEGA) du CHSCT estiment avoir eu assez d’explication à ce sujet.

Commentaire CFDT : Demandez donc aux membres SEGA du CHSCT s’ils connaissent le sujet…

Réorganisation Centrale d’Achats

CFDT : Où en sont les réflexions de réorganisation de la Centrale d’Achats ? Nous espérons qu’avant votre prise de décision le CHSCT sera consulté, comme l’exige la loi ?

DRH : Ce n’est pas une réorganisation (!) mais la mise en place de la Direction Client.
Il s’agit de retrouver une relation avec le client et plus largement avec l’habitant.
Depuis 3 ans nous avons perdu des clients.
Quatre directions sont créées.
- Direction des achats
- Direction de l’offre permanente et saisonnière
- Direction de l’animation commerciale
- Direction des données des études
Les 1038 collaborateurs ont été réunis 3 fois pour participer à la mise en place de la structure.
La première réunion expliquât le sens de la démarche et de la méthode.
La seconde réunion à permit de travailler sur la fondation de l’organisation. Nous avons posé les bases du fonctionnement de demain.
La troisième réunion a été orientée sur le métier. Nous avons traité les relations entre les métiers.
Nous avons réfléchi ensemble sur les interactions entre les uns et les autres.     
Tous les comptes rendu de ces réunions sont accessibles à tous sur le site Euréka.
Le 13/09 une réunion est prévue avec les 1038 collaborateurs
Je rappelle que tout ceci se fait à iso structure, il n’y a pas de suppression de poste.
Cette réorganisation (!) n’a pas la finalité de faire des économies.
Il y aura du temps pour l’apprentissage.
C’est la professionnalisation des métiers qui va changer.
Tout le monde sera reçu, l’objectif est de mettre les gens en adéquation avec leur envie et leur niveau de professionnalisme.

Commentaire CFDT : Ca démarre en nous expliquant que ce n’est pas une réorganisation et ça se termine en disant que c’est une réorganisation. Pas facile de s’y retrouver…

CFDT : Y aura-t-il une information du CHSCT ?

DRH : Oui, au prochain CHSCT on vous apportera un éclairage sur la nouvelle nomenclature et le lien avec les 4 directions.

Pour toutes questions ou remarques, contacter Christophe Mercier ou cfdt.auchan.centrale@free.fr 
christophe.jpg
 

28/09/2012

Pétition en Direction des Systèmes Informatiques Auchan

Logos_intersyndicale.JPG

160 salariés internes de la DSI Auchan ont signés cette pétition inititiée par les syndicats présents en DSI (sauf le SEGA-CFE-CGC qui a refusé de participer à l'intersyndicale en indiquant ne pas en avoir le droit) :

En signant cette pétition, nous demandons en tant que collaborateurs de :

- Conserver chez Auchan les savoirs et les compétences pour garder notre indépendance au service de l’entreprise,

- Avoir une direction informatique qui pense autrement que par les coûts et les process, en prenant aussi en compte les collaborateurs,

- Revoir l’organisation du travail dans le respect de ces deux principes,

- Mettre fin à une logique de délocalisation des emplois tel le plan d’externalisation de la production informatique qui accentue le démantèlement de la DSI.

Nous disons OUI à une DSI qui redonne la confiance aux collaborateurs, de la motivation au service d’Auchan et qui porte les valeurs de cette Entreprise !

 
A lire : la déclaration CFDT-FO lors du CHSCT concernant le plan de transformation des services informatiques

Nous allons continuer nos démarches et demander à rencontrer le CODIR (comité de direction) de la DSI.